COIN DE LA DOCUMENTALISTE – SEPTEMBRE-OCTOBRE 2015

Vous travaillez pour un service de garde ou pour un établissement de santé ou de services sociaux, un service ambulancier ou une clinique dentaire ? Notre documentaliste vous propose chaque mois des informations dignes d’intérêt.

Si le lien Internet ne permet pas d’accéder à la version complète d’un document, vous pourrez l’obtenir par le biais du service de prêt entre bibliothèques de votre centre de documentation ou directement auprès de l’éditeur.

Pour contacter notre documentaliste :

Suzie Désilets : 514 253-6871 ou 1 800 361-4528

ACCIDENTS DE TRAVAIL

  • Registered nurses across the globe bear a heavy injury burden. Every shift, nurses are exposed to a variety of hazards that can jeopardize their health, which negatively impacts their ability to provide high-quality patient care. Previous research suggests that inexperienced, or newly licensed nurses, may have an increased risk for certain occupational injuries. However, the current knowledge base is insufficient to fully understand how work hours influence newly licensed nurses’ occupational injury, given the significant variation in hospital organization and work characteristics. The purpose of this study is to describe newly licensed nurses’ shift work characteristics and determine the association between shift type and scheduling characteristics and nurse injury, before and after adjusting for individual and combined effects of demographics, external context, organizational context, and work context, following the Organization of Work model.

    Source : Stimpfel,  Amy Witkoski, Brewer, Carol S., & Kovner, Christine T. (2015). International Journal of Nursing Studies, 52(11), 1686-1693. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ijnurstu.2015.06.011

  • Dans le cheminement d’un dossier d’accident de travail, le piège de la routine peut causer des erreurs. Il est utile de revoir les différentes étapes qui permettent une gestion efficace, respectueuse et uniforme. Une lésion professionnelle débute souvent par un accident du travail, et les premiers secours en minimiseront les conséquences. Une fois la situation contrôlée, l’enquête et analyse permettra d’en connaitre les causes et de prévenir sa répétition. Parallèlement, commence la gestion administrative du dossier en remplissant les formulaires pour indemniser adéquatement le travailleur, déclarer l’événement à la CSST et effectuer un suivi médical et administratif. Cette gestion comporte la vérification des coûts, l’évaluation des possibilités de partage de coûts et les options pour diminuer l’impact financier de la lésion. Selon l’évolution de la lésion, il faudra planifier le retour au travail de l’employé et s’assurer qu’il s’effectue rapidement et sans rechute.

    Source : Lemarier, Pierre. (Août 2015). Convergence, 31(2), 4-5. Repéré à http://www.centrepatronalsst.qc.ca/publications/convergence/numeros-anterieurs/aout-2015-gestion-des-dossiers-daccident-volet-administratif-quoi-considerer.html#4

  • Une façon adéquate de prévenir la reproduction d’un accident consiste à mettre en oeuvre un processus d’enquête et d’analyse de l’événement accidentel (EAEA). Vous pourrez ainsi identifier les causes et les corriger. Vous sont ici expliquées les différentes étapes de l’EAEA.

    Source : LeQuoc, Sylvain. (Septembre 2015). OP, 38(3), 24-25. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383024_colloque%202015.pdf

  • ADMINISTRATION DE LA SANTÉ

  • 12 h shifts are becoming increasingly common for hospital nurses but there is concern that long shifts adversely affect nurses’ well-being, job satisfaction and intention to leave their job. The aim of this study is to examine the association between working long shifts and burnout, job dissatisfaction, dissatisfaction with work schedule flexibility and intention to leave current job among hospital nurses. The findings suggest that longer working hours for hospital nurses are associated with adverse outcomes for nurses. Some of these adverse outcomes, such as high burnout, may pose safety risks for patients as well as nurses.

    Source : Dall’Ora, Chiara, Griffiths, Peter, Ball, Jane, Simon, Michael, & Aiken, Linda H. (2015). BMJ Open, 5(9). doi:10.1136/bmjopen-2015-008331

  • AFFICHAGE ET COMMUNICATION

  • Communication between healthcare personnel regarding patient mobility status is essential to protect the patient and the healthcare worker. This paper describes the development, implementation, and results of a decision-making algorithm and bedside communication diagram related to patient mobility. A patient mobility assessment and bedside communication diagram was developed and implemented on 4 nursing units. Nurses and nursing assistants participated in a self-efficacy survey before and 6 months after its implementation. Weighted kappa statistics were examined for survey items to assess for differences before and after implementation. Eighteen months of quarterly falls data were descriptively analyzed. A total of 183 presurveys and 110 postsurveys were completed.  A decreasing trend was also noted in the total number of falls and unassisted falls in the units that had implemented the mobility communication tool versus those units that had not.  By providing a mobility status for patients, nursing staff reported improved self-efficacy related to patient mobility. Quarterly falls data trended toward a difference in total falls and unassisted falls over 18 months. This study reinforces the benefit of standardization of an easily accessible communication method for patient mobility.

    Source : Wilson, Christopher, Richards, Nancy, Slavin, Barbara, Wiechec Seidell, Janet, Jagow, Deborah, Gomez, Samantha, & Perlaki, Brittany. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(2), 55-65. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&path=82_84&product_id=158

  • AGRESSIONS ET VIOLENCE

  • Tous les jours, vous vous rendez au travail en sachant que vous avez de bonnes chances d’être victime de violence verbale, d’être agressé ou de recevoir des coups de poing et des coups de pied. Aussi choquant que cela puisse paraître, ce scénario est une réalité quotidienne du travail d’un travailleur de la santé et, plus particulièrement, du personnel infirmier. On accorde de plus en plus d’attention à la violence en milieu de travail contre les travailleurs de la santé, et les victimes signalent de plus en plus fréquemment les incidents de violence. La violence n’a pas sa place en milieu de travail, particulièrement lorsque celui-ci est consacré à la prestation de soins et d’attention au profit de la santé et du mieux-être des patients.

    Source : Centre canadien d’hygiène et de sécurité du travail. (Septembre 2015). Rapport sur la santé et la sécurité, 13(9). Repéré à http://www.cchst.ca/newsletters/hsreport/issues/2015/09/ezine.html?p=623972#ccohsnews

  • Certaines ressources intermédiaires ont pour vocation d’accueillir une clientèle psychiatrique ou psycho-légale avec, parfois, des antécédents de violence bien documentés. D’autres hébergent une clientèle non psychiatrisée sans pour autant que des troubles mentaux et des troubles du comportement ne soient parfaitement exclus du portrait. Le personnel en ressource intermédiaire peut donc être appelé à composer avec différents types de comportements jugés perturbateurs. À la condition psychiatrique peuvent aussi se superposer des conditions concomitamtes (maladie physique, déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autosme, traumatisme crânien), identifiés ou non, rendant plus difficiles la prévention et la gestion des comportements perturbateurs.

    Source : Gagnon, Jean-Philippe. (Septembre 2015). Le Relief, 1(3), 14-19. Repéré à http://issuu.com/arihq/docs/lerelief_volume1_no3_1/14

  • AMÉNAGEMENT – ARCHITECTURE

  • There is little strong evidence relating to the impact of single-room accommodation on healthcare quality and safety. The authors explore the impact of all single rooms on staff and patient experience; safety outcomes; and costs mixed methods pre/post ‘move’ comparison within four nested case study wards in a single acute hospital with 100% single rooms; quasi-experimental before-and-after study with two control hospitals; analysis of capital and operational costs associated with single rooms.

    Source : Maben, Jill, Griffiths, Peter, Penfold, Clarissa, Simon, Michael, Anderson, Janet E., Robert, Glenn,… Barlow, James. (2015). BMJ Quality & Safety. Prépublication. doi:10.1136/bmjqs-2015-004265

  • Dans la vie d’un chef d’entreprise, la conception d’un nouvel espace de travail est un moment clé, souvent synonyme de renouveau et d’essor de son activité. C’est aussi l’occasion d’améliorer les conditions de travail des salariés de l’entreprise comme des intervenants extérieurs, par la mise en place d’une démarche structurée, qui intègre d’emblée les principes de prévention.

    Source : K.D. (Septembre 2015). Travail et sécurité, 764, 16-19. Repéré à http://www.travail-et-securite.fr/dms/ts/RevueTS/2015/TI-TS764-pdf

  • L’open space a très mauvaise réputation auprès des Français, très attachés à leur espace privé et à leur statut social. Tout aussi dépend de la taille. Un espace bien conçu peut être utilisé par une équipe qui travaille collectivement sur un projet, permettant les échanges et la communication et cela convient pour un groupe de 6 à 8 personnes.

    Source : Open space : peut-on améliorer le quotidien ? (4 septembre 2015).  CAMIP.Info: Revue de la santé au travail. Repéré à http://www.camip.info/Open-space-peut-on-ameliorer-le.html

  • ASTHME PROFESSIONNEL

  • Most of the chemical and disinfecting products used in healthcare do not have specific occupational exposure limits, but all hazardous chemicals are covered by the Hazard Communication Standard of the Occupational Safety and Health Administration. That requires a written hazard communication program that provides for a list of all known hazardous chemicals in the workplace, proper labeling, employee access to safety data sheets, and employee training. Training also must occur whenever a new product is introduced. In its report, the Cleaning and Disinfecting in Healthcare Working Group of the National Institute for Occupational Safety and Health’s National Occupational Research Agenda offered the following advice about reducing respiratory hazards related to cleaning and disinfection in hospitals.

    Source : NIOSH: Key steps to reduce respiratory risk : Steps include conducting OSHA hazard training, assessment. (September 2015). Hospital Employee Health, 34(9), 101. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136040-niosh-key-steps-to-reduce-respiratory-risk

  • The following case reports from a recent comprehensive NIOSH report provide compelling examples of work-related asthma from environmental surface cleaning and disinfecting exposures in healthcare.

    Source : Rapid onset of asthma in healthcare workers : Case reports linked to cleaning products. (September 2015) :  Hospital Employee Health, 34(9), 100. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136039-rapid-onset-of-asthma-in-healthcare-workers

  • In the fierce battle against healthcare-associated infections, healthcare workers have unwittingly become collateral damage, developing skin irritation, headaches, and even asthma from cleaners and disinfectants. To address those health hazards, infection preventionists and occupational health professionals have come together in an unprecedented collaboration.

    Source : Can you kill microbes without hurting healthcare workers ? : Occ health teams up with infection prevention for safer cleaning (September 2015). Hospital Employee Health, 34(9), 97-99. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136038-can-you-kill-microbes-without-hurting-healthcare-workers

  • BLOC OPÉRATOIRE

  • Les gaz anesthésiques pour inhalation peuvent présenter des risques pour la santé des travailleurs exposés. Dans cet article, sont brièvement décrites les caractéristiques de ces gaz, leurs risques ainsi que les limites d’exposition établies.

    Source : Tanguay, Cynthia, & Bussières, Jean-François. (Septembre 2015). OP, 38(3), 8-9. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383008_m%C3%A9dicaments%20dangereux.pdf

  • Are you using ultraviolet (UV) radiation, fog, mist or a combination of these and other solutions to disinfect patient areas? According to studies, all are effective at killing pathogens, but to what degree? Healthcare Purchasing News asked a few suppliers, infection preventionists (IPs) and environmental service (EVS) professionals to share their experience using different types of products, unravel popular misconceptions, and clarify what end users can reasonably expect to gain when these products are properly used.

    Source : Dimond, Valerie J. (September 2015).  Healthcare Purchasing News, 39(9). 16-27. Repéré à http://www.hpnonline.com/inside/2015-09/1509-OR-RoomDecontam.html

  • CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

  • The authors compared the frequency of lens opacities among physicians with and without occupational exposure to ionizing radiation, and estimated dose-response between cumulative dose and opacities. We conducted ophthalmologic examinations of 21 physicians with occupational exposure to radiation and 16 unexposed physicians. The findings do not indicate an increased frequency of lens opacities in physicians with occupational exposure to ionizing radiation. However, the subjects in this study have received relatively low doses and therefore the results do not exclude small increases in lens opacities or contradict the studies reporting increases among interventional cardiologists with materially higher cumulative doses.

    Source : Auvinen, Anssi, Kivelä, Tero, Heinävaara, Sirpa, & Mrena, Samy. (2015). The Annals of Occupational Hygiene, 59(7), 945-948.  doi: 10.1093/annhyg/mev022

  • CHUTES DE BÉNÉFICIAIRES

  • Communication between healthcare personnel regarding patient mobility status is essential to protect the patient and the healthcare worker. This paper describes the development, implementation, and results of a decision-making algorithm and bedside communication diagram related to patient mobility. A patient mobility assessment and bedside communication diagram was developed and implemented on 4 nursing units. Nurses and nursing assistants participated in a self-efficacy survey before and 6 months after its implementation. Weighted kappa statistics were examined for survey items to assess for differences before and after implementation. Eighteen months of quarterly falls data were descriptively analyzed. A total of 183 presurveys and 110 postsurveys were completed.  A decreasing trend was also noted in the total number of falls and unassisted falls in the units that had implemented the mobility communication tool versus those units that had not.  By providing a mobility status for patients, nursing staff reported improved self-efficacy related to patient mobility. Quarterly falls data trended toward a difference in total falls and unassisted falls over 18 months. This study reinforces the benefit of standardization of an easily accessible communication method for patient mobility.

    Source : Wilson, Christopher, Richards, Nancy, Slavin, Barbara, Wiechec Seidell, Janet, Jagow, Deborah, Gomez, Samantha, & Perlaki, Brittany. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(2), 55-65. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&path=82_84&product_id=158

  • COLLOQUE 2015

  • Dans le cadre de l’implantation du Système de Management de la Santé et de la Sécurité du Travail (SMSST), le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et troubles envahissants du développement (CRDITED) Saguenay-Lac-Saint-Jean a mis en place différents processus consultatifs paritaires. Ce mode d’action a donné lieu à une structure documentaire qui reflète bien sa culture de prévention.

    Source : Poulin, Pierre. (Septembre 2015). OP, 38(3), 22-23. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383022_colloque%202015.pdf

  • Le colloque annuel de l’ASSTSAS s’est tenu à l’hôtel Mortagne de Boucherville, les 29 et 30 avril dernier. Plus de 400 personnes ont participé aux activités. Tout au long des deux journées, les participants ont été conviés à réfléchir sur la prévention lors de changements organisationnels majeurs. Les conditions à réunir afin de conserver les acquis, les objectifs à atteindre et l’approche paritaire ont été discutés par les différents présentateurs invités. Les articles de ce dossier résument quelques-unes des présentations.

    Source : Bigaouette, Michel. (Septembre 2015). OP, 38(3), 17. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383017_colloque%202015.pdf

  • Au Salon des exposants, 21 entreprises sont venues présenter leurs nouveaux produits et services. La variété des équipements et des accessoires proposés reflétait bien la diversité des activités du secteur : services auxiliaires, pharmacies, laboratoires, travail de bureau, etc. Les participants à un des ateliers ont aussi bénéficié d’une visite semi-guidée du Salon des exposants. Une expérience à renouveler ! Nous vous présentons ici certains de leurs produits.

    Source : Gambin, Christiane. (Septembre 2015). OP, 38(3), 30-31. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383031_colloque%202015.pdf

  • L’implantation du Système général harmonisé de classification et d’étiquetage des produits chimiques (SGH) est maintenant officielle. Les dispositions législatives ont été adoptées par les gouvernements canadien et québécois en février et en juin 2015. Sous forme de questions et réponses, voici les principaux changements apportés au SIMDUT.

    Source : LeQuoc, Sylvain. (Septembre 2015). OP, 38(3), 28-29. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383028_colloque%202015.pdf

  • Plus de clients suivis à domicile et dans des ressources intermédiaires, Nombreux cadres et professionnels qui se déplacent d’un site à l’autre des nouveaux CISSS, l’évolution de l’organisation du travail augmente les déplacements et, nécessairement, le risque d’accident routier au travail (ART ). Cet article résume le cadre d’analyse du risque routier présenté au colloque.

    Source : Poulin, Pierre. (Septembre 2015). OP, 38(3), 26-27. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383026_colloque%202015.pdf

  • Une façon adéquate de prévenir la reproduction d’un accident consiste à mettre en oeuvre un processus d’enquête et d’analyse de l’événement accidentel (EAEA). Vous pourrez ainsi identifier les causes et les corriger. Vous sont ici expliquées les différentes étapes de l’EAEA.

    Source : LeQuoc, Sylvain. (Septembre 2015). OP, 38(3), 24-25. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383024_colloque%202015.pdf

  • En matière de diligence raisonnable, il existe trois grands devoirs légaux : prévoyance, efficacité et autorité. Bien que ces termes semblent bien simples, leur intégration dans la réalité de gestion de nos organisations est parfois un peu plus périlleuse ! Depuis plus de 10 ans, les modifications entourant la négligence criminelle en matière de SST sont venues influencer notre manière de percevoir les enjeux entourant la gestion de la prévention.

    Source : Ferron, Marc-André. (Septembre 2015). OP, 38(3), 20-21. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383020_colloque%202015.pdf

  • Le dernier siècle a vu l’apparition de l’avion, du plastique, de la radio, de l’ordinateur et de bien d’autres inventions. Tous ces changements ont influencé durablement les pratiques de soin et créé un nouveau travail soignant. Les innovations ont souvent contribué à éliminer à la source certains dangers pour la SST. Voyez l’influence déterminante de certaines inventions et autres changements sociaux sur l’amélioration de la SST en validant vos connaissances!

    Source : Bigaouette, Michel. (Septembre 2015). OP, 38(3), 18-19. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383018_colloque%202015.pdf

  • CONCILIATION TRAVAIL – VIE PERSONNELLE

  • "La fin des horaires de travail", c’est le titre accrocheur de l’article signé par Samuel Larochelle et paru dans Le Soleil le 30 mars 2015. Le journaliste y dévoile une réalité qui gagne du terrain, celle où les heures de travail ne sont ni programmées ni comptabilisées. Si une telle situation demeure encore atypique au Québec, elle illustre toutefois une réalité importante du travail contemporain : la fin des horaires de travail uniformes pour tous.

    Source : Gauthier, Christine. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 47-49. Repéré à http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • CONSTRUCTION

  • Les principales questions concernant la délimitation d’un chantier de construction et l’identification du maître d’œuvre trouvent réponse dans cette brochure. Elle permet aux intervenants du secteur de la construction d’identifier plus rapidement celui qui sera responsable d’assurer la santé, la sécurité et l’intégrité physique des travailleurs sur le chantier.

    Source : Bouchard, Pierre. (2015). [Montréal] : Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec, 20 p. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/200/Documents/DC200_16155web.pdf

  • DÉPLACEMENT DES BÉNÉFICIAIRES

  • Les toiles sont très importantes dans la sécurité des transferts avec aide mécanique. En 2014, l’ASSTSAS a procédé à un sondage sur les accidents reliés aux lève-personnes. Sur les 50 répondants, 17 ont décrit des accidents impliquant les clients. Ces accidents mettent principalement en cause l’équipement et la toile. De son côté, Santé Canada a recueilli les déclarations d’accidents survenus avec des lève-personnes en 2012-2013. Sur 153 accidents recensés, 13 étaient causés par un problème d’usure de la toile. Des discussions avec des fabricants de lève-personnes entraînent des modifications sur l’affiche et les fiches d’inspection des toiles et des leviers.

