COIN DE LA DOCUMENTALISTE – MARS 2016

Vous travaillez pour un service de garde ou pour un établissement de santé ou de services sociaux, un service ambulancier ou une clinique dentaire ? Notre documentaliste vous propose chaque mois des informations dignes d’intérêt.

Si le lien Internet ne permet pas d’accéder à la version complète d’un document, vous pourrez l’obtenir par le biais du service de prêt entre bibliothèques de votre centre de documentation ou directement auprès de l’éditeur.

Pour contacter notre documentaliste :

Suzie Désilets : 514 253-6871 ou 1 800 361-4528

ADMINISTRATION DE LA SANTÉ

  • Lean is a widely used quality improvement methodology initially developed and used in the automotive and manufacturing industries but recently expanded to the healthcare sector. This systematic literature review seeks to independently assess the effect of Lean or Lean interventions on worker and patient satisfaction, health and process outcomes, and financial costs. The authors concluded that while some may strongly believe that Lean interventions lead to quality improvements in healthcare, the evidence to date