    Source : Bélanger, Louise. (Septembre 2015). OP, 38(3), 2015. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383003_l%C3%A9ve%20personnes.pdf

  • Despite extensive evidence that SPHM programs reduce employee injuries by an average of 72% and reduce costs associated with employee injuries, injuries among caregivers continue to rank in the top 5 of all industries. Many facilities continue to struggle to achieve the comprehensive system changes required to fully embrace a culture of caregiver safety mirroring that of a patient safety culture. In recent years, a subtle but important paradigm shift has occurred within the SPHM world. Risk for functional decline, especially for hospitalized older adults, is well documented, and a growing body of evidence has brought to light the detrimental influence of immobility for healthcare recipients across the continuum of care, along with the improved patient outcomes associated with increased levels of mobility at all phases of recovery. There are, however, barriers to providing optimal patient mobility, including the labor intensiveness and physical difficulty of assisting weak, dependent, and, often, heavy patients out of bed. These barriers have close parallels and similarities with barriers to safe patient handling programs.  Morris and Winkelman have identified that it can take a team of 4 or 5 people to perform mobility interventions.

    Source : Arnold, Margaret, Wilson, Christopher, McIlvaine, Jennifer, Labreche, Manon, & Stevens, Linda M. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(2), suppl., S1-S21. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&product_id=162 

  • Communication between healthcare personnel regarding patient mobility status is essential to protect the patient and the healthcare worker. This paper describes the development, implementation, and results of a decision-making algorithm and bedside communication diagram related to patient mobility. A patient mobility assessment and bedside communication diagram was developed and implemented on 4 nursing units. Nurses and nursing assistants participated in a self-efficacy survey before and 6 months after its implementation. Weighted kappa statistics were examined for survey items to assess for differences before and after implementation. Eighteen months of quarterly falls data were descriptively analyzed. A total of 183 presurveys and 110 postsurveys were completed.  A decreasing trend was also noted in the total number of falls and unassisted falls in the units that had implemented the mobility communication tool versus those units that had not.  By providing a mobility status for patients, nursing staff reported improved self-efficacy related to patient mobility. Quarterly falls data trended toward a difference in total falls and unassisted falls over 18 months. This study reinforces the benefit of standardization of an easily accessible communication method for patient mobility.

    Source : Wilson, Christopher, Richards, Nancy, Slavin, Barbara, Wiechec Seidell, Janet, Jagow, Deborah, Gomez, Samantha, & Perlaki, Brittany. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(2), 55-65. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&path=82_84&product_id=158

  • There is a growing body of evidence supporting the benefits to patients and healthcare systems with early and progressive mobility; however, there are many barriers to physically assisting patients with mobility interventions. In the bariatric patient population, where mobilizing patients can violate the 35 lb lifting limit recommended by the National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH), this can be especially challenging. This paper describes the use of safe patient handling technology for 3 different patients across different care settings, all of whom had significant barriers to mobility. The 3 cases each had a unique rationale for choice of safe patient handling and mobility (SPHM) solutions and unique application of the SPHM technologies. The staff and patients at all 3 facilities felt the SPHM technologies significantly affected the course of care and the patient outcomes. Use of SPHM technologies can assist in overcoming barriers to early and progressive mobility for patients of all sizes. Further research is needed in the form of prospective trials to determine the most effective use of technologies and optimal timing of interventions for all patients, particularly for bariatric patients.  

    Source : Arnold, Margaret, Combs, Janet, Gach, Richard, & Labreche, Manon. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(2), 47-54. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&product_id=157

  • Dans le cadre d’une démarche de prévention des TMS chez le personnel soignant en centre d’hébergement, le CSSS de Québec-Nord, établissement intégré au CIUSSS de la Capitale-Nationale depuis le 1er avril 2015, a produit huit capsules vidéo. En plus de rappeler les bonnes procédures de travail, ces capsules expliquent les raisons qui les justifient, tant pour la sécurité de l’employé lui-même que pour celle du résident.

    Source : Desrosiers, Jany. (Septembre 2015). OP, 38(3), 10-11. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383010_TMS.pdf

  • DILIGENCE RAISONNABLE

  • En matière de diligence raisonnable, il existe trois grands devoirs légaux : prévoyance, efficacité et autorité. Bien que ces termes semblent bien simples, leur intégration dans la réalité de gestion de nos organisations est parfois un peu plus périlleuse ! Depuis plus de 10 ans, les modifications entourant la négligence criminelle en matière de SST sont venues influencer notre manière de percevoir les enjeux entourant la gestion de la prévention.

    Source : Ferron, Marc-André. (Septembre 2015). OP, 38(3), 20-21. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383020_colloque%202015.pdf

  • En matière de diligence raisonnable, il existe trois grands devoirs légaux : prévoyance, efficacité et autorité. Bien que ces termes semblent bien simples, leur intégration dans la réalité de gestion de nos organisations est parfois un peu plus périlleuse ! Depuis plus de 10 ans, les modifications entourant la négligence criminelle en matière de SST sont venues influencer notre manière de percevoir les enjeux entourant la gestion de la prévention.

    Source : Ferron, Marc-André. (Septembre 2015). OP, 38(3), 20-21. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383020_colloque%202015.pdf

  • ÉBOLA

  • Bessesen et al highlight the potential utility of reusable elastomeric face masks to bypass the risk of N95 respirator shortages during a respiratory illness pandemic and stress the importance of efficacious disinfection to reuse facial protective equipment safely. The authors would like to take the opportunity to underline the need that awareness on personal protective equipment (PPE) stocks is included in any pandemic preparedness plan. The demand for PPE must be established on the basis of the health care facility’s role, defined by public health authorities to create a coordinated network approach.

    Source : Puro, Vincenzo, Pittalis, Silvia, Chinello, Pierangelo, Nicastri, Emanuele, Petrosillo, Nicola, Antonini, Mario, & Ippolito, Giuseppe. (2015). AJIC: American Journal of Infection Control. Prépublication.  DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.07.040

  • ENQUÊTE ET ANALYSE D’ACCIDENT

  • Dans le cheminement d’un dossier d’accident de travail, le piège de la routine peut causer des erreurs. Il est utile de revoir les différentes étapes qui permettent une gestion efficace, respectueuse et uniforme. Une lésion professionnelle débute souvent par un accident du travail, et les premiers secours en minimiseront les conséquences. Une fois la situation contrôlée, l’enquête et analyse permettra d’en connaitre les causes et de prévenir sa répétition. Parallèlement, commence la gestion administrative du dossier en remplissant les formulaires pour indemniser adéquatement le travailleur, déclarer l’événement à la CSST et effectuer un suivi médical et administratif. Cette gestion comporte la vérification des coûts, l’évaluation des possibilités de partage de coûts et les options pour diminuer l’impact financier de la lésion. Selon l’évolution de la lésion, il faudra planifier le retour au travail de l’employé et s’assurer qu’il s’effectue rapidement et sans rechute.

    Source : Lemarier, Pierre. (Août 2015). Convergence, 31(2), 4-5. Repéré à http://www.centrepatronalsst.qc.ca/publications/convergence/numeros-anterieurs/aout-2015-gestion-des-dossiers-daccident-volet-administratif-quoi-considerer.html#4

  • ÉQUIPEMENT DE PROTECTION

  • Vaccination of health care workers (HCW) against seasonal influenza (SI) is recommended but vaccination rate rarely reach >30%. Vaccination coverage against 2009 pandemic influenza (PI) was 52% in our hospital, whilst a new policy requiring unvaccinated HCW to wear a mask during patient care duties was enforced. The purpose of this study was to investigate the determinants of this higher vaccination acceptance for PI and to look for an association with the new mask-wearing policy.

    Source : Dorribo, V., Lazor-Blanchet, C., Hugli, O., & Zanetti, G. (2015). Occupational Medicine. Prépublication. doi: 10.1093/occmed/kqv116

  • Cette fiche pratique propose des conseils pour choisir des chaussures antidérapantes adaptées au secteur de la restauration traditionnelle.

    Source : Institut national de recherche et de sécurité. (2015). Paris : INRS. (ED6211). Repéré à  http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/ED/TI-ED-6211/ed6211.pdf

  • Cette fiche pratique propose des conseils pour sécuriser les opérations de découpe et l’épluchage des légumes grace à l’utilisation de gants anticoupures.

    Source : Institut national de recherche et de sécurité. (2015). Paris : INRS. (ED6216). Repéré à http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/ED/TI-ED-6216/ed6216.pdf

  • Bessesen et al highlight the potential utility of reusable elastomeric face masks to bypass the risk of N95 respirator shortages during a respiratory illness pandemic and stress the importance of efficacious disinfection to reuse facial protective equipment safely. The authors would like to take the opportunity to underline the need that awareness on personal protective equipment (PPE) stocks is included in any pandemic preparedness plan. The demand for PPE must be established on the basis of the health care facility’s role, defined by public health authorities to create a coordinated network approach.

    Source : Puro, Vincenzo, Pittalis, Silvia, Chinello, Pierangelo, Nicastri, Emanuele, Petrosillo, Nicola, Antonini, Mario, & Ippolito, Giuseppe. (2015). AJIC: American Journal of Infection Control. Prépublication.  DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.07.040

  • Sharps disposal containers are ubiquitous in health care facilities; however, there is paucity of data on their potential role in pathogen transmission. This study assessed the relationship between use of single-use versus reusable sharps containers and rates of Clostridium difficile infections in a national sample of hospitals. A 2013 survey of 1,990 hospitals collected data on the use of sharps containers.

    Source : Pogorzelska-Maziarz, Monika. (2015). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.06.007

  • Although they play an important role in infection prevention and control, textile materials and personal protective equipment (PPE) used in health care settings are known to be one of the sources of cross-infection. There is currently no existing standard specific to isolation gowns that considers not only the barrier resistance but also a wide array of end user desired attributes. As a result, infection preventionists and purchasing agents face several difficulties in the selection process, and end users have limited or no information on the levels of protection provided by isolation gowns. Lack of knowledge about the performance of protective clothing used in health care became more apparent during the 2014 Ebola epidemic. This article reviews laboratory studies, regulations, guidelines and standards pertaining to isolation gowns, characterization problems, and other potential barriers of isolation gown selection and use.

    Source : Balci, F. Selcen Kilinc. (2015). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.07.042

  • Les toiles sont très importantes dans la sécurité des transferts avec aide mécanique. En 2014, l’ASSTSAS a procédé à un sondage sur les accidents reliés aux lève-personnes. Sur les 50 répondants, 17 ont décrit des accidents impliquant les clients. Ces accidents mettent principalement en cause l’équipement et la toile. De son côté, Santé Canada a recueilli les déclarations d’accidents survenus avec des lève-personnes en 2012-2013. Sur 153 accidents recensés, 13 étaient causés par un problème d’usure de la toile. Des discussions avec des fabricants de lève-personnes entraînent des modifications sur l’affiche et les fiches d’inspection des toiles et des leviers.

    Source : Bélanger, Louise. (Septembre 2015). OP, 38(3), 2015. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383003_l%C3%A9ve%20personnes.pdf

  • Are you using ultraviolet (UV) radiation, fog, mist or a combination of these and other solutions to disinfect patient areas? According to studies, all are effective at killing pathogens, but to what degree? Healthcare Purchasing News asked a few suppliers, infection preventionists (IPs) and environmental service (EVS) professionals to share their experience using different types of products, unravel popular misconceptions, and clarify what end users can reasonably expect to gain when these products are properly used.

    Source : Dimond, Valerie J. (September 2015).  Healthcare Purchasing News, 39(9). 16-27. Repéré à http://www.hpnonline.com/inside/2015-09/1509-OR-RoomDecontam.html

  • This was a feasibility study in a Department of Veterans Affairs Medical Center to develop a standard operating procedure (SOP) to be used by health care workers to disinfect reusable elastomeric respirators under pandemic conditions. Registered and licensed practical nurses, nurse practitioners, aides, clinical technicians, and physicians took part in the study. Health care worker volunteers were provided with manufacturers’ cleaning and disinfection instructions and all necessary supplies. They were observed and filmed. SOPs were developed, based on these observations, and tested on naïve volunteer health care workers. Error rates using manufacturers’ instructions and SOPs were compared.

    Source : Bessesen, Mary T., Adams, Jill C., Radonovich, Lewis, & Anderson, Judith. AJIC: American Journal of Infection Control, 43(6), 629-634. Repéré à http://www.ajicjournal.org/article/S0196-6553(15)00089-9/pdf

  • Au Salon des exposants, 21 entreprises sont venues présenter leurs nouveaux produits et services. La variété des équipements et des accessoires proposés reflétait bien la diversité des activités du secteur : services auxiliaires, pharmacies, laboratoires, travail de bureau, etc. Les participants à un des ateliers ont aussi bénéficié d’une visite semi-guidée du Salon des exposants. Une expérience à renouveler ! Nous vous présentons ici certains de leurs produits.

    Source : Gambin, Christiane. (Septembre 2015). OP, 38(3), 30-31. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383031_colloque%202015.pdf

  • Le magasin du CSSS La Pommeraie reçoit l’ensemble des produits livrés par les fournisseurs avant de les acheminer dans différents services. C’est dire qu’il y a beaucoup de manipulation de boîtes ! Afin de réduire les contraintes de travail , l’équipe a suivi une formation sur la manutention sécuritaire de charges. Voici ses nouvelles astuces !

    Source : Gambin, Christiane. (Septembre 2015). OP, 38(3), 12-13. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383012_entreposage.pdf

  • Today’s healthcare workers (HCWs) are shouldering more responsibility and pressure than ever before. In order to succeed they need the best tools and resources available, and that includes a variety of well-designed carts and workstations that are functional, adaptable, and ergonomically engineered for comfort and safety. "With ever-increasing efficiency requirements, the well-being of healthcare personnel is key to delivering high quality care and achieving the desired results," said Eric Dotson, General Manager at Sovella, a workstation and modular furniture provider in GA. "Healthcare professionals need work spaces that are easy to clean, organized and tailored to their individual needs. Workers need a workstation that is easy to use, move and adjust, in order to concentrate on the patient and the nursing work. Good ergonomics improve working comfort and reduces absences due to illness, consequently improving productivity and creating considerable savings."

    Source : Dimond, Valerie J. (August 2015). Healthcare Purchasing News, 39(8). 42-47. Repéré à http://www.hpnonline.com/inside/2015-08/1508-PS-Carts.html

  • ÉQUIPEMENTS MÉDICAUX – AVIS ET RETRAITS

  • Le fabricant a reçu des plaintes concernant les freins et le système de pesée. Selon les plaintes, le frein pourrait ne pas être suffisamment puissant ou il pourrait se desserrer spontanément et les lectures de pesée sont inexactes. Stryker a aussi déterminé que le dossier de l’historique de conception du lit Spirit one est incomplet.

    Source : Santé Canada. (22 juillet 2015). Canadiens en santé. Repéré à http://canadiensensante.gc.ca/recall-alert-rappel-avis/hc-sc/2015/54566r-fra.php

  • On a identifié la possibilité que des blessures de gravité modérée, bien que rares, puissent se produire. Une lacération, une coupure, une déchirure ou l’abrasion cutanée de la partie inférieure de la jambe du patient peut se produire chez ceux qui ont la peau fragile, si la jambe est positionnée au début de la section entre la cuisse et le pied ou celle qui se situe entre la cuisse et la tête.

    Source : Santé Canada. (27 août 2015). Canadiens en santé. Repéré à http://canadiensensante.gc.ca/recall-alert-rappel-avis/hc-sc/2015/55002r-fra.php

  • ÉTABLISSEMENTS D’HÉBERGEMENT

  • Le système de cloches d’appel actuellement utilisé dans les centres d’hébergement du CSSS de la Vieille-Capitale n’est pas optimal. D’une part, lorsqu’une cloche d’appel est activée, le système émet des signaux lumineux et sonores à l’extérieur de la chambre de l’usager et à la console centrale au poste de garde. Considérant que le personnel est souvent occupé auprès d’autres résidents, ces signaux sont parfois difficilement perceptibles. D’autre part, en raison de leurs capacités réduites et de leurs problèmes cognitifs, les usagers des centres d’hébergement ne sont pas toujours aptes à utiliser le système de cloches d’appel pour demander de l’aide. L’ETMISSS-PL a réalisé une recherche documentaire rapide afin d’identifier des systèmes de cloches d’appel en centres d’hébergement dont l’efficacité a été démontrée dans la littérature scientifique.

    Source : Dussault, Julie, & St-Jacques, Sylvie. (2015). Efficacité des systèmes de cloches d’appel en centres d’hébergement : note informative. Québec : ETMISSS-PL et CIUSSS de la Capitale-Nationale, 40 p. Repéré à http://www.cersspl.ca/fileadmin/user_upload/documentations/fichiers/Cloches_d_appel_FINAL_30_juin_2015.pdf

  • Certaines ressources intermédiaires ont pour vocation d’accueillir une clientèle psychiatrique ou psycho-légale avec, parfois, des antécédents de violence bien documentés. D’autres hébergent une clientèle non psychiatrisée sans pour autant que des troubles mentaux et des troubles du comportement ne soient parfaitement exclus du portrait. Le personnel en ressource intermédiaire peut donc être appelé à composer avec différents types de comportements jugés perturbateurs. À la condition psychiatrique peuvent aussi se superposer des conditions concomitamtes (maladie physique, déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autosme, traumatisme crânien), identifiés ou non, rendant plus difficiles la prévention et la gestion des comportements perturbateurs.

    Source : Gagnon, Jean-Philippe. (Septembre 2015), Le Relief, 1(3), 14-19. Repéré à http://issuu.com/arihq/docs/lerelief_volume1_no3_1/14

  • Demographic changes will lead to a growing demand for healthy, motivated healthcare workers (HCW) in the years ahead. Along with well-targeted prevention, knowledge of occupational health and safety and infection precaution is essential for a healthy working life. In this context back-friendly working methods and protection from infectious diseases are necessary in elderly care. In 2012, a survey was conducted in nine residential and two semi-residential nursing homes, as well as in one home care service in the Schwerin area of northeast Germany. Four hundred and seventy three HCWs were asked to fill in a questionnaire on what they knew about aspects of occupational health and safety such as vaccinations and preventative measures administered by occupational physicians, hygiene, back-friendly working methods and infection prevention. The statistical evaluation was descriptive, with a comparison between job title.

    Source :  Schönrock, Stefanie, Schablon, Anja, Nienhaus, Albert, & Peters, Peters. (2015). Journal of Occupational Medicine and Toxicology, 10. Repéré à http://www.occup-med.com/content/pdf/s12995-015-0079-0.pdf

  • Nurses and health care workers are under increasing scrutiny from the general public and other professionals over their capacity for compassion. For example, in the UK, recruitment of nurses includes assessment of compassion through  ‘Values Based Recruitment’. However, compassionate care can be hindered when working in very challenging and pressurised environments. The study aimed to explore the experiences of managing work pressures in front-line NHS staff caring for older adults with dementia. One aspect of the analysis was to explore the factors that facilitate or hinder self-compassion and mindfulness, since these ways of responding to extreme pressure are likely to facilitate compassion towards others.

    Source : McPherson, Susan, Hiskey, Syd, & Alderson, Zoe. (2015). Distress in working on dementia wards : A threat to compassionate care: A grounded theory study. Prépublication. International Journal of Nursing Studies. doi:10.1016/j.ijnurstu.2015.08.013

  • FORMATION CONTINUE

  • In this online training, the participant will receive scientific information about the risks of shift work and long work hours and strategies to reduce these risks. This course was designed to increase knowledge and promote better personal behaviors and workplace systems to reduce the risks linked to working shift work, long work hours, and exposure to related issues from insufficient sleep. Content is derived from scientific literature on shift work, long work hours, sleep, and circadian rhythms. This course is interactive and incorporates lesson text, lesson quizzes, and video testimonials from several nurses in order to illustrate risk and provide solutions for both nurses and their employers. The training contains 12 modules that are divided into two parts. Other Resources at the end gives a list of more information about work schedules and sleep.

    Source : National Institute for Occupational Safety and Health. (2015). NIOSH Training for Nurses on Shift Work and Long Hours Hours. Repéré à http://www.cdc.gov/niosh/work-hour-training-for-nurses/

  • GAZ ANESTHÉSIQUE

  • Les gaz anesthésiques pour inhalation peuvent présenter des risques pour la santé des travailleurs exposés. Dans cet article, sont brièvement décrites les caractéristiques de ces gaz, leurs risques ainsi que les limites d’exposition établies.

    Source : Tanguay, Cynthia, & Bussières, Jean-François. (Septembre 2015). OP, 38(3), 8-9. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383008_m%C3%A9dicaments%20dangereux.pdf

  • GESTION – LEADERSHIP

  • Intégrer la médiation collaborative au sein des entreprises, est-ce nécessaire ? Divers motifs peuvent amener les leaders d’entreprise à réviser certaines de leurs pratiques de gestion. Pensons notamment au besoin d’attirer et de fidéliser les membres des jeunes générations, qui recherchent un climat de travail stimulant où défis et plaisir se conjuguent au quotidien. Ou au désir d’encourager l’innovation et le travail d’équipe. Ou encore à la nécessité de protéger le moral des troupes et de maintenir un haut taux d’engagement en cette période d’austérité économique. Ou enfin de préserver la paix au travail.

    Source : Labelle, Ghislaine. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 44-46. Repéré à http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • "La fin des horaires de travail", c’est le titre accrocheur de l’article signé par Samuel Larochelle et paru dans Le Soleil le 30 mars 2015. Le journaliste y dévoile une réalité qui gagne du terrain, celle où les heures de travail ne sont ni programmées ni comptabilisées. Si une telle situation demeure encore atypique au Québec, elle illustre toutefois une réalité importante du travail contemporain : la fin des horaires de travail uniformes pour tous.

    Source : Gauthier, Christine. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 47-49. Repéré à http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • De quoi parle-t-on exactement quand on évoque la synergie d’une équipe ? Quels sont les éléments à la base de la capacité collaborative d’une équipe ? Comment peut-on évaluer le niveau de synergie d’une équipe ?

    Source : Ste-Marie, Pascale. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 32-34. Repéré à http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • On parle beaucoup de collaboration entre les personnes, mais la collaboration entre les services dans les entreprises est tout aussi cruciale. Dans un contexte organisationnel, il importe, comme le propose Guy Le Boterf, expert français en gestion et développement des compétences, de savoir interagir. Pour ce faire, il faut non seulement savoir collaborer, mais aussi pouvoir et vouloir collaborer.

    Source : Maletto, Michel. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 40-42. Repéré à http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • Collaborer est l’acte de travailler volontairement ensemble pour atteindre un objectif commun. Il s’agit bien sûr d’une façon de faire à laquelle la grande majorité des individus adhère spontanément. Il y a des avantages à réunir les idées, à ne pas réinventer la roue ou à se soutenir mutuellement pour la réussite de l’organisation.

    Source : Poitras, Jean, & Gosselin, Alain. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 14-19. Repéré à http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • GESTION DE LA SST

  • L’ensemble de la législation fédérale et québécoise concernant le SIMDUT 2015 est maintenant en vigueur. Le 3 juin 2015, le gouvernement a annoncé la sanction du projet de Loi n° 43 (Loi). La Loi remplace principalement le concept de «produit contrôlé» par «produit dangereux» et prévoit les modalités d’identification de ce produit, de même que les exigences de formation et d’information reçue par les travailleurs à l’égard de celui-ci. La Loi prévoit enfin des dispositions de concordance et de nature transitoire, notamment en permettant aux employeurs, jusqu’au 1er décembre 2018, fin de la période de transition, de posséder aussi sur un lieu de travail des produits dont l’étiquetage est conforme à l’ancien cadre réglementaire. D’ici la fin de la période de transition, les deux systèmes, le SIMDUT 1988 (SIMDUT avant le SGH) et le SIMDUT 2015 (SIMDUT harmonisé au SGH), cohabiteront.

    Source : CSST. Répertoire toxicologique. (2015). SGH : entrée en vigueur du projet de loi n°43 – Loi favorisant l’information sur la dangerosité des produits présents en milieu de travail et modifiant la Loi sur la santé et la sécurité du travail (2015, chapitre 13). Repéré à http://www.csst.qc.ca/prevention/reptox/simdut-2015/Pages/loi-43-quebec.aspx

  • Pour consulter le projet de loi  n°43: http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=5&file=2015C13F.PDF

  • Dans le cadre de l’implantation du Système de Management de la Santé et de la Sécurité du Travail (SMSST), le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et troubles envahissants du développement (CRDITED) Saguenay-Lac-Saint-Jean a mis en place différents processus consultatifs paritaires. Ce mode d’action a donné lieu à une structure documentaire qui reflète bien sa culture de prévention.

    Source : Poulin, Pierre. (Septembre 2015). OP, 38(3), 22-23. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383022_colloque%202015.pdf

  • Le colloque annuel de l’ASSTSAS s’est tenu à l’hôtel Mortagne de Boucherville, les 29 et 30 avril dernier. Plus de 400 personnes ont participé aux activités. Tout au long des deux journées, les participants ont été conviés à réfléchir sur la prévention lors de changements organisationnels majeurs. Les conditions à réunir afin de conserver les acquis, les objectifs à atteindre et l’approche paritaire ont été discutés par les différents présentateurs invités. Les articles de ce dossier résument quelques-unes des présentations.

    Source : Bigaouette, Michel. (Septembre 2015). OP, 38(3), 17. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383017_colloque%202015.pdf

  • Les principales questions concernant la délimitation d’un chantier de construction et l’identification du maître d’œuvre trouvent réponse dans cette brochure. Elle permet aux intervenants du secteur de la construction d’identifier plus rapidement celui qui sera responsable d’assurer la santé, la sécurité et l’intégrité physique des travailleurs sur le chantier.

    Source : Bouchard, Pierre. (2015). [Montréal] : Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec, 20 p. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/200/Documents/DC200_16155web.pdf

  • Heureusement, la grande majorité des blessures subies au travail n’occasionnent pas de conséquences majeures, et la réintégration du travailleur s’effectue normalement, dès la consolidation de la lésion ou avant, lorsque des tâches sont autorisées par le médecin traitant. Certaines lésions occasionneront une incapacité totale ou partielle et d’autres, aucune. L’incapacité peut être temporaire (tant que la lésion n’est pas consolidée) ou permanente (selon les limitations fonctionnelles permanentes émises dans le rapport d’évaluation médicale). Selon la nature de la lésion, la période d’incapacité variera aussi. Si aucun suivi de cette incapacité n’est effectué, le dossier pourrait se chroniciser et entrainer des conséquences importantes, tant pour le travailleur que l’employeur. Le retour graduel au travail est un moyen pour éviter cette situation.

    Source : Gauvin, Francine. (Août 2015). Convergence, 31(2), 6-7. Repéré à http://www.centrepatronalsst.qc.ca/documents/pdf/conv_aout_15.pdf#6

  • Dans le cheminement d’un dossier d’accident de travail, le piège de la routine peut causer des erreurs. Il est utile de revoir les différentes étapes qui permettent une gestion efficace, respectueuse et uniforme. Une lésion professionnelle débute souvent par un accident du travail, et les premiers secours en minimiseront les conséquences. Une fois la situation contrôlée, l’enquête et analyse permettra d’en connaitre les causes et de prévenir sa répétition. Parallèlement, commence la gestion administrative du dossier en remplissant les formulaires pour indemniser adéquatement le travailleur, déclarer l’événement à la CSST et effectuer un suivi médical et administratif. Cette gestion comporte la vérification des coûts, l’évaluation des possibilités de partage de coûts et les options pour diminuer l’impact financier de la lésion. Selon l’évolution de la lésion, il faudra planifier le retour au travail de l’employé et s’assurer qu’il s’effectue rapidement et sans rechute.

    Source : Lemarier, Pierre. (Août 2015). Convergence, 31(2), 4-5. Repéré à http://www.centrepatronalsst.qc.ca/publications/convergence/numeros-anterieurs/aout-2015-gestion-des-dossiers-daccident-volet-administratif-quoi-considerer.html#4

  • Evidence-based resource allocation in the public health care sector requires reliable economic evaluations that are different from those needed in the commercial sector. The purpose of this study was to describe a framework for conducting economic evaluations of occupational health and safety (OHS) programmes in health care developed with sector stakeholders. To define key resources and outcomes to be considered in economic evaluations of OHS programmes and to integrate these into a comprehensive framework.

    Source : Guzman, J., Tompa, E., Koehoorn, M., de Boer, H., Macdonald, S., & Alamgir, H. (2015). Occupational Medicine, 65(7), 590-597. doi: 10.1093/occmed/kqv114

  • Demographic changes will lead to a growing demand for healthy, motivated healthcare workers (HCW) in the years ahead. Along with well-targeted prevention, knowledge of occupational health and safety and infection precaution is essential for a healthy working life. In this context back-friendly working methods and protection from infectious diseases are necessary in elderly care. In 2012, a survey was conducted in nine residential and two semi-residential nursing homes, as well as in one home care service in the Schwerin area of northeast Germany. Four hundred and seventy three HCWs were asked to fill in a questionnaire on what they knew about aspects of occupational health and safety such as vaccinations and preventative measures administered by occupational physicians, hygiene, back-friendly working methods and infection prevention. The statistical evaluation was descriptive, with a comparison between job title.

    Source :  Schönrock, Stefanie, Schablon, Anja, Nienhaus, Albert, & Peters, Peters. (2015). Journal of Occupational Medicine and Toxicology, 10. Repéré à http://www.occup-med.com/content/pdf/s12995-015-0079-0.pdf

  • How aware workers are of factors in their workplace that may impact work health and safety has been identified as an area of interest in the Australian Work Health and Safety Strategy 2012-2022 under the action area of Leadership and culture: Leadership in communities and organisations to promote a positive culture for health and safety. In the context of work health and safety, mindfulness is the conscious awareness of factors that affect or may affect health and safety in the workplace. The report presents findings on mindfulness relating to work health and safety among Australian employers, sole traders (operators of non-employing businesses) and workers as measured by the Perceptions of Work Health and Safety Survey 2012. This report includes three measures of mindfulness: What do businesses count on; preoccupation with failure and sensitivity to operations.

    Source : Safe Work Australia. (2015). Mindfulness of work health and safety in the workplace : Report. Canberra, AUS : Safe Work Australia, vii. 29 p. Repéré à http://www.safeworkaustralia.gov.au/sites/SWA/about/Publications/Documents/918/mindfulness.pdf

  • Une façon adéquate de prévenir la reproduction d’un accident consiste à mettre en oeuvre un processus d’enquête et d’analyse de l’événement accidentel (EAEA). Vous pourrez ainsi identifier les causes et les corriger. Vous sont ici expliquées les différentes étapes de l’EAEA.

    Source : LeQuoc, Sylvain. (Septembre 2015). OP, 38(3), 24-25. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383024_colloque%202015.pdf

  • En matière de diligence raisonnable, il existe trois grands devoirs légaux : prévoyance, efficacité et autorité. Bien que ces termes semblent bien simples, leur intégration dans la réalité de gestion de nos organisations est parfois un peu plus périlleuse ! Depuis plus de 10 ans, les modifications entourant la négligence criminelle en matière de SST sont venues influencer notre manière de percevoir les enjeux entourant la gestion de la prévention.

    Source : Ferron, Marc-André. (Septembre 2015). OP, 38(3), 20-21. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383020_colloque%202015.pdf

  • Le dernier siècle a vu l’apparition de l’avion, du plastique, de la radio, de l’ordinateur et de bien d’autres inventions. Tous ces changements ont influencé durablement les pratiques de soin et créé un nouveau travail soignant. Les innovations ont souvent contribué à éliminer à la source certains dangers pour la SST. Voyez l’influence déterminante de certaines inventions et autres changements sociaux sur l’amélioration de la SST en validant vos connaissances!

    Source : Bigaouette, Michel. (Septembre 2015). OP, 38(3), 18-19. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383018_colloque%202015.pdf

  • Chaque année, la CSST fournit les informations sur les accidents du travail indemnisés au cours de l’avant-dernière année. L’analyse des récentes données, bien qu’étant le reflet de la situation de 2013, offre malgré tout un portrait des lésions survenue dans notre secteur.

    Source : Bédard, Sylvie, & Bélanger, Louise. (Septembre 2015). OP, 38(3), 14-15. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383014_statistiques.pdf

  • GESTION DU CHANGEMENT

  • Face aux changements non désirés, pas facile de préserver notre bel équilibre ! Conflits interpersonnels, démotivation et insatisfaction au travail, insomnie et irritabilité sont quelques-unes des manifestations d’un mal-être. En cette époque de changements dans les établissements du secteur, chacun y est confronté à un moment ou à un autre. Existe-t-il une façon pour mieux accueillir l’inévitable, l’imposé, l’indésirable, bref tout ce qui nous insécurise à tel point d’en devenir malheureux ?

    Source: Désilets, Suzie (Septembre 2015). OP, 38(3), 32. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383032.pdf

  • HISTOIRE DE LA SST

  • Le dernier siècle a vu l’apparition de l’avion, du plastique, de la radio, de l’ordinateur et de bien d’autres inventions. Tous ces changements ont influencé durablement les pratiques de soin et créé un nouveau travail soignant. Les innovations ont souvent contribué à éliminer à la source certains dangers pour la SST. Voyez l’influence déterminante de certaines inventions et autres changements sociaux sur l’amélioration de la SST en validant vos connaissances!

    Source : Bigaouette, Michel. (Septembre 2015). OP, 38(3), 18-19. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383018_colloque%202015.pdf

  • HORAIRE DE TRAVAIL

  • Registered nurses across the globe bear a heavy injury burden. Every shift, nurses are exposed to a variety of hazards that can jeopardize their health, which negatively impacts their ability to provide high-quality patient care. Previous research suggests that inexperienced, or newly licensed nurses, may have an increased risk for certain occupational injuries. However, the current knowledge base is insufficient to fully understand how work hours influence newly licensed nurses’ occupational injury, given the significant variation in hospital organization and work characteristics. The purpose of this study is to describe newly licensed nurses’ shift work characteristics and determine the association between shift type and scheduling characteristics and nurse injury, before and after adjusting for individual and combined effects of demographics, external context, organizational context, and work context, following the Organization of Work model.

    Source : Stimpfel,  Amy Witkoski, Brewer, Carol S., & Kovner, Christine T. (2015). International Journal of Nursing Studies, 52(11), 1686-1693. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ijnurstu.2015.06.011

  • "La fin des horaires de travail", c’est le titre accrocheur de l’article signé par Samuel Larochelle et paru dans Le Soleil le 30 mars 2015. Le journaliste y dévoile une réalité qui gagne du terrain, celle où les heures de travail ne sont ni programmées ni comptabilisées. Si une telle situation demeure encore atypique au Québec, elle illustre toutefois une réalité importante du travail contemporain : la fin des horaires de travail uniformes pour tous.

    Source : Gauthier, Christine. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 47-49. Repéré à http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • 12 h shifts are becoming increasingly common for hospital nurses but there is concern that long shifts adversely affect nurses’ well-being, job satisfaction and intention to leave their job. The aim of this study is to examine the association between working long shifts and burnout, job dissatisfaction, dissatisfaction with work schedule flexibility and intention to leave current job among hospital nurses. The findings suggest that longer working hours for hospital nurses are associated with adverse outcomes for nurses. Some of these adverse outcomes, such as high burnout, may pose safety risks for patients as well as nurses.

    Source : Dall’Ora, Chiara, Griffiths, Peter, Ball, Jane, Simon, Michael, & Aiken, Linda H. (2015). BMJ Open, 5(9). doi:10.1136/bmjopen-2015-008331

  • In this online training, the participant will receive scientific information about the risks of shift work and long work hours and strategies to reduce these risks. This course was designed to increase knowledge and promote better personal behaviors and workplace systems to reduce the risks linked to working shift work, long work hours, and exposure to related issues from insufficient sleep. Content is derived from scientific literature on shift work, long work hours, sleep, and circadian rhythms. This course is interactive and incorporates lesson text, lesson quizzes, and video testimonials from several nurses in order to illustrate risk and provide solutions for both nurses and their employers. The training contains 12 modules that are divided into two parts. Other Resources at the end gives a list of more information about work schedules and sleep.

    Source : National Institute for Occupational Safety and Health. (2015). NIOSH Training for Nurses on Shift Work and Long Hours Hours. Repéré à http://www.cdc.gov/niosh/work-hour-training-for-nurses/

  • HYGIÈNE ET SALUBRITÉ

  • In a survey of two hospitals, soft surfaces were commonly present in inpatient and outpatient settings, and contamination with health care-associated pathogens was frequently detected. An improved hydrogen peroxide cleaner disinfectant was effective for decontamination of soft surfaces when applied as a spray with no mechanical wiping.

    Source : Cadnum, Jennifer L., Mana, Thriveen S.C., Jencson, Annette, Thota, Priyaleela, Kundrapu, Sirisha, & Donskey, Curtis J. (2015). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.07.016

  • Les travailleurs du milieu de la santé sont à risque d’attraper une grippe ou de faire une gastroentérite même lorsque leurs tâches ne les mettent pas en contact direct avec des patients porteurs du virus de l’influenza ou de norovirus. L’étude pilote Détection des virus respiratoires et entériques en milieu hospitalier, à laquelle Caroline Duchaine a participé, avait d’abord pour objectif de documenter les risques que courent les travailleurs qui gravitent autour de patients infectieux, sans nécessairement leur donner des soins, soit le personnel affecté aux services alimentaires ou en hygiène et salubrité, par exemple. Afin d’enrichir les connaissances sur leur dissémination, les chercheurs visaient, par cette activité exploratoire, à valider la mise en place de méthodes permettant de détecter la présence des virus. Ils avaient aussi pour objectif d’évaluer s’il était possible d’appliquer ces méthodes, ainsi que les données préliminaires obtenues, pour réaliser une étude de plus grande envergure sur ce sujet.

    Source : Blanchet, Suzanne. (Automne 2015). Prévention au travail, 28(3). 22-23. Repéré à http://preventionautravail.com/recherche/246-l-air-un-vecteur-meconnu-de-transmission-des-infections-dans-les-hopitaux.html

  • In the article "10 Reasons Health Care Needs Sustainability Treatments," Janet Howard stated, "Hospitals have a mission to help the elderly and the weak, but don’t always walk the walk … What is the value of long-term success if it’s on an uninhabitable planet? When framing environmental stewardship activities, it helps to review a hospital’s mission statement. Most of these focus on health and healing, communities, quality and safety. Some hospitals have created environmental charters to frame their commitment." Practice Greenhealth is an organization that helps hospitals to walk the walk. It grew out of Hospitals for a Healthy Environment (H2E), whose goals included helping healthcare organizations eliminate the use of mercury, minimize waste, address chemical toxicity reduction, and provide education around pollution prevention and toxics reduction.

    Source: Cantrell, Susan. (September 2015). Healthcare Purchasing News, 39(9), 28-32. Repéré à http://www.hpnonline.com/inside/2015-09/1509-IP-EPG.html

  • Are you using ultraviolet (UV) radiation, fog, mist or a combination of these and other solutions to disinfect patient areas? According to studies, all are effective at killing pathogens, but to what degree? Healthcare Purchasing News asked a few suppliers, infection preventionists (IPs) and environmental service (EVS) professionals to share their experience using different types of products, unravel popular misconceptions, and clarify what end users can reasonably expect to gain when these products are properly used.

    Source : Dimond, Valerie J. (September 2015).  Healthcare Purchasing News, 39(9). 16-27. Repéré à http://www.hpnonline.com/inside/2015-09/1509-OR-RoomDecontam.html

  • Most of the chemical and disinfecting products used in healthcare do not have specific occupational exposure limits, but all hazardous chemicals are covered by the Hazard Communication Standard of the Occupational Safety and Health Administration. That requires a written hazard communication program that provides for a list of all known hazardous chemicals in the workplace, proper labeling, employee access to safety data sheets, and employee training. Training also must occur whenever a new product is introduced. In its report, the Cleaning and Disinfecting in Healthcare Working Group of the National Institute for Occupational Safety and Health’s National Occupational Research Agenda offered the following advice about reducing respiratory hazards related to cleaning and disinfection in hospitals.

    Source : NIOSH: Key steps to reduce respiratory risk : Steps include conducting OSHA hazard training, assessment. (September 2015). Hospital Employee Health, 34(9), 101. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136040-niosh-key-steps-to-reduce-respiratory-risk

  • The cleaning of hard surfaces in hospital rooms is essential for reducing the risk of healthcare-associated infections. Many methods are available for cleaning and monitoring cleanliness, but their comparative effectiveness is not well understood. This Technical Brief summarizes the evidence base addressing environmental cleaning of high-touch surfaces in hospital rooms and highlights future research directions. A systematic search for published and gray literature since 1990 was performed using PubMed, EMBASE, CINAHL, the Cochrane Library, and other resources. Clinical studies examining the cleaning and disinfection of high-touch surfaces in adult inpatient hospital rooms were included. Primary outcomes of interest were patient infection, colonization, or surface contamination with Clostridium difficile, methicillin-resistant Staphylococcus aureus, or vancomycin-resistant enterococci. Additionally, 12 Key Informants were interviewed, representing environmental services management, hospital infection control, and clinical infectious diseases.

    Source : Leas, BF, Sullivan, N., Han, JH, Pegues DA, Kazmarek JL, & Umscheid, CA.(2015). Environmental Cleaning for the Prevention of Healthcare-Associated Infections. Technical Brief No. 22 (Prepared by the ECRI Institute – Penn Medicine Evidence-based Practice Center under Contract No. 290-2012-00011-I.) AHRQ Publication No. 15-EHC020-EF. Repéré à  http://effectivehealthcare.ahrq.gov/ehc/products/592/2103/healthcare-infections-report-150810.pdf

  • Les bacilles Gram négatif (BGN) sont des bactéries fréquemment rencontrées en clinique, tant au niveau des flores normales qu’en tant qu’agent pathogène dans une variété d’infections. Avec l’utilisation des antibiotiques, différents mécanismes de résistance sont apparus et certaines de ces bactéries sont maintenant résistantes à plusieurs classes d’antibiotiques. Il se veut d’abord une référence de base pour les centres qui ne sont pas aux prises avec une éclosion. Alors que les mesures à mettre en place en cas d’éclosion sont souvent rapportées dans la littérature, très peu d’articles mentionnent les mesures pour éviter la transmission hors d’un tel contexte. Les recommandations qui suivent sont donc basées en grande partie sur l’avis du groupe de travail, des collaborateurs et des membres du Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ). Elles tiennent compte des données actuelles et devront être révisées selon l’évolution de l’épidémiologie et des connaissances sur les réservoirs et la transmission.

    Source : Comité sur les infections nosocomiales du Québec. (2015). [Montréal] : Institut national de santé publique du Québec,15 p. Repéré à https://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/2022_Prevention_Controle_Transmission_Gram.pdf

  • A systematic review and meta-analysis was conducted to determine the risk of pathogen acquisition for patients associated with prior room occupancy. The analysis was also broadened to examine any differences in acquisition risk between Gram-positive and Gram-negative organisms. A search using Medline/PubMed, Cochrane and CINHAL yielded 2577 citations between 1984 and 2014. The findings have important implications for infection control professionals, environmental cleaning services and patients, since current practices fail to adequately reduce acquisition risk. Although there may be non-preventable sources of acquisition, revised practices require collaborative work between all responsible staff in order to reduce this risk to a minimum.

    Source : Mitchell, B.G., Dancer, S.J., Anderson, M., & Dehn, E. (2015). Journal of Hospital Infection. Prépublication. doi:10.1016/j.jhin.2015.08.005

  • The following case reports from a recent comprehensive NIOSH report provide compelling examples of work-related asthma from environmental surface cleaning and disinfecting exposures in healthcare.

    Source : Rapid onset of asthma in healthcare workers : Case reports linked to cleaning products. (September 2015) :  Hospital Employee Health, 34(9), 100. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136039-rapid-onset-of-asthma-in-healthcare-workers

  • In the fierce battle against healthcare-associated infections, healthcare workers have unwittingly become collateral damage, developing skin irritation, headaches, and even asthma from cleaners and disinfectants. To address those health hazards, infection preventionists and occupational health professionals have come together in an unprecedented collaboration.

    Source : Can you kill microbes without hurting healthcare workers ? : Occ health teams up with infection prevention for safer cleaning (September 2015). Hospital Employee Health, 34(9), 97-99. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136038-can-you-kill-microbes-without-hurting-healthcare-workers

  • INITIATIVES EN SST

  • Dans le cadre d’une démarche de prévention des TMS chez le personnel soignant en centre d’hébergement, le CSSS de Québec-Nord, établissement intégré au CIUSSS de la Capitale-Nationale depuis le 1er avril 2015, a produit huit capsules vidéo. En plus de rappeler les bonnes procédures de travail, ces capsules expliquent les raisons qui les justifient, tant pour la sécurité de l’employé lui-même que pour celle du résident.

    Source : Desrosiers, Jany. (Septembre 2015). OP, 38(3), 10-11. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383010_TMS.pdf

  • Cette chronique vous invite à apprécier de petites et grandes réalisations initiées dans le secteur, autant de fleurs de prévention à partager. Rapportées par les conseillers de l’ASSTSAS, ces réalisations pourraient vous inspirer pour vos propres jardins en prévention ! : Accueil et orientation des nouveaux préposés aux bénéficiaires- Des soignants outillés pour la sécurité de tous ! – Les Grands prix santé et sécurité du travail de la CSST – De bonnes postures pour les orthophonistes de l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal – Prévention des accidents routiers au travail (ART) au CSSS de Laval – Une belle réussite en sécurité des machines – Les TMS en échographie – Trousse de récupération post-chute.

    Source : Fleurs de prévention. (Septembre 2015) : OP, 38(3), 4-5. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383004_fleurs%20de%20pr%C3%A9vention.pdf

  • INSPECTION PRÉVENTIVE

  • Les toiles sont très importantes dans la sécurité des transferts avec aide mécanique. En 2014, l’ASSTSAS a procédé à un sondage sur les accidents reliés aux lève-personnes. Sur les 50 répondants, 17 ont décrit des accidents impliquant les clients. Ces accidents mettent principalement en cause l’équipement et la toile. De son côté, Santé Canada a recueilli les déclarations d’accidents survenus avec des lève-personnes en 2012-2013. Sur 153 accidents recensés, 13 étaient causés par un problème d’usure de la toile. Des discussions avec des fabricants de lève-personnes entraînent des modifications sur l’affiche et les fiches d’inspection des toiles et des leviers.

    Source : Bélanger, Louise. (Septembre 2015). OP, 38(3), 2015. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383003_l%C3%A9ve%20personnes.pdf

  • MÉDICAMENTS DANGEREUX

  • Although nurses are knowledgeable regarding the risk of exposure to antineoplastic drugs, they often do not adhere with safe work practices. However, the knowledge, perceptions, and behavior of other health care job categories at risk of exposure has yet to be determined. This study aimed to survey a range of health care workers from British Columbia, Canada about their knowledge, perceptions, and behaviors regarding antineoplastic drugs. A self-administered questionnaire was sent to participants querying the degree of contact with antineoplastics, knowledge of risks associated with antineoplastics, perceptions of personal risk, previous training with respect to antineoplastics, and safe work practices.

    Source : Hon, Chun-Yip, Teschke, Kay, & Shen, Hui. (2015). Journal of Occupational and Environmental Hygiene, 12(10), 669-677. DOI:10.1080/15459624.2015.1029618

  • Precautionary guidelines detailing standards of practice and equipment to eliminate or minimize exposure to antineoplastic drugs during handling activities have been available for nearly three decades. To evaluate practices for compounding antineoplastic drugs, the NIOSH Health and Safety Practices Survey of Healthcare Workers was conducted among members of professional practice organizations representing primarily oncology nurses, pharmacists, and pharmacy technicians. This national survey is the first in over 20 years to examine self-reported use of engineering, administrative, and work practice controls and PPE by pharmacy practitioners for minimizing exposure to antineoplastic drugs. The survey was completed by 241 nurses and 183 pharmacy practitioners who compounded antineoplastic drugs in the seven days prior to the survey. 

    Source : Boiano, James M., Steege, Andrea L. & Sweeney, Marie H. (2015). Journal of Occupational and Environmental Hygiene, 12(9), 588-602. Repéré à http://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/15459624.2015.1029610

  • Les gaz anesthésiques pour inhalation peuvent présenter des risques pour la santé des travailleurs exposés. Dans cet article, sont brièvement décrites les caractéristiques de ces gaz, leurs risques ainsi que les limites d’exposition établies.

    Source : Tanguay, Cynthia, & Bussières, Jean-François. (Septembre 2015). OP, 38(3), 8-9. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383008_m%C3%A9dicaments%20dangereux.pdf

  • MANUTENTION

  • Ce document constitue la troisième édition de la CSA B335. Cette norme prescrit les éléments clés d’un programme de sécurité pour les chariots élévateurs et présente les qualifications recommandées pour les formateurs de caristes, ainsi que pour les techniciens et le personnel d’entretien. Cette édition a été mise à jour et harmonisée avec les exigences en matière de conception, de classification et d’entretien des normes ANSI/ITSDF B56.1 et ANSI/ITSDF B56.6. Les modifications et ajouts importants qui suivent ont été apportés aux exigences et aux lignes directrices de la deuxième édition.

    Source : Association canadienne de normalisation. (2015). Norme de sécurité pour les chariots élévateurs, 3e éd., Mississauga, Ont. : CSA, 84 p. (CAN/CSA: B335-15).

  • Le magasin du CSSS La Pommeraie reçoit l’ensemble des produits livrés par les fournisseurs avant de les acheminer dans différents services. C’est dire qu’il y a beaucoup de manipulation de boîtes ! Afin de réduire les contraintes de travail , l’équipe a suivi une formation sur la manutention sécuritaire de charges. Voici ses nouvelles astuces !

    Source : Gambin, Christiane. (Septembre 2015). OP, 38(3), 12-13. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383012_entreposage.pdf

  • Today’s healthcare workers (HCWs) are shouldering more responsibility and pressure than ever before. In order to succeed they need the best tools and resources available, and that includes a variety of well-designed carts and workstations that are functional, adaptable, and ergonomically engineered for comfort and safety. "With ever-increasing efficiency requirements, the well-being of healthcare personnel is key to delivering high quality care and achieving the desired results," said Eric Dotson, General Manager at Sovella, a workstation and modular furniture provider in GA. "Healthcare professionals need work spaces that are easy to clean, organized and tailored to their individual needs. Workers need a workstation that is easy to use, move and adjust, in order to concentrate on the patient and the nursing work. Good ergonomics improve working comfort and reduces absences due to illness, consequently improving productivity and creating considerable savings."

    Source : Dimond, Valerie J. (August 2015). Healthcare Purchasing News, 39(8). 42-47. Repéré à http://www.hpnonline.com/inside/2015-08/1508-PS-Carts.html

  • MILIEU DE VIE

  • Patient-centered care (PCC) is a main determinant of care quality. Research has shown that PCC is a multi-dimensional concept, and organizations that provide PCC well report better patient and organizational outcomes. However, little is known about the relative importance of PCC dimensions. The aim of this study was therefore to investigate the relative importance of the eight dimensions of PCC according to hospital-based healthcare professionals, and examine whether their viewpoints are determined by context.

    Source : Berghout, Mathilde, van Exel, Job, Leensvaart, Laszlo, & Cramm, Jane M. (2015). BMC Health Services Research, 15. doi:10.1186/s12913-015-1049-z

  • Le système de cloches d’appel actuellement utilisé dans les centres d’hébergement du CSSS de la Vieille-Capitale n’est pas optimal. D’une part, lorsqu’une cloche d’appel est activée, le système émet des signaux lumineux et sonores à l’extérieur de la chambre de l’usager et à la console centrale au poste de garde. Considérant que le personnel est souvent occupé auprès d’autres résidents, ces signaux sont parfois difficilement perceptibles. D’autre part, en raison de leurs capacités réduites et de leurs problèmes cognitifs, les usagers des centres d’hébergement ne sont pas toujours aptes à utiliser le système de cloches d’appel pour demander de l’aide. L’ETMISSS-PL a réalisé une recherche documentaire rapide afin d’identifier des systèmes de cloches d’appel en centres d’hébergement dont l’efficacité a été démontrée dans la littérature scientifique.

    Source : Dussault, Julie, & St-Jacques, Sylvie. (2015). Efficacité des systèmes de cloches d’appel en centres d’hébergement : note informative. Québec : ETMISSS-PL et CIUSSS de la Capitale-Nationale, 40 p. Repéré à http://www.cersspl.ca/fileadmin/user_upload/documentations/fichiers/Cloches_d_appel_FINAL_30_juin_2015.pdf

  • NORMES EN SST

  • Ce document constitue la troisième édition de la CSA Z462. Cette norme est basée sur la NFPA 70E, Standard for Electrical Safety for the Workplace, et a été harmonisée avec le Code canadien de l’électricité, avec la CAN/CSA-Z460, Maîtrise des énergies dangereuses : Cadenassage et autres méthodes ; et avec la CSA M421, Utilisation de l’électricité dans les mines. Cette édition révisée de la CSA Z462 a été élaborée par le Groupe CSA à partir de l’édition originale telle que promulguée par la National Fire Protection Association. En plus de sa source initiale, elle comprend d’importantes révisions par le Groupe CSA. Elle énonce des exigences et fournit des directives sur les systèmes de gestion de la sécurité, sur les procédures de travail sécuritaires et sur la sélection de l’équipement de protection individuelle et autres dispositifs de sécurité pour les personnes exposées aux dangers associés à un appareillage électrique sous tension. En outre, elle établit des critères pour l’identification et la formation d’ouvriers en électricité qualifiés et pour la détermination des travaux dangereux qui sont confiés uniquement à des personnes possédant de telles compétences.  

    Source : Association canadienne de normalisation. (2015). Sécurité en matière d’électricité au travail, 3e éd. Mississauga, Ont. : CSA, xiii, 193 p. (CSA: Z462-15).

  • Ce document constitue la troisième édition de la CSA B335. Cette norme prescrit les éléments clés d’un programme de sécurité pour les chariots élévateurs et présente les qualifications recommandées pour les formateurs de caristes, ainsi que pour les techniciens et le personnel d’entretien. Cette édition a été mise à jour et harmonisée avec les exigences en matière de conception, de classification et d’entretien des normes ANSI/ITSDF B56.1 et ANSI/ITSDF B56.6. Les modifications et ajouts importants qui suivent ont été apportés aux exigences et aux lignes directrices de la deuxième édition.

    Source : Association canadienne de normalisation. (2015). Norme de sécurité pour les chariots élévateurs, 3e éd., Mississauga, Ont. : CSA, 84 p. (CAN/CSA: B335-15).

  • This is the third edition of CSA Z314.15, Storage, transportation and distribution of single use and reusable medical devices. It supersedes the previous edition published in 2010. It is one of the CSA Z314 series of Standards dealing with decontamination, disinfection, sterilization and handling of sterile medical devices. It specifies requirements for the storage, handling, transportation, and distribution of single use and reusable medical devices in facilities where open-inventory (split-case) storage and handling services are provided. It is intended to assist health care settings and other storage facilities in establishing safe and effective storage and handling practices to ensure that medical devices are protected from microbial contamination and other damage. This Standard specifies a systems approach, recognizing the trend in health care to use shared, centralized storage solutions that can be located on and/or off site and introduces classification categories (tiers) for storage facilities.

    Source : Canadian Standard Association. (2015). Storage, transportation, and distribution of single use and reusable medical devices, 3rd ed. Mississauga, Ont.: CSA, 43 p. (CSA :  Z314.15-15).

  • LA VERSION FRANÇAISE N’EST PAS ENCORE DISPONIBLE.

  • Une nouvelle version de la norme CSA Z462 Sécurité en matière d’électricité au travail, qui présente les règles de l’art en cette matière, a été publiée au début de 2015. Cet article présente les principaux changements apportés.

    Source : Venditti, Tony. (Septembre 2015). Santé Sécurité +, 32(2), 6. Repéré à http://asfetm.com/wp-content/uploads/2013/11/revuesept2015.pdf#6

  • PARITARISME EN SST

  • Dans le cadre de l’implantation du Système de Management de la Santé et de la Sécurité du Travail (SMSST), le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et troubles envahissants du développement (CRDITED) Saguenay-Lac-Saint-Jean a mis en place différents processus consultatifs paritaires. Ce mode d’action a donné lieu à une structure documentaire qui reflète bien sa culture de prévention.

    Source : Poulin, Pierre. (Septembre 2015). OP, 38(3), 22-23. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383022_colloque%202015.pdf

  • Le colloque annuel de l’ASSTSAS s’est tenu à l’hôtel Mortagne de Boucherville, les 29 et 30 avril dernier. Plus de 400 personnes ont participé aux activités. Tout au long des deux journées, les participants ont été conviés à réfléchir sur la prévention lors de changements organisationnels majeurs. Les conditions à réunir afin de conserver les acquis, les objectifs à atteindre et l’approche paritaire ont été discutés par les différents présentateurs invités. Les articles de ce dossier résument quelques-unes des présentations.

    Source : Bigaouette, Michel. (Septembre 2015). OP, 38(3), 17. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383017_colloque%202015.pdf

  • PATIENTS OBÈSES

  • There is a growing body of evidence supporting the benefits to patients and healthcare systems with early and progressive mobility; however, there are many barriers to physically assisting patients with mobility interventions. In the bariatric patient population, where mobilizing patients can violate the 35 lb lifting limit recommended by the National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH), this can be especially challenging. This paper describes the use of safe patient handling technology for 3 different patients across different care settings, all of whom had significant barriers to mobility. The 3 cases each had a unique rationale for choice of safe patient handling and mobility (SPHM) solutions and unique application of the SPHM technologies. The staff and patients at all 3 facilities felt the SPHM technologies significantly affected the course of care and the patient outcomes. Use of SPHM technologies can assist in overcoming barriers to early and progressive mobility for patients of all sizes. Further research is needed in the form of prospective trials to determine the most effective use of technologies and optimal timing of interventions for all patients, particularly for bariatric patients.  

    Source : Arnold, Margaret, Combs, Janet, Gach, Richard, & Labreche, Manon. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(2), 47-54. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&product_id=157

  • PRÉVENTION DES INFECTIONS

  • Vaccination of health care workers (HCW) against seasonal influenza (SI) is recommended but vaccination rate rarely reach >30%. Vaccination coverage against 2009 pandemic influenza (PI) was 52% in our hospital, whilst a new policy requiring unvaccinated HCW to wear a mask during patient care duties was enforced. The purpose of this study was to investigate the determinants of this higher vaccination acceptance for PI and to look for an association with the new mask-wearing policy.

    Source : Dorribo, V., Lazor-Blanchet, C., Hugli, O., & Zanetti, G. (2015). Occupational Medicine. Prépublication. doi: 10.1093/occmed/kqv116

  • Bessesen et al highlight the potential utility of reusable elastomeric face masks to bypass the risk of N95 respirator shortages during a respiratory illness pandemic and stress the importance of efficacious disinfection to reuse facial protective equipment safely. The authors would like to take the opportunity to underline the need that awareness on personal protective equipment (PPE) stocks is included in any pandemic preparedness plan. The demand for PPE must be established on the basis of the health care facility’s role, defined by public health authorities to create a coordinated network approach.

    Source : Puro, Vincenzo, Pittalis, Silvia, Chinello, Pierangelo, Nicastri, Emanuele, Petrosillo, Nicola, Antonini, Mario, & Ippolito, Giuseppe. (2015). AJIC: American Journal of Infection Control. Prépublication.  DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.07.040

  • Sharps disposal containers are ubiquitous in health care facilities; however, there is paucity of data on their potential role in pathogen transmission. This study assessed the relationship between use of single-use versus reusable sharps containers and rates of Clostridium difficile infections in a national sample of hospitals. A 2013 survey of 1,990 hospitals collected data on the use of sharps containers.

    Source : Pogorzelska-Maziarz, Monika. (2015). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.06.007

  • In a survey of two hospitals, soft surfaces were commonly present in inpatient and outpatient settings, and contamination with health care-associated pathogens was frequently detected. An improved hydrogen peroxide cleaner disinfectant was effective for decontamination of soft surfaces when applied as a spray with no mechanical wiping.

    Source : Cadnum, Jennifer L., Mana, Thriveen S.C., Jencson, Annette, Thota, Priyaleela, Kundrapu, Sirisha, & Donskey, Curtis J. (2015). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.07.016

  • Although they play an important role in infection prevention and control, textile materials and personal protective equipment (PPE) used in health care settings are known to be one of the sources of cross-infection. There is currently no existing standard specific to isolation gowns that considers not only the barrier resistance but also a wide array of end user desired attributes. As a result, infection preventionists and purchasing agents face several difficulties in the selection process, and end users have limited or no information on the levels of protection provided by isolation gowns. Lack of knowledge about the performance of protective clothing used in health care became more apparent during the 2014 Ebola epidemic. This article reviews laboratory studies, regulations, guidelines and standards pertaining to isolation gowns, characterization problems, and other potential barriers of isolation gown selection and use.

    Source : Balci, F. Selcen Kilinc. (2015). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.07.042

  • The Association of Occupational Health Professionnals in Healthcare (AOHP) adopted a new position statement on Respiratory Protection for Healthcare Workes on August 7, 2015. The position statement identifies respiratory protection as critical area of competence for the occupational health professionnals (OHP), including that respiratory protection programs should be led by competent staff, including OHPs, and directed toward healthcare workers who treat patients in isolation with airborne precautions. The statement points out that emerging infectious diseases such as Ebola have demonstrated the importance of healthcare workers being skilled in the use of PPE, including respiratory protection.

    Source : Association of Occupational Health Professionals in Healthcare. (2015). Position statement : Respiratory Protection for Healthcare Workers. Repéré à https://www.aohp.org/aohp/Portals/0/Documents/ToolsForYourWork/Position%20Statements/PositionStatementsAug%202015.pdf

  • Les travailleurs du milieu de la santé sont à risque d’attraper une grippe ou de faire une gastroentérite même lorsque leurs tâches ne les mettent pas en contact direct avec des patients porteurs du virus de l’influenza ou de norovirus. L’étude pilote Détection des virus respiratoires et entériques en milieu hospitalier, à laquelle Caroline Duchaine a participé, avait d’abord pour objectif de documenter les risques que courent les travailleurs qui gravitent autour de patients infectieux, sans nécessairement leur donner des soins, soit le personnel affecté aux services alimentaires ou en hygiène et salubrité, par exemple. Afin d’enrichir les connaissances sur leur dissémination, les chercheurs visaient, par cette activité exploratoire, à valider la mise en place de méthodes permettant de détecter la présence des virus. Ils avaient aussi pour objectif d’évaluer s’il était possible d’appliquer ces méthodes, ainsi que les données préliminaires obtenues, pour réaliser une étude de plus grande envergure sur ce sujet.

    Source : Blanchet, Suzanne. (Automne 2015). Prévention au travail, 28(3). 22-23. Repéré à http://preventionautravail.com/recherche/246-l-air-un-vecteur-meconnu-de-transmission-des-infections-dans-les-hopitaux.html

  • Are you using ultraviolet (UV) radiation, fog, mist or a combination of these and other solutions to disinfect patient areas? According to studies, all are effective at killing pathogens, but to what degree? Healthcare Purchasing News asked a few suppliers, infection preventionists (IPs) and environmental service (EVS) professionals to share their experience using different types of products, unravel popular misconceptions, and clarify what end users can reasonably expect to gain when these products are properly used.

    Source : Dimond, Valerie J. (September 2015).  Healthcare Purchasing News, 39(9). 16-27. Repéré à http://www.hpnonline.com/inside/2015-09/1509-OR-RoomDecontam.html

  • There are accidents, and then there is the docking of the Hindenburg. There are maddening, laborious measles exposure incidents in hospitals, and then there is the epic disaster that unfolded in May 2014 at Inova Health System in Fairfax, VA. A cautionary tale on steroids, here is what can happen if you are not prepared to deal with a 3-year-old child from India admitted with upper respiratory symptoms.

    Source : One case of measles leads to more than 1,000 exposures to HCWs and patients : ‘This would not be a very interesting story if that was the end of it.’ (October 2015). Hospital Employee Health, 34(10), 113. Repéré à  http://www.ahcmedia.com/articles/136273-one-case-of-measles-leads-to-more-than-1000-exposures-to-hcws-and-patients

  • Fewer than one in six healthcare workers followed the correct recommendations for removal of personal protective equipment (PPE) after patient care, likely contaminating themselves and increasing the risk of transmission to others, researchers report. Observations of workers for the study took place October 13-31, 2014. With Ebola still very much in the news at that time, the findings are somewhat surprising, but likely would be similar at many other hospitals.

    Source : Removing PPE incorrectly may be common problem : PPE ‘doffing’ problems may go well beyond Ebola. (September 2015). Hospital Employee Health, 105-106. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136043-removing-ppe-incorrectly-may-be-common-problem

  • The Food and Drug Administration is being taken to task for a failure to include chlorhexidine in its recently announced plan to review the safety of active ingredients in antiseptics used in healthcare. A group that includes Consumers Unions, publishers of Consumer Reports, submitted a comment to the docket for the proposed rule.

    Source:  Consumer group challenges FDA exclusion of chlorhexidine in antiseptic review : Claims ‘the safety and efficacy of chlorhexidine not substantiated’. (September 2015). Hospital Employee Health, 34(9), 104. Repéré à http://www.ahcmedia.com/products/83347-consumer-group-challenges-fda-exclusion-of-chlorhexidine-in-antiseptic-review

  • Most of the chemical and disinfecting products used in healthcare do not have specific occupational exposure limits, but all hazardous chemicals are covered by the Hazard Communication Standard of the Occupational Safety and Health Administration. That requires a written hazard communication program that provides for a list of all known hazardous chemicals in the workplace, proper labeling, employee access to safety data sheets, and employee training. Training also must occur whenever a new product is introduced. In its report, the Cleaning and Disinfecting in Healthcare Working Group of the National Institute for Occupational Safety and Health’s National Occupational Research Agenda offered the following advice about reducing respiratory hazards related to cleaning and disinfection in hospitals.

    Source : NIOSH: Key steps to reduce respiratory risk : Steps include conducting OSHA hazard training, assessment. (September 2015). Hospital Employee Health, 34(9), 101. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136040-niosh-key-steps-to-reduce-respiratory-risk

  • The cleaning of hard surfaces in hospital rooms is essential for reducing the risk of healthcare-associated infections. Many methods are available for cleaning and monitoring cleanliness, but their comparative effectiveness is not well understood. This Technical Brief summarizes the evidence base addressing environmental cleaning of high-touch surfaces in hospital rooms and highlights future research directions. A systematic search for published and gray literature since 1990 was performed using PubMed, EMBASE, CINAHL, the Cochrane Library, and other resources. Clinical studies examining the cleaning and disinfection of high-touch surfaces in adult inpatient hospital rooms were included. Primary outcomes of interest were patient infection, colonization, or surface contamination with Clostridium difficile, methicillin-resistant Staphylococcus aureus, or vancomycin-resistant enterococci. Additionally, 12 Key Informants were interviewed, representing environmental services management, hospital infection control, and clinical infectious diseases.

    Source : Leas, BF, Sullivan, N., Han, JH, Pegues DA, Kazmarek JL, & Umscheid, CA.(2015). Environmental Cleaning for the Prevention of Healthcare-Associated Infections. Technical Brief No. 22 (Prepared by the ECRI Institute – Penn Medicine Evidence-based Practice Center under Contract No. 290-2012-00011-I.) AHRQ Publication No. 15-EHC020-EF. Repéré à  http://effectivehealthcare.ahrq.gov/ehc/products/592/2103/healthcare-infections-report-150810.pdf

  • Lors des examens de bronchoscopie en milieu hospitalier, des aérosols provenant de la bouche et du nez du patient peuvent se retrouver en suspension dans l’air ambiant. Les aérosols produits peuvent contenir des microorganismes pathogènes, tels des mycobactéries, des bactéries, des virus et même des moisissures. Ces microorganismes peuvent également être aérosolisés lors du nettoyage des bronchoscopes effectué après l’examen. Selon la nature de ces microorganismes ou bioaérosols, ils peuvent persister assez longtemps dans l’air et potentiellement causer des infections chez les travailleurs exposés. L’objectif principal de cette recherche est de mesurer les concentrations des particules totales et biologiques lors des examens de bronchoscopie et du retraitement des bronchoscopes et de proposer, le cas échéant, des mesures préventives ou correctrices.

    Source : Lavoie, Jacques, Marchand, Geneviève, Cloutier, Yves, beaudet, Yves, Hallé, Stéphane, Nadeau, Sylvie, Pichette, Gilbert, & Duchaine, Caroline. (2015). Bronchoscopie en milieu hospitalier : Évaluation des expositions aux bioaérosols. Montréal : IRSST, xiii, 64 p. Repéré à http://www.irsst.qc.ca/media/documents/PubIRSST/R-879.pdf

  • Les bacilles Gram négatif (BGN) sont des bactéries fréquemment rencontrées en clinique, tant au niveau des flores normales qu’en tant qu’agent pathogène dans une variété d’infections. Avec l’utilisation des antibiotiques, différents mécanismes de résistance sont apparus et certaines de ces bactéries sont maintenant résistantes à plusieurs classes d’antibiotiques. Il se veut d’abord une référence de base pour les centres qui ne sont pas aux prises avec une éclosion. Alors que les mesures à mettre en place en cas d’éclosion sont souvent rapportées dans la littérature, très peu d’articles mentionnent les mesures pour éviter la transmission hors d’un tel contexte. Les recommandations qui suivent sont donc basées en grande partie sur l’avis du groupe de travail, des collaborateurs et des membres du Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ). Elles tiennent compte des données actuelles et devront être révisées selon l’évolution de l’épidémiologie et des connaissances sur les réservoirs et la transmission.

    Source : Comité sur les infections nosocomiales du Québec. (2015). [Montréal] : Institut national de santé publique du Québec,15 p. Repéré à https://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/2022_Prevention_Controle_Transmission_Gram.pdf

  • A systematic review and meta-analysis was conducted to determine the risk of pathogen acquisition for patients associated with prior room occupancy. The analysis was also broadened to examine any differences in acquisition risk between Gram-positive and Gram-negative organisms. A search using Medline/PubMed, Cochrane and CINHAL yielded 2577 citations between 1984 and 2014. The findings have important implications for infection control professionals, environmental cleaning services and patients, since current practices fail to adequately reduce acquisition risk. Although there may be non-preventable sources of acquisition, revised practices require collaborative work between all responsible staff in order to reduce this risk to a minimum.

    Source : Mitchell, B.G., Dancer, S.J., Anderson, M., & Dehn, E. (2015). Journal of Hospital Infection. Prépublication. doi:10.1016/j.jhin.2015.08.005

  • Standard precaution (SP) adherence is universally suboptimal, despite being a core component of healthcare-associated infection (HCAI) prevention and healthcare worker (HCW) safety. Emerging evidence suggests that patient safety climate (PSC) factors may improve HCW behaviours. Our aim was to examine the relationship between PSC and SP adherence by HCWs in acute care hospitals. A systematic review was conducted as guided by the Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analysis. Three electronic databases were comprehensively searched for literature published or available in English between 2000 and 2014.

    Source : Hessels, Amanda, & Larson, Elaine. (2015). Journal of Hospital Infection. Prépublication. doi:10.1016/j.jhin.2015.08.023

  • Demographic changes will lead to a growing demand for healthy, motivated healthcare workers (HCW) in the years ahead. Along with well-targeted prevention, knowledge of occupational health and safety and infection precaution is essential for a healthy working life. In this context back-friendly working methods and protection from infectious diseases are necessary in elderly care. In 2012, a survey was conducted in nine residential and two semi-residential nursing homes, as well as in one home care service in the Schwerin area of northeast Germany. Four hundred and seventy three HCWs were asked to fill in a questionnaire on what they knew about aspects of occupational health and safety such as vaccinations and preventative measures administered by occupational physicians, hygiene, back-friendly working methods and infection prevention. The statistical evaluation was descriptive, with a comparison between job title.

    Source :  Schönrock, Stefanie, Schablon, Anja, Nienhaus, Albert, & Peters, Peters. (2015). Journal of Occupational Medicine and Toxicology, 10. Repéré à http://www.occup-med.com/content/pdf/s12995-015-0079-0.pdf

  • This was a feasibility study in a Department of Veterans Affairs Medical Center to develop a standard operating procedure (SOP) to be used by health care workers to disinfect reusable elastomeric respirators under pandemic conditions. Registered and licensed practical nurses, nurse practitioners, aides, clinical technicians, and physicians took part in the study. Health care worker volunteers were provided with manufacturers’ cleaning and disinfection instructions and all necessary supplies. They were observed and filmed. SOPs were developed, based on these observations, and tested on naïve volunteer health care workers. Error rates using manufacturers’ instructions and SOPs were compared.

    Source : Bessesen, Mary T., Adams, Jill C., Radonovich, Lewis, & Anderson, Judith. AJIC: American Journal of Infection Control, 43(6), 629-634. Repéré à http://www.ajicjournal.org/article/S0196-6553(15)00089-9/pdf

  • On January 23, 2015, the Maricopa County Department of Public Health (MCDPH) was notified of a suspected measles case in a nurse, a woman aged 48 years. On January 11, the nurse had contact with a patient with laboratory-confirmed measles associated with the Disneyland theme park–related outbreak in California. On January 21, she developed a fever (103°F [39.4°C]), on January 23 she experienced cough and coryza, and on January 24, she developed a rash. The patient was instructed to isolate herself at home. On January 26, serum, a nasopharyngeal swab, and a urine specimen were collected. The following day, measles infection was diagnosed by real time reverse transcription polymerase chain reaction testing of the nasopharyngeal swab and urine specimen and by detection of measles-specific immunoglobulin (Ig)M and IgG in serum by enzyme-linked immunosorbent assay. Because of her symptoms and laboratory results, the patient was considered to be infectious.

    Source : Jones, Jefferson, Klein, Ron, Popescu, Saskia, Rose, Karen, Kretschmer, Melissa, Carrigan, Alice,… Sylvester, Tammy. (August 7, 2015). Morbidity and Mortality Weekly Report (MMWR), 64(30), 832-833. Repéré à http://www.cdc.gov/mmwr/pdf/wk/mm6430.pdf

  • PRODUITS NETTOYANTS

  • In a survey of two hospitals, soft surfaces were commonly present in inpatient and outpatient settings, and contamination with health care-associated pathogens was frequently detected. An improved hydrogen peroxide cleaner disinfectant was effective for decontamination of soft surfaces when applied as a spray with no mechanical wiping.

    Source : Cadnum, Jennifer L., Mana, Thriveen S.C., Jencson, Annette, Thota, Priyaleela, Kundrapu, Sirisha, & Donskey, Curtis J. (2015). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.07.016

  • In the article "10 Reasons Health Care Needs Sustainability Treatments," Janet Howard stated, "Hospitals have a mission to help the elderly and the weak, but don’t always walk the walk … What is the value of long-term success if it’s on an uninhabitable planet? When framing environmental stewardship activities, it helps to review a hospital’s mission statement. Most of these focus on health and healing, communities, quality and safety. Some hospitals have created environmental charters to frame their commitment." Practice Greenhealth is an organization that helps hospitals to walk the walk. It grew out of Hospitals for a Healthy Environment (H2E), whose goals included helping healthcare organizations eliminate the use of mercury, minimize waste, address chemical toxicity reduction, and provide education around pollution prevention and toxics reduction.

    Source: Cantrell, Susan. (September 2015). Healthcare Purchasing News, 39(9), 28-32. Repéré à http://www.hpnonline.com/inside/2015-09/1509-IP-EPG.html

  • The Food and Drug Administration is being taken to task for a failure to include chlorhexidine in its recently announced plan to review the safety of active ingredients in antiseptics used in healthcare. A group that includes Consumers Unions, publishers of Consumer Reports, submitted a comment to the docket for the proposed rule.

    Source: Consumer group challenges FDA exclusion of chlorhexidine in antiseptic review : Claims ‘the safety and efficacy of chlorhexidine not substantiated’. (September 2015). Hospital Employee Health, 34(9), 104. Repéré à http://www.ahcmedia.com/products/83347-consumer-group-challenges-fda-exclusion-of-chlorhexidine-in-antiseptic-review

  • Most of the chemical and disinfecting products used in healthcare do not have specific occupational exposure limits, but all hazardous chemicals are covered by the Hazard Communication Standard of the Occupational Safety and Health Administration. That requires a written hazard communication program that provides for a list of all known hazardous chemicals in the workplace, proper labeling, employee access to safety data sheets, and employee training. Training also must occur whenever a new product is introduced. In its report, the Cleaning and Disinfecting in Healthcare Working Group of the National Institute for Occupational Safety and Health’s National Occupational Research Agenda offered the following advice about reducing respiratory hazards related to cleaning and disinfection in hospitals.

    Source : NIOSH: Key steps to reduce respiratory risk : Steps include conducting OSHA hazard training, assessment. (September 2015). Hospital Employee Health, 34(9), 101. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136040-niosh-key-steps-to-reduce-respiratory-risk

  • L’ALSMT (Association lorraine de santé en milieu du travail) a été sollicitée par une association d’aides à domicile pour travailler sur le risque chimique. Le travail d’aide à domicile est un métier qui présente des risques multiples, autant par leur diversité que par leur importance. L’utilisation de produits ménagers de façon prolongée est susceptible de provoquer irritations, voire sensibilisations et allergies. L’ALSMT, suite à une enquête réalisée auprès d’aides à domicile, a élaboré une liste de produits ménagers, de matériels et d’équipements de protection conseillés. Cette liste est communiquée aux clients de l’association d’aides à domicile dès le début des prestations, pour les inviter à se procurer le matériel préconisé. Elle est désormais proposée à d’autres associations et entreprises d’aide à domicile.

    Source : Didierjaean, M. (Septembre 2015). Références en santé au travail, 143, 23-32. Repéré à http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/DMT/TI-TF-230/tf230.pdf

  • The following case reports from a recent comprehensive NIOSH report provide compelling examples of work-related asthma from environmental surface cleaning and disinfecting exposures in healthcare.

    Source : Rapid onset of asthma in healthcare workers : Case reports linked to cleaning products. (September 2015) :  Hospital Employee Health, 34(9), 100. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136039-rapid-onset-of-asthma-in-healthcare-workers

  • In the fierce battle against healthcare-associated infections, healthcare workers have unwittingly become collateral damage, developing skin irritation, headaches, and even asthma from cleaners and disinfectants. To address those health hazards, infection preventionists and occupational health professionals have come together in an unprecedented collaboration.

    Source : Can you kill microbes without hurting healthcare workers ? : Occ health teams up with infection prevention for safer cleaning (September 2015). Hospital Employee Health, 34(9), 97-99. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136038-can-you-kill-microbes-without-hurting-healthcare-workers

  • PRODUITS TOXIQUES

  • Après un bref rappel de quelques recommandations simples et des principaux risques que présentent les générateurs d’aérosols, cette fiche pratique de sécurité fournit des conseils pour mieux les connaître et mieux les utiliser. Elle précise les mesures de prévention à respecter pour : le stockage, la manipulation et l’utilisation, gérer les déchets, lutter contre un incendie, etc.

    Source : Guilleux, A., Marc, F., & Sallé, B. (2015). Les générateurs d’aérosols : mieux les connaître, mieux les utiliser. Paris : INRS, 4 p. (Fiche pratique de sécurité ; ED 67). Repéré à http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/ED/TI-ED-67/ed67.pdf

  • ​Ce dépliant présente une brève description des responsabilités des fournisseurs, des employeurs et des travailleurs en ce qui concerne l’accès aux renseignements sur les matières dangereuses utilisées dans les milieux de travail et informe sur la transition du SIMDUT 1988 vers le SIMDUT 2015. 

    Source : Commission de la santé et de la sécurité du travail. (2015). SIMDUT 2015 : Un aide-mémoire pour faciliter la transition du SIMDUT 1988 vers le SIMDUT 2015. [S.l.] : CSST, 2 p. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/100/Documents/DC100-421-5web.pdf

  • Ce feuillet explique le contenu d’une étiquette d’un produit dangereux fournie par le fournisseur conformément aux exigences du SIMDUT 2015.

    Source : Commission de la santé et de la sécurité du travail. (2015).  SIMDUT 2015 : Étiquette du fournisseur. [S.l.] : CSST. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/500/Documents/DC500-117-4web.pdf

  • ​Ce feuillet rappelle les principales exigences de la réglementation et des normes en vigueur en ce qui a trait au contenu et à la visibilité de l’étiquette ou de l’affiche du lieu de travail exigée par le SIMDUT 2015.

    Source : Commission de la santé et de la sécurité du travail. (2015). SIMDUT 2015 : Étiquette ou affiche du lieu de travail. [S.l.] : CSST. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/500/Documents/DC500-118-3web.pdf

  • Facilitez votre transition vers le SIMDUT 2015 grâce à des outils du CCHST qui vous aideront à former vos travailleurs sur le nouveau système. La trousse à outils de l’instructeur (SIMDUT 2015) est conçue pour les personnes responsables d’offrir une éducation sur le SIMDUT en milieu de travail, et pour les organisations qui doivent former leur personnel sur le SIMDUT après l’harmonisation au SGH. Le cahier du participant est fortement recommandé pour chaque travailleur qui prend part au cours. D’autres ressources sont aussi offertes.

    Source : Centre canadien d’hygiène et de sécurité du travail. (Septembre 2015). Rapport sur la santé et la sécurité, 13(9). Repéré à http://www.cchst.ca/newsletters/hsreport/issues/2015/09/ezine.html?p=623972#ccohsnews

  • L’ALSMT (Association lorraine de santé en milieu du travail) a été sollicitée par une association d’aides à domicile pour travailler sur le risque chimique. Le travail d’aide à domicile est un métier qui présente des risques multiples, autant par leur diversité que par leur importance. L’utilisation de produits ménagers de façon prolongée est susceptible de provoquer irritations, voire sensibilisations et allergies. L’ALSMT, suite à une enquête réalisée auprès d’aides à domicile, a élaboré une liste de produits ménagers, de matériels et d’équipements de protection conseillés. Cette liste est communiquée aux clients de l’association d’aides à domicile dès le début des prestations, pour les inviter à se procurer le matériel préconisé. Elle est désormais proposée à d’autres associations et entreprises d’aide à domicile.

    Source : Didierjaean, M. (Septembre 2015). Références en santé au travail, 143, 23-32. Repéré à http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/DMT/TI-TF-230/tf230.pdf

  • Un grand nombre d’entre nous travaillons à l’intérieur. La qualité de l’air que nous respirons peut avoir une grande incidence sur notre confort, notre productivité et notre santé. Ce document infographique parle des symptômes associés à la qualité de l’air intérieur, des causes communes et de ce qui peut être fait dans les milieux de travail pour enquêter sur les plaintes liées à la QAI et pour améliorer proactivement la qualité de l’air au travail.

    Source : Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail. (2015). Qualité de l’air intérieur [Document infographique]. Repéré à http://images.cchst.ca/products/infographics/download/iaq.jpg

  • L’implantation du Système général harmonisé de classification et d’étiquetage des produits chimiques (SGH) est maintenant officielle. Les dispositions législatives ont été adoptées par les gouvernements canadien et québécois en février et en juin 2015. Sous forme de questions et réponses, voici les principaux changements apportés au SIMDUT.

    Source : LeQuoc, Sylvain. (Septembre 2015). OP, 38(3), 28-29. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383028_colloque%202015.pdf

  • ​Ce guide a pour but de faciliter l’utilisation et la compréhension des renseignements contenus dans la fiche de données de sécurité d’un produit dangereux conformément aux exigences du système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) 2015.

    Source : Commission de la santé et de la sécurité du travail. (2015). SIMDUT 2015 : Guide d’utilisation d’une fiche de données de sécurité. [S.l.] : CSST, 104 p. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/200/Documents/DC200-338-10web.pdf Disponible en format papier auprès de la CSST à compter du 6 octobre 2015 seulement.

  • Ce dépliant décrit le contenu d’une fiche de données de sécurité du fournisseur conformément aux exigences du SIMDUT 2015.

    Source : Commission de la santé et de la sécurité du travail. (2015). SIMDUT 2015 : Fiche de données de sécurité. [S.l.] : CSST. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/100/Documents/DC100_1705web.pdf

  • Vos travailleurs sont susceptibles d’être en contact avec des produits dangereux ou ils en utilisent ? PRÉPAREZ-VOUS ! Ce papillon présente les principales obligations de l’employeur  en lien avec l’harmonisation du SIMDUT au SGH prévue d’ici le 1er juin 2015.​​​​​

    Source : Commission de la santé et de la sécurité du travail. (2015). Modification à la réglementation concernant le SIMDUT. [S.l.] : CSST. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/100/Documents/DC100-2021web.pdf

  • When Canada’s Workplace Hazardous Materials Information System (WHMIS) was introduced in 1988, it created a framework for providing information on the safe use of hazardous materials on the job sites. Nearly 30 years later, the national hazard-comunication standard is being redesigned to align with the Globally Harmonized System of Classification and Labelling of Chemicals (GSH). WHMIS 2015 requires Canadian chemical manufacturers and importers to re-evaluate chemicals and comply with GHS requirements. But the move towards the new WHMIS is creating some angst among Canadian firms.

    Source : Putter, Kelly. (July/August 2015). OHS Canada, 31(4), 18-22.

  • PROTECTION RESPIRATOIRE

  • Vaccination of health care workers (HCW) against seasonal influenza (SI) is recommended but vaccination rate rarely reach >30%. Vaccination coverage against 2009 pandemic influenza (PI) was 52% in our hospital, whilst a new policy requiring unvaccinated HCW to wear a mask during patient care duties was enforced. The purpose of this study was to investigate the determinants of this higher vaccination acceptance for PI and to look for an association with the new mask-wearing policy.

    Source : Dorribo, V., Lazor-Blanchet, C., Hugli, O., & Zanetti, G. (2015). Occupational Medicine. Prépublication. doi: 10.1093/occmed/kqv116

  • The Association of Occupational Health Professionnals in Healthcare (AOHP) adopted a new position statement on Respiratory Protection for Healthcare Workes on August 7, 2015. The position statement identifies respiratory protection as critical area of competence for the occupational health professionnals (OHP), including that respiratory protection programs should be led by competent staff, including OHPs, and directed toward healthcare workers who treat patients in isolation with airborne precautions. The statement points out that emerging infectious diseases such as Ebola have demonstrated the importance of healthcare workers being skilled in the use of PPE, including respiratory protection.

    Source : Association of Occupational Health Professionals in Healthcare. (2015). Position statement : Respiratory Protection for Healthcare Workers. Repéré à https://www.aohp.org/aohp/Portals/0/Documents/ToolsForYourWork/Position%20Statements/PositionStatementsAug%202015.pdf

  • Fewer than one in six healthcare workers followed the correct recommendations for removal of personal protective equipment (PPE) after patient care, likely contaminating themselves and increasing the risk of transmission to others, researchers report. Observations of workers for the study took place October 13-31, 2014. With Ebola still very much in the news at that time, the findings are somewhat surprising, but likely would be similar at many other hospitals.

    Source : Removing PPE incorrectly may be common problem : PPE ‘doffing’ problems may go well beyond Ebola. (September 2015). Hospital Employee Health, 105-106. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136043-removing-ppe-incorrectly-may-be-common-problem

  • QUALITÉ DE L’AIR

  • Après un bref rappel de quelques recommandations simples et des principaux risques que présentent les générateurs d’aérosols, cette fiche pratique de sécurité fournit des conseils pour mieux les connaître et mieux les utiliser. Elle précise les mesures de prévention à respecter pour : le stockage, la manipulation et l’utilisation, gérer les déchets, lutter contre un incendie, etc.

    Source : Guilleux, A., Marc, F., & Sallé, B. (2015). Les générateurs d’aérosols : mieux les connaître, mieux les utiliser. Paris : INRS, 4 p. (Fiche pratique de sécurité ; ED 67). Repéré à http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/ED/TI-ED-67/ed67.pdf

  • Il est très vraisemblable que vapoter soit moins dangereux que fumer mais la réduction du risque reste à quantifier en raison des nombreuses incertitudes qui persistent. L’efficacité de la cigarette électronique dans l’aide au sevrage n’est pas encore suffisamment démontrée selon l’OMS.

    Source : L’usage des cigarettes électroniques doit être soigneusement encadré. (4 septembre 2015). Camip.Info : Revue de la santé au travail. Repéré à http://www.camip.info/L-usage-des-cigarettes.html

  • Les travailleurs du milieu de la santé sont à risque d’attraper une grippe ou de faire une gastroentérite même lorsque leurs tâches ne les mettent pas en contact direct avec des patients porteurs du virus de l’influenza ou de norovirus. L’étude pilote Détection des virus respiratoires et entériques en milieu hospitalier, à laquelle Caroline Duchaine a participé, avait d’abord pour objectif de documenter les risques que courent les travailleurs qui gravitent autour de patients infectieux, sans nécessairement leur donner des soins, soit le personnel affecté aux services alimentaires ou en hygiène et salubrité, par exemple. Afin d’enrichir les connaissances sur leur dissémination, les chercheurs visaient, par cette activité exploratoire, à valider la mise en place de méthodes permettant de détecter la présence des virus. Ils avaient aussi pour objectif d’évaluer s’il était possible d’appliquer ces méthodes, ainsi que les données préliminaires obtenues, pour réaliser une étude de plus grande envergure sur ce sujet.

    Source : Blanchet, Suzanne. (Automne 2015). Prévention au travail, 28(3). 22-23. Repéré à http://preventionautravail.com/recherche/246-l-air-un-vecteur-meconnu-de-transmission-des-infections-dans-les-hopitaux.html

  • Lors des examens de bronchoscopie en milieu hospitalier, des aérosols provenant de la bouche et du nez du patient peuvent se retrouver en suspension dans l’air ambiant. Les aérosols produits peuvent contenir des microorganismes pathogènes, tels des mycobactéries, des bactéries, des virus et même des moisissures. Ces microorganismes peuvent également être aérosolisés lors du nettoyage des bronchoscopes effectué après l’examen. Selon la nature de ces microorganismes ou bioaérosols, ils peuvent persister assez longtemps dans l’air et potentiellement causer des infections chez les travailleurs exposés. L’objectif principal de cette recherche est de mesurer les concentrations des particules totales et biologiques lors des examens de bronchoscopie et du retraitement des bronchoscopes et de proposer, le cas échéant, des mesures préventives ou correctrices.

    Source : Lavoie, Jacques, Marchand, Geneviève, Cloutier, Yves, beaudet, Yves, Hallé, Stéphane, Nadeau, Sylvie, Pichette, Gilbert, & Duchaine, Caroline. (2015). Bronchoscopie en milieu hospitalier : Évaluation des expositions aux bioaérosols. Montréal : IRSST, xiii, 64 p. Repéré à http://www.irsst.qc.ca/media/documents/PubIRSST/R-879.pdf

  • Un grand nombre d’entre nous travaillons à l’intérieur. La qualité de l’air que nous respirons peut avoir une grande incidence sur notre confort, notre productivité et notre santé. Ce document infographique parle des symptômes associés à la qualité de l’air intérieur, des causes communes et de ce qui peut être fait dans les milieux de travail pour enquêter sur les plaintes liées à la QAI et pour améliorer proactivement la qualité de l’air au travail.

    Source : Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail. (2015). Qualité de l’air intérieur [Document infographique]. Repéré à http://images.cchst.ca/products/infographics/download/iaq.jpg

  • RADIOPROTECTION

  • The objective was to determine risk for incident basal cell carcinoma from cumulative low-dose ionising radiation in the US radiologic technologist cohort. The authors analysed 65 719 Caucasian technologists who were cancer-free at baseline (1983-1989 or 1994-1998) and answered a follow-up questionnaire (2003-2005). Absorbed radiation dose to the skin in mGy for estimated cumulative occupational radiation exposure was reconstructed for each technologist based on badge dose measurements, questionnaire-derived work history and protection practices, and literature information.

    Source : Lee, Terrence, Sigurdson, Alice J., Preston, Dale L., Cahoon, Elizabeth K., Freedman, D. Michal, Simon, Steven L., & Little, Mark P. (2015). Occupational & Environmental Medicine. Prépublication. doi:10.1136/oemed-2015-102880

  • The authors compared the frequency of lens opacities among physicians with and without occupational exposure to ionizing radiation, and estimated dose-response between cumulative dose and opacities. We conducted ophthalmologic examinations of 21 physicians with occupational exposure to radiation and 16 unexposed physicians. The findings do not indicate an increased frequency of lens opacities in physicians with occupational exposure to ionizing radiation. However, the subjects in this study have received relatively low doses and therefore the results do not exclude small increases in lens opacities or contradict the studies reporting increases among interventional cardiologists with materially higher cumulative doses.

    Source : Auvinen, Anssi, Kivelä, Tero, Heinävaara, Sirpa, & Mrena, Samy. (2015). The Annals of Occupational Hygiene, 59(7), 945-948.  doi: 10.1093/annhyg/mev022

  • RAYONNEMENTS IONISANTS

  • The objective was to determine risk for incident basal cell carcinoma from cumulative low-dose ionising radiation in the US radiologic technologist cohort. The authors analysed 65 719 Caucasian technologists who were cancer-free at baseline (1983-1989 or 1994-1998) and answered a follow-up questionnaire (2003-2005). Absorbed radiation dose to the skin in mGy for estimated cumulative occupational radiation exposure was reconstructed for each technologist based on badge dose measurements, questionnaire-derived work history and protection practices, and literature information.

    Source : Lee, Terrence, Sigurdson, Alice J., Preston, Dale L., Cahoon, Elizabeth K., Freedman, D. Michal, Simon, Steven L., & Little, Mark P. (2015). Occupational & Environmental Medicine. Prépublication. doi:10.1136/oemed-2015-102880

  • The authors compared the frequency of lens opacities among physicians with and without occupational exposure to ionizing radiation, and estimated dose-response between cumulative dose and opacities. We conducted ophthalmologic examinations of 21 physicians with occupational exposure to radiation and 16 unexposed physicians. The findings do not indicate an increased frequency of lens opacities in physicians with occupational exposure to ionizing radiation. However, the subjects in this study have received relatively low doses and therefore the results do not exclude small increases in lens opacities or contradict the studies reporting increases among interventional cardiologists with materially higher cumulative doses.

    Source : Auvinen, Anssi, Kivelä, Tero, Heinävaara, Sirpa, & Mrena, Samy. (2015). The Annals of Occupational Hygiene, 59(7), 945-948.  doi: 10.1093/annhyg/mev022

  • RETOUR AU TRAVAIL

  • Heureusement, la grande majorité des blessures subies au travail n’occasionnent pas de conséquences majeures, et la réintégration du travailleur s’effectue normalement, dès la consolidation de la lésion ou avant, lorsque des tâches sont autorisées par le médecin traitant. Certaines lésions occasionneront une incapacité totale ou partielle et d’autres, aucune. L’incapacité peut être temporaire (tant que la lésion n’est pas consolidée) ou permanente (selon les limitations fonctionnelles permanentes émises dans le rapport d’évaluation médicale). Selon la nature de la lésion, la période d’incapacité variera aussi. Si aucun suivi de cette incapacité n’est effectué, le dossier pourrait se chroniciser et entrainer des conséquences importantes, tant pour le travailleur que l’employeur. Le retour graduel au travail est un moyen pour éviter cette situation.

    Source : Gauvin, Francine. (Août 2015). Convergence, 31(2), 6-7. Repéré à http://www.centrepatronalsst.qc.ca/documents/pdf/conv_aout_15.pdf#6

  • SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE

  • Ce document constitue la troisième édition de la CSA Z462. Cette norme est basée sur la NFPA 70E, Standard for Electrical Safety for the Workplace, et a été harmonisée avec le Code canadien de l’électricité, avec la CAN/CSA-Z460, Maîtrise des énergies dangereuses : Cadenassage et autres méthodes ; et avec la CSA M421, Utilisation de l’électricité dans les mines. Cette édition révisée de la CSA Z462 a été élaborée par le Groupe CSA à partir de l’édition originale telle que promulguée par la National Fire Protection Association. En plus de sa source initiale, elle comprend d’importantes révisions par le Groupe CSA. Elle énonce des exigences et fournit des directives sur les systèmes de gestion de la sécurité, sur les procédures de travail sécuritaires et sur la sélection de l’équipement de protection individuelle et autres dispositifs de sécurité pour les personnes exposées aux dangers associés à un appareillage électrique sous tension. En outre, elle établit des critères pour l’identification et la formation d’ouvriers en électricité qualifiés et pour la détermination des travaux dangereux qui sont confiés uniquement à des personnes possédant de telles compétences.  

    Source : Association canadienne de normalisation. (2015). Sécurité en matière d’électricité au travail, 3e éd. Mississauga, Ont. : CSA, xiii, 193 p. (CSA: Z462-15).

  • La gravité des accidents liés au risque électrique reste élevée. La prévention de ce risque touche de nombreux secteurs, en dehors de la production d’électricité et des réseaux de distribution d’énergie : tous les types de travaux, de la construction à la maintenance ou à l’utilisation d’installations sont susceptibles d’exposer les salariés au risque électrique. En présentant différentes situations de travail, cette vidéo en disponible en ligne aborde les risques majeurs liés à l’électricité en passant par l’organisation du travail, la coactivité, la maintenance…

    Source : Via Storia. (2015). Napo dans… Chocs électriques ! [Vidéo en ligne]. Repéré à http://www.inrs.fr/actualites/napo.html

  • Une nouvelle version de la norme CSA Z462 Sécurité en matière d’électricité au travail, qui présente les règles de l’art en cette matière, a été publiée au début de 2015. Cet article présente les principaux changements apportés.

    Source : Venditti, Tony. (Septembre 2015). Santé Sécurité +, 32(2), 6. Repéré à http://asfetm.com/wp-content/uploads/2013/11/revuesept2015.pdf#6

  • SÉCURITÉ DES MACHINES

  • Les risques liés aux éléments mobiles de machines industrielles sont connus pour être à l’origine d’accidents graves et mortels. L’article 186 du Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST) vise à encadrer des interventions, notamment de maintenance, de réparation et de réglage en complément de l’article 182 qui, lui, régit les interventions de production en interdisant l’accès aux zones dangereuses et en assurant l’arrêt des éléments mobiles en cas de présence de travailleurs dans ces zones dangereuses. Cette activité de recherche vise à étudier l’application de l’article 186 du RSST. Elle a pour premier objectif de dresser un bilan des connaissances et des recommandations de la littérature sur les modes de fonctionnement à énergie réduite, notamment en termes de valeurs de vitesse, de force/effort, de pression, et de température. Le second objectif de l’étude est de comprendre la mise en œuvre de l’article 186 du RSST, grâce à des observations en usine.

    Source : Chinniah, Yuvin, Aucourt, Barthélémy, & Bourbonnière, Réal. (2015). Montréal : Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail, (Études et recherches; rapport R-888). xi, 96 p. Repéré à http://www.irsst.qc.ca/media/documents/PubIRSST/R-888.pdf

  • SÉCURITÉ ROUTIÈRE

  • Plus de clients suivis à domicile et dans des ressources intermédiaires, Nombreux cadres et professionnels qui se déplacent d’un site à l’autre des nouveaux CISSS, l’évolution de l’organisation du travail augmente les déplacements et, nécessairement, le risque d’accident routier au travail (ART ). Cet article résume le cadre d’analyse du risque routier présenté au colloque.

    Source : Poulin, Pierre. (Septembre 2015). OP, 38(3), 26-27. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383026_colloque%202015.pdf

  • SANTÉ PSYCHOLOGIQUE

  • "J’ai deux questions pour vous, aujourd’hui. La première : «Vous sentez-vous vraiment bien au travail?». Et la seconde : «Croyez-vous que vos collègues se sentent vraiment bien au travail?» Prenez le temps d’y penser et d’y apporter à chaque fois une réponse argumentée. Oui, prenez le temps, car ça va en valoir la peine… Bien. Maintenant que vous avez votre réponse en tête, je vais partager avec vous les résultats d’un sondage mené à l’échelle mondiale par le cabinet d’études Ipsos pour le compte de Steelcase, une firme spécialisée dans le mobilier et le design de bureau. Un sondage qui portait justement sur le bien-être au travail. Un sondage passionnant, comme vous allez le voir."  

    Source : Schmouker, Olivier. (1er septembre 2015). Comment améliorer d’un coup le bien-être de vos employés? [Billet de blogue]. Repéré à http://www.lesaffaires.com/blogues/olivier-schmouker/comment-ameliorer-d-un-coup-le-bien-etre-de-vos-employes/581254

  • Cet article présente une étude empirique examinant les liens entre le soutien organisationnel perçu, la perception de perte anticipée et réelle de ressources ainsi que d’absence de gain de ressources, et trois indicateurs de détresse psychologique, soit la dépression, l’anxiété, et la fatigue. De plus, le trait d’affectivité négative est utilisé comme un modérateur des effets du soutien organisationnel perçu. Les analyses révèlent que le soutien organisationnel perçu agit comme un réducteur de la dépression, de l’anxiété et de la fatigue par l’intermédiaire d’une perception moindre de perte réelle de ressources. De plus, ces effets sont amplifiés parmi les individus possédant une forte affectivité négative. Cette étude est aussi utile pour les praticiens car elle montre que les organisations peuvent réduire la détresse des employés soit en agissant sur les marques de soutien offert aux employés, soit en favorisant chez ces derniers une perception plus positive des ressources personnelles face au stress.

    Source: Marchand, Catherine, & Vandenberghe, Christian. (2015). Le travail humain, 78(3), 193-216. Repéré à http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=TH_783_0193

  • Intégrer la médiation collaborative au sein des entreprises, est-ce nécessaire ? Divers motifs peuvent amener les leaders d’entreprise à réviser certaines de leurs pratiques de gestion. Pensons notamment au besoin d’attirer et de fidéliser les membres des jeunes générations, qui recherchent un climat de travail stimulant où défis et plaisir se conjuguent au quotidien. Ou au désir d’encourager l’innovation et le travail d’équipe. Ou encore à la nécessité de protéger le moral des troupes et de maintenir un haut taux d’engagement en cette période d’austérité économique. Ou enfin de préserver la paix au travail.

    Source : Labelle, Ghislaine. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 44-46. Repéré à  http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • De quoi parle-t-on exactement quand on évoque la synergie d’une équipe ? Quels sont les éléments à la base de la capacité collaborative d’une équipe ? Comment peut-on évaluer le niveau de synergie d’une équipe ?

    Source : Ste-Marie, Pascale. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 32-34. Repéré à http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • Face aux changements non désirés, pas facile de préserver notre bel équilibre ! Conflits interpersonnels, démotivation et insatisfaction au travail, insomnie et irritabilité sont quelques-unes des manifestations d’un mal-être. En cette époque de changements dans les établissements du secteur, chacun y est confronté à un moment ou à un autre. Existe-t-il une façon pour mieux accueillir l’inévitable, l’imposé, l’indésirable, bref tout ce qui nous insécurise à tel point d’en devenir malheureux ?

    Source : Désilets, Suzie (Septembre 2015). OP, 38(3), 32. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383032.pdf

  • Les interruptions au travail dues à la gestion des courriels sont considérées par certains consultants comme le cancer silencieux des organisations. Un article du New York Times comparait même les courriels à des attaques de zombies: on a beau les effacer (tuer), ils reviennent toujours! Or, le volume important de ces messages, le temps passé à les consulter et y répondre, et les mauvaises stratégies pour les gérer contribuent à créer une sensation de surcharge de travail. Mais comment nous sentirions-nous si nous passions plusieurs jours sans recevoir de courriels? Une étude s’est penchée sur la question. Les auteurs ont évalué l’impact d’une « déconnexion » des courriels d’une durée de cinq jours chez plusieurs travailleurs.

    Source : Drouin, Annie. (1 septembre 2015).  Santé psychologique : 8 trucs pour gérer les interruptions dues aux courriels [Billet de blogue]. Repéré à http://apssap.qc.ca/blogue/8-trucs-pour-gerer-les-interruptions-dues-aux-courriels/

  • 12 h shifts are becoming increasingly common for hospital nurses but there is concern that long shifts adversely affect nurses’ well-being, job satisfaction and intention to leave their job. The aim of this study is to examine the association between working long shifts and burnout, job dissatisfaction, dissatisfaction with work schedule flexibility and intention to leave current job among hospital nurses. The findings suggest that longer working hours for hospital nurses are associated with adverse outcomes for nurses. Some of these adverse outcomes, such as high burnout, may pose safety risks for patients as well as nurses.

    Source : Dall’Ora, Chiara, Griffiths, Peter, Ball, Jane, Simon, Michael, & Aiken, Linda H. (2015). BMJ Open, 5(9). doi:10.1136/bmjopen-2015-008331

  • Cette échelle évalue l’état de stress perçu en permettant au sujet d’estimer ses capacités à contrôler ou non une situation.

    Source : Langevin, V., Boini, S., François, M., & Riou, A. (Septembre 2015). Références en santé au travail, 143, 101-104. Repéré à http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/DMT/TI-FRPS-4/frps4.pdf

  • Nurses and health care workers are under increasing scrutiny from the general public and other professionals over their capacity for compassion. For example, in the UK, recruitment of nurses includes assessment of compassion through  ‘Values Based Recruitment’. However, compassionate care can be hindered when working in very challenging and pressurised environments. The study aimed to explore the experiences of managing work pressures in front-line NHS staff caring for older adults with dementia. One aspect of the analysis was to explore the factors that facilitate or hinder self-compassion and mindfulness, since these ways of responding to extreme pressure are likely to facilitate compassion towards others.

    Source : McPherson, Susan, Hiskey, Syd, & Alderson, Zoe. (2015). Distress in working on dementia wards : A threat to compassionate care: A grounded theory study. Prépublication. International Journal of Nursing Studies. doi:10.1016/j.ijnurstu.2015.08.013

  • On parle beaucoup de collaboration entre les personnes, mais la collaboration entre les services dans les entreprises est tout aussi cruciale. Dans un contexte organisationnel, il importe, comme le propose Guy Le Boterf, expert français en gestion et développement des compétences, de savoir interagir. Pour ce faire, il faut non seulement savoir collaborer, mais aussi pouvoir et vouloir collaborer.

    Source : Maletto, Michel. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 40-42. Repéré à http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • Collaborer est l’acte de travailler volontairement ensemble pour atteindre un objectif commun. Il s’agit bien sûr d’une façon de faire à laquelle la grande majorité des individus adhère spontanément. Il y a des avantages à réunir les idées, à ne pas réinventer la roue ou à se soutenir mutuellement pour la réussite de l’organisation.

    Source : Poitras, Jean, & Gosselin, Alain. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 14-19. Repéré à  http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • Si les conflits au travail peuvent être difficiles à vivre, ils peuvent également sérieusement compromettre votre mieux-être ou ébranler votre confiance au travail. Les conseils dans cet article peuvent vous aider à prendre un peu de recul et à envisager d’autres possibilités pour résoudre des conflits au travail. Veuillez passer en revue des idées pour résoudre des conflits de travail qui ont fonctionné pour d’autres. Des videos en ligne, liens et autres ressources sont aussi offerts sur la page.

    Source : Great-West. Centre pour la santé mentale en milieu de travail et Mood Disorders Association of Ontario. (2015). Se rétablir en travaillant : Des idées pour résoudre des conflits au travail. Repéré à http://www.strategiesdesantementale.com/wti/SectionResource.aspx?SectionID=4&ResourceID=15&captions=false

  • SERVICE DES APPROVISIONNEMENTS

  • Le magasin du CSSS La Pommeraie reçoit l’ensemble des produits livrés par les fournisseurs avant de les acheminer dans différents services. C’est dire qu’il y a beaucoup de manipulation de boîtes ! Afin de réduire les contraintes de travail , l’équipe a suivi une formation sur la manutention sécuritaire de charges. Voici ses nouvelles astuces !

    Source : Gambin, Christiane. (Septembre 2015). OP, 38(3), 12-13. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383012_entreposage.pdf

  • SERVICES À DOMICILE

  • L’ALSMT (Association lorraine de santé en milieu du travail) a été sollicitée par une association d’aides à domicile pour travailler sur le risque chimique. Le travail d’aide à domicile est un métier qui présente des risques multiples, autant par leur diversité que par leur importance. L’utilisation de produits ménagers de façon prolongée est susceptible de provoquer irritations, voire sensibilisations et allergies. L’ALSMT, suite à une enquête réalisée auprès d’aides à domicile, a élaboré une liste de produits ménagers, de matériels et d’équipements de protection conseillés. Cette liste est communiquée aux clients de l’association d’aides à domicile dès le début des prestations, pour les inviter à se procurer le matériel préconisé. Elle est désormais proposée à d’autres associations et entreprises d’aide à domicile.

    Source : Didierjaean, M. (Septembre 2015). Références en santé au travail, 143, 23-32. Repéré à http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/DMT/TI-TF-230/tf230.pdf

  • L’organisation d’une visite libre pour la vente d’une propriété, la réalisation d’une inspection immobilière ou la prestation de soins à domicile – ces situations peuvent placer les travailleurs dans un environnement inconnu et potentiellement dangereux. Pour bon nombre de personnes, le travail seul, à l’extérieur du lieu de travail principal, fait partie intégrante de leur emploi. Voici quelques conseils qui favoriseront le travail sécuritaire ailleurs que sur place.

    Source : Centre canadien d’hygiène et de sécurité du travail. (Août 2015). Rapport sur la santé et la sécurité, 13(8). Repéré à http://www.cchst.ca/newsletters/hsreport/issues/2015/08/ezine.html?p=621185#tipstools 

  • Plus de clients suivis à domicile et dans des ressources intermédiaires, Nombreux cadres et professionnels qui se déplacent d’un site à l’autre des nouveaux CISSS, l’évolution de l’organisation du travail augmente les déplacements et, nécessairement, le risque d’accident routier au travail (ART ). Cet article résume le cadre d’analyse du risque routier présenté au colloque.

    Source : Poulin, Pierre. (Septembre 2015). OP, 38(3), 26-27. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383026_colloque%202015.pdf

  • Certaines plantes d’intérieur sont toxiques. Toxique ne signifie pas nécessairement la mort ! Mais plutôt que la plante causera un malaise. Ici, nous traiterons des plantes qui occasionnent des dermatites et non de celles dont l’ingestion est toxique.

    Source : Bleau, Julie. (Septembre 2015). OP, 38(3), 6-7. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383006_soutien%20%C3%A0%20domicile.pdf

  • SERVICES DE GARDE

  • Chaque année, la CSST fournit les informations sur les accidents du travail indemnisés au cours de l’avant-dernière année. L’analyse des récentes données, bien qu’étant le reflet de la situation de 2013, offre malgré tout un portrait des lésions survenue dans notre secteur.

    Source : Bédard, Sylvie, & Bélanger, Louise. (Septembre 2015). OP, 38(3), 14-15. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383014_statistiques.pdf

  • Affiche aide-mémoire pour éviter les postures de travail contraignantes en services de garde.

    Source : ASSTSAS. Services de garde : Méthodes de travail bonnes pour la santé. [Montréal] : ASSTSAS. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/Affiches/aff-methode-16×20-hires.pdf

  • Avec en moyenne près de 1 800 pages consultées chaque jour, le site Internet de l’ASSTSAS est une véritable référence pour la promotion et l’organisation de la prévention en SST. Au cours des derniers mois, l’ASSTSAS a préparé un tout nouveau portail Internet répondant aux exigences de la technologie d’aujourd’hui.

    Source : Gorez, Benoît. (Septembre 2015). Sans pépins, 17(2), 8-9. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/SP/2015/sp172008.pdf

  • La réglementation sur les produits contrôlés par le SIMDUT (Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail) est en phase de transition. Quels seront les impacts de ces changements en services de garde ?

    Source : Bédard, Sylvie. (Septembre 2015). Sans pépins, 17(2), 6-7. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/SP/2015/sp172006.pdf

  • Trois projets méritent un Prix du jury à la 3e édition du concours Pleins feux sur l’initiative en SST-Sans pépins. Cet article présente un résumé des trois projets qui se sont mérité un prix, soit ceux du CPE Parc-en-ciel (Thedford Mines) et celui du CPE Chatouilles (Montréal).

    Source : Bédard, Sylvie, & Buteau, Andrée-Anne. (Septembre 2015). Sans pépins, 17(2), 4-5. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/SP/2015/sp172004.pdf

  • Statistiques à l’appui, les maux de dos sont communs chez les éducatrices en services de garde. Bien sûr, elles travaillent avec des petits dans un monde petit. Comment s’en sortir ?

    Source : Buteau, Andrée-Anne. (Septembre 2015). Sans pépins, 17(2), 1-3. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/SP/2015/sp172001.pdf

  • SIMDUT – SGH

  • L’ensemble de la législation fédérale et québécoise concernant le SIMDUT 2015 est maintenant en vigueur. Le 3 juin 2015, le gouvernement a annoncé la sanction du projet de Loi n° 43 (Loi). La Loi remplace principalement le concept de «produit contrôlé» par «produit dangereux» et prévoit les modalités d’identification de ce produit, de même que les exigences de formation et d’information reçue par les travailleurs à l’égard de celui-ci. La Loi prévoit enfin des dispositions de concordance et de nature transitoire, notamment en permettant aux employeurs, jusqu’au 1er décembre 2018, fin de la période de transition, de posséder aussi sur un lieu de travail des produits dont l’étiquetage est conforme à l’ancien cadre réglementaire. D’ici la fin de la période de transition, les deux systèmes, le SIMDUT 1988 (SIMDUT avant le SGH) et le SIMDUT 2015 (SIMDUT harmonisé au SGH), cohabiteront.

    Source : CSST. Répertoire toxicologique. (2015). SGH : entrée en vigueur du projet de loi n°43 – Loi favorisant l’information sur la dangerosité des produits présents en milieu de travail et modifiant la Loi sur la santé et la sécurité du travail (2015, chapitre 13). Repéré à http://www.csst.qc.ca/prevention/reptox/simdut-2015/Pages/loi-43-quebec.aspx

  • Pour consulter le projet de loi  n°43: http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=5&file=2015C13F.PDF

  • ​Ce dépliant présente une brève description des responsabilités des fournisseurs, des employeurs et des travailleurs en ce qui concerne l’accès aux renseignements sur les matières dangereuses utilisées dans les milieux de travail et informe sur la transition du SIMDUT 1988 vers le SIMDUT 2015. 

    Source : Commission de la santé et de la sécurité du travail. (2015). SIMDUT 2015 : Un aide-mémoire pour faciliter la transition du SIMDUT 1988 vers le SIMDUT 2015. [S.l.] : CSST, 2 p. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/100/Documents/DC100-421-5web.pdf

  • Ce feuillet explique le contenu d’une étiquette d’un produit dangereux fournie par le fournisseur conformément aux exigences du SIMDUT 2015.

    Source : Commission de la santé et de la sécurité du travail. (2015).  SIMDUT 2015 : Étiquette du fournisseur. [S.l.] : CSST. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/500/Documents/DC500-117-4web.pdf

  • ​Ce feuillet rappelle les principales exigences de la réglementation et des normes en vigueur en ce qui a trait au contenu et à la visibilité de l’étiquette ou de l’affiche du lieu de travail exigée par le SIMDUT 2015.

    Source : Commission de la santé et de la sécurité du travail. (2015). SIMDUT 2015 : Étiquette ou affiche du lieu de travail. [S.l.] : CSST. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/500/Documents/DC500-118-3web.pdf

  • Facilitez votre transition vers le SIMDUT 2015 grâce à des outils du CCHST qui vous aideront à former vos travailleurs sur le nouveau système. La trousse à outils de l’instructeur (SIMDUT 2015) est conçue pour les personnes responsables d’offrir une éducation sur le SIMDUT en milieu de travail, et pour les organisations qui doivent former leur personnel sur le SIMDUT après l’harmonisation au SGH. Le cahier du participant est fortement recommandé pour chaque travailleur qui prend part au cours. D’autres ressources sont aussi offertes.

    Source : Centre canadien d’hygiène et de sécurité du travail. (Septembre 2015). Rapport sur la santé et la sécurité, 13(9). Repéré à http://www.cchst.ca/newsletters/hsreport/issues/2015/09/ezine.html?p=623972#ccohsnews

  • L’implantation du Système général harmonisé de classification et d’étiquetage des produits chimiques (SGH) est maintenant officielle. Les dispositions législatives ont été adoptées par les gouvernements canadien et québécois en février et en juin 2015. Sous forme de questions et réponses, voici les principaux changements apportés au SIMDUT.

    Source : LeQuoc, Sylvain. (Septembre 2015). OP, 38(3), 28-29. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383028_colloque%202015.pdf

  • ​Ce guide a pour but de faciliter l’utilisation et la compréhension des renseignements contenus dans la fiche de données de sécurité d’un produit dangereux conformément aux exigences du système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) 2015.

    Source : Commission de la santé et de la sécurité du travail. (2015). SIMDUT 2015 : Guide d’utilisation d’une fiche de données de sécurité. [S.l.] : CSST, 104 p. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/200/Documents/DC200-338-10web.pdf Disponible en format papier auprès de la CSST à compter du 6 octobre 2015 seulement.

  • Ce dépliant décrit le contenu d’une fiche de données de sécurité du fournisseur conformément aux exigences du SIMDUT 2015.

    Source : Commission de la santé et de la sécurité du travail. (2015). SIMDUT 2015 : Fiche de données de sécurité. [S.l.] : CSST. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/100/Documents/DC100_1705web.pdf

  • Vos travailleurs sont susceptibles d’être en contact avec des produits dangereux ou ils en utilisent ? PRÉPAREZ-VOUS ! Ce papillon présente les principales obligations de l’employeur  en lien avec l’harmonisation du SIMDUT au SGH prévue d’ici le 1er juin 2015.​​​​​

    Source : Commission de la santé et de la sécurité du travail. (2015). Modification à la réglementation concernant le SIMDUT. [S.l.] : CSST. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/100/Documents/DC100-2021web.pdf

  • When Canada’s Workplace Hazardous Materials Information System (WHMIS) was introduced in 1988, it created a framework for providing information on the safe use of hazardous materials on the job sites. Nearly 30 years later, the national hazard-comunication standard is being redesigned to align with the Globally Harmonized System of Classification and Labelling of Chemicals (GSH). WHMIS 2015 requires Canadian chemical manufacturers and importers to re-evaluate chemicals and comply with GHS requirements. But the move towards the new WHMIS is creating some angst among Canadian firms.

    Source : Putter, Kelly. (July/August 2015). OHS Canada, 31(4), 18-22.

  • STÉRILISATION

  • This is the third edition of CSA Z314.15, Storage, transportation and distribution of single use and reusable medical devices. It supersedes the previous edition published in 2010. It is one of the CSA Z314 series of Standards dealing with decontamination, disinfection, sterilization and handling of sterile medical devices. It specifies requirements for the storage, handling, transportation, and distribution of single use and reusable medical devices in facilities where open-inventory (split-case) storage and handling services are provided. It is intended to assist health care settings and other storage facilities in establishing safe and effective storage and handling practices to ensure that medical devices are protected from microbial contamination and other damage. This Standard specifies a systems approach, recognizing the trend in health care to use shared, centralized storage solutions that can be located on and/or off site and introduces classification categories (tiers) for storage facilities.

    Source :  Canadian Standard Association. (2015). Storage, transportation, and distribution of single use and reusable medical devices, 3rd ed. Mississauga, Ont.: CSA, 43 p. (CSA :  Z314.15-15).

  • LA VERSION FRANÇAISE N’EST PAS ENCORE DISPONIBLE.

  • Bessesen et al highlight the potential utility of reusable elastomeric face masks to bypass the risk of N95 respirator shortages during a respiratory illness pandemic and stress the importance of efficacious disinfection to reuse facial protective equipment safely. The authors would like to take the opportunity to underline the need that awareness on personal protective equipment (PPE) stocks is included in any pandemic preparedness plan. The demand for PPE must be established on the basis of the health care facility’s role, defined by public health authorities to create a coordinated network approach.

    Source : Puro, Vincenzo, Pittalis, Silvia, Chinello, Pierangelo, Nicastri, Emanuele, Petrosillo, Nicola, Antonini, Mario, & Ippolito, Giuseppe. (2015). AJIC: American Journal of Infection Control. Prépublication.  DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.07.040

  • This was a feasibility study in a Department of Veterans Affairs Medical Center to develop a standard operating procedure (SOP) to be used by health care workers to disinfect reusable elastomeric respirators under pandemic conditions. Registered and licensed practical nurses, nurse practitioners, aides, clinical technicians, and physicians took part in the study. Health care worker volunteers were provided with manufacturers’ cleaning and disinfection instructions and all necessary supplies. They were observed and filmed. SOPs were developed, based on these observations, and tested on naïve volunteer health care workers. Error rates using manufacturers’ instructions and SOPs were compared.

    Source : Bessesen, Mary T., Adams, Jill C., Radonovich, Lewis, & Anderson, Judith. AJIC: American Journal of Infection Control, 43(6), 629-634. Repéré à http://www.ajicjournal.org/article/S0196-6553(15)00089-9/pdf

  • STATISTIQUES EN SST

  • Chaque année, la CSST fournit les informations sur les accidents du travail indemnisés au cours de l’avant-dernière année. L’analyse des récentes données, bien qu’étant le reflet de la situation de 2013, offre malgré tout un portrait des lésions survenue dans notre secteur.

    Source : Bédard, Sylvie, & Bélanger, Louise. (Septembre 2015). OP, 38(3), 14-15. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383014_statistiques.pdf

  • SYSTÈME DE MANAGEMENT (SMSST)

  • Dans le cadre de l’implantation du Système de Management de la Santé et de la Sécurité du Travail (SMSST), le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et troubles envahissants du développement (CRDITED) Saguenay-Lac-Saint-Jean a mis en place différents processus consultatifs paritaires. Ce mode d’action a donné lieu à une structure documentaire qui reflète bien sa culture de prévention.

    Source : Poulin, Pierre. (Septembre 2015). OP, 38(3), 22-23. Repéré à  http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383022_colloque%202015.pdf

  • TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS (TIC)

  • Les interruptions au travail dues à la gestion des courriels sont considérées par certains consultants comme le cancer silencieux des organisations. Un article du New York Times comparait même les courriels à des attaques de zombies: on a beau les effacer (tuer), ils reviennent toujours! Or, le volume important de ces messages, le temps passé à les consulter et y répondre, et les mauvaises stratégies pour les gérer contribuent à créer une sensation de surcharge de travail. Mais comment nous sentirions-nous si nous passions plusieurs jours sans recevoir de courriels? Une étude s’est penchée sur la question. Les auteurs ont évalué l’impact d’une « déconnexion » des courriels d’une durée de cinq jours chez plusieurs travailleurs.

    Source : Drouin, Annie. (1 septembre 2015).  Santé psychologique : 8 trucs pour gérer les interruptions dues aux courriels [Billet de blogue]. Repéré à http://apssap.qc.ca/blogue/8-trucs-pour-gerer-les-interruptions-dues-aux-courriels/

  • TRAVAIL DE BUREAU

  • L’open space a très mauvaise réputation auprès des Français, très attachés à leur espace privé et à leur statut social. Tout aussi dépend de la taille. Un espace bien conçu peut être utilisé par une équipe qui travaille collectivement sur un projet, permettant les échanges et la communication et cela convient pour un groupe de 6 à 8 personnes.

    Source : Open space : peut-on améliorer le quotidien ? (4 septembre 2015).  CAMIP.Info: Revue de la santé au travail. Repéré à http://www.camip.info/Open-space-peut-on-ameliorer-le.html

  • A significant portion of the population (25–50%) is known to develop acute low back pain (LBP) within a bout of prolonged sitting. Previous research has supported the use of frequent rest breaks, from seated office work, in order to reduce self-reported LBP, however, there is limited consensus about the recommended frequency and duration of rest breaks. This may be due to the limited consideration of individual differences in acute LBP development. The purpose of this study was to examine the effect of three different standing rest-break conditions on a group of pain developers (PD) and non-pain developers (NPD) engaged in prolonged seated work.

    Source : Sheahan, Peter J., Diesbourg, Tara L., & Fischer, Steven L. (2015). Applied Ergonomics, 53 (Part A), 64-70. doi:10.1016/j.apergo.2015.08.013

  • TRAVAIL EN ÉQUIPE

  • Intégrer la médiation collaborative au sein des entreprises, est-ce nécessaire ? Divers motifs peuvent amener les leaders d’entreprise à réviser certaines de leurs pratiques de gestion. Pensons notamment au besoin d’attirer et de fidéliser les membres des jeunes générations, qui recherchent un climat de travail stimulant où défis et plaisir se conjuguent au quotidien. Ou au désir d’encourager l’innovation et le travail d’équipe. Ou encore à la nécessité de protéger le moral des troupes et de maintenir un haut taux d’engagement en cette période d’austérité économique. Ou enfin de préserver la paix au travail.

    Source : Labelle, Ghislaine. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 44-46. Repéré à  http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • De quoi parle-t-on exactement quand on évoque la synergie d’une équipe ? Quels sont les éléments à la base de la capacité collaborative d’une équipe ? Comment peut-on évaluer le niveau de synergie d’une équipe ?

    Source : Ste-Marie, Pascale. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 32-34. Repéré à  http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • On parle beaucoup de collaboration entre les personnes, mais la collaboration entre les services dans les entreprises est tout aussi cruciale. Dans un contexte organisationnel, il importe, comme le propose Guy Le Boterf, expert français en gestion et développement des compétences, de savoir interagir. Pour ce faire, il faut non seulement savoir collaborer, mais aussi pouvoir et vouloir collaborer.

    Source : Maletto, Michel. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 40-42. Repéré à http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • Collaborer est l’acte de travailler volontairement ensemble pour atteindre un objectif commun. Il s’agit bien sûr d’une façon de faire à laquelle la grande majorité des individus adhère spontanément. Il y a des avantages à réunir les idées, à ne pas réinventer la roue ou à se soutenir mutuellement pour la réussite de l’organisation.

    Source : Poitras, Jean, & Gosselin, Alain. (Septembre/Octobre 2015). Effectif, 18(4), 14-19. Repéré à http://www.portailrh.org/effectif/volume18/numero4/

  • TRAVAIL SOLITAIRE – ISOLÉ

  • L’organisation d’une visite libre pour la vente d’une propriété, la réalisation d’une inspection immobilière ou la prestation de soins à domicile – ces situations peuvent placer les travailleurs dans un environnement inconnu et potentiellement dangereux. Pour bon nombre de personnes, le travail seul, à l’extérieur du lieu de travail principal, fait partie intégrante de leur emploi. Voici quelques conseils qui favoriseront le travail sécuritaire ailleurs que sur place.

    Source : Centre canadien d’hygiène et de sécurité du travail. (Août 2015). Rapport sur la santé et la sécurité, 13(8). Repéré à http://www.cchst.ca/newsletters/hsreport/issues/2015/08/ezine.html?p=621185#tipstools

  • TRAVAIL SÉDENTAIRE

  • A significant portion of the population (25–50%) is known to develop acute low back pain (LBP) within a bout of prolonged sitting. Previous research has supported the use of frequent rest breaks, from seated office work, in order to reduce self-reported LBP, however, there is limited consensus about the recommended frequency and duration of rest breaks. This may be due to the limited consideration of individual differences in acute LBP development. The purpose of this study was to examine the effect of three different standing rest-break conditions on a group of pain developers (PD) and non-pain developers (NPD) engaged in prolonged seated work.

    Source : Sheahan, Peter J., Diesbourg, Tara L., & Fischer, Steven L. (2015). Applied Ergonomics, 53 (Part A), 64-70. doi:10.1016/j.apergo.2015.08.013

  • TRAVAILLEURS JEUNES

  • Registered nurses across the globe bear a heavy injury burden. Every shift, nurses are exposed to a variety of hazards that can jeopardize their health, which negatively impacts their ability to provide high-quality patient care. Previous research suggests that inexperienced, or newly licensed nurses, may have an increased risk for certain occupational injuries. However, the current knowledge base is insufficient to fully understand how work hours influence newly licensed nurses’ occupational injury, given the significant variation in hospital organization and work characteristics. The purpose of this study is to describe newly licensed nurses’ shift work characteristics and determine the association between shift type and scheduling characteristics and nurse injury, before and after adjusting for individual and combined effects of demographics, external context, organizational context, and work context, following the Organization of Work model.

    Source : Stimpfel,  Amy Witkoski, Brewer, Carol S., & Kovner, Christine T. (2015). International Journal of Nursing Studies, 52(11), 1686-1693. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ijnurstu.2015.06.011

  • TRAVAILLEUSE ENCEINTE – GROSSESSE

  • Il est fréquent que les emplois occupés par des travailleuses enceintes comportent plusieurs contraintes professionnelles telles que la station debout, les efforts physiques, les horaires défavorables, etc. D’où l’importance de comprendre les effets de la charge globale de travail sur la grossesse lorsque des recommandations sont faites dans le cadre du programme Pour une maternité sans danger. Ce travail fait la synthèse systématique des connaissances scientifiques disponibles concernant les effets de l’exposition à la charge globale de travail sur la grossesse.

    Source: Croteau, Agathe. (2015). [Montréal] : Institut national de santé publique du Québec, ix, 185 p. Repéré à  https://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/2024_Effets_Charge_Travail_Grossesse.pdf

  • TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES (TMS)

  • A significant portion of the population (25–50%) is known to develop acute low back pain (LBP) within a bout of prolonged sitting. Previous research has supported the use of frequent rest breaks, from seated office work, in order to reduce self-reported LBP, however, there is limited consensus about the recommended frequency and duration of rest breaks. This may be due to the limited consideration of individual differences in acute LBP development. The purpose of this study was to examine the effect of three different standing rest-break conditions on a group of pain developers (PD) and non-pain developers (NPD) engaged in prolonged seated work.

    Source : Sheahan, Peter J., Diesbourg, Tara L., & Fischer, Steven L. (2015). Applied Ergonomics, 53 (Part A), 64-70. doi:10.1016/j.apergo.2015.08.013

  • Dans le cadre d’une démarche de prévention des TMS chez le personnel soignant en centre d’hébergement, le CSSS de Québec-Nord, établissement intégré au CIUSSS de la Capitale-Nationale depuis le 1er avril 2015, a produit huit capsules vidéo. En plus de rappeler les bonnes procédures de travail, ces capsules expliquent les raisons qui les justifient, tant pour la sécurité de l’employé lui-même que pour celle du résident.

    Source : Desrosiers, Jany. (Septembre 2015). OP, 38(3), 10-11. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2015/op383010_TMS.pdf

  • VACCINATION

  • Vaccination of health care workers (HCW) against seasonal influenza (SI) is recommended but vaccination rate rarely reach >30%. Vaccination coverage against 2009 pandemic influenza (PI) was 52% in our hospital, whilst a new policy requiring unvaccinated HCW to wear a mask during patient care duties was enforced. The purpose of this study was to investigate the determinants of this higher vaccination acceptance for PI and to look for an association with the new mask-wearing policy.

    Source : Dorribo, V., Lazor-Blanchet, C., Hugli, O., & Zanetti, G. (2015). Occupational Medicine. Prépublication. doi: 10.1093/occmed/kqv116

  • On January 23, 2015, the Maricopa County Department of Public Health (MCDPH) was notified of a suspected measles case in a nurse, a woman aged 48 years. On January 11, the nurse had contact with a patient with laboratory-confirmed measles associated with the Disneyland theme park–related outbreak in California. On January 21, she developed a fever (103°F [39.4°C]), on January 23 she experienced cough and coryza, and on January 24, she developed a rash. The patient was instructed to isolate herself at home. On January 26, serum, a nasopharyngeal swab, and a urine specimen were collected. The following day, measles infection was diagnosed by real time reverse transcription polymerase chain reaction testing of the nasopharyngeal swab and urine specimen and by detection of measles-specific immunoglobulin (Ig)M and IgG in serum by enzyme-linked immunosorbent assay. Because of her symptoms and laboratory results, the patient was considered to be infectious.

    Source : Jones, Jefferson, Klein, Ron, Popescu, Saskia, Rose, Karen, Kretschmer, Melissa, Carrigan, Alice,… Sylvester, Tammy. (August 7, 2015). Morbidity and Mortality Weekly Report (MMWR), 64(30), 832-833. Repéré à http://www.cdc.gov/mmwr/pdf/wk/mm6430.pdf

  • Employee health professionals with voluntary seasonal influenza vaccination can expect a tougher sell this year to skeptical healthcare workers, many of whom will recall last year’s mismatched batch that whiffed on a widely circulating H3N2 strain that had antigenically drifted. The CDC estimates that the 2014-2015 vaccine had an efficacy of 18% against H3N2 influenza A and 45% against influenza B viruses.

    Source : Following last year’s misfire, EH programs may get more pushback, questions about flu shots : 2014-15 vaccine had overall efficacy of only 23%. (October 2015). Hospital Employee Health, 34(10), 117-118. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136275-following-last-years-misfire-eh-programs-may-get-more-pushback-questions-about-flu-shots

  • If there is an increased risk of pertussis in a healthcare setting evidenced by documented or suspected healthcare-associated transmission of pertussis, employee health professionals can consider revaccination of healthcare personnel with Tdap (Tetanus-diphtheria-acellular pertussis) vaccine, the CDC recommends. Despite high Tdap coverage and recent receipt of the vaccine, adolescents are experiencing high rates of pertussis in the United States. Vaccine effectiveness studies suggest the duration of protection against pertussis afforded by Tdap vaccination in adolescents is less than four years, but is not well defined in adults.

    Source : Efficacy questioned, but consider pertussis revaccination of HCWs during outbreak : Revaccinated HCWs still receive PEP when applicable. (October 2015). Hospital Employee Health, 34(10), 116-117. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136274-efficacy-questioned-but-consider-pertussis-revaccination-of-hcws-during-outbreak

  • In what could be a turning point in the controversy over healthcare immunizations, the American Nurses Association (ANA) is calling on all nurses and their healthcare colleagues to be immunized against all recommended vaccine-preventable diseases unless they have verified medical or religious reasons for declining. While other professional associations have made similar statements on healthcare vaccinations, the ANA speaks to the absolute critical group when it comes to vaccines and patient safety: nurses, says longtime vaccine advocate William Schaffner, MD, chairman of the department of preventive medicine at Vanderbilt University Medical Center in Nashville.

    Source : Evans, Gary. (October 2015). Nursing leaders: Mandate all recommended shots for HCWs : Medical, religious exemptions must be documented. Hospital Employee Health, 34(10), 109-112. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/136271-nursing-leaders-mandate-all-recommended-shots-for-hcws

  • Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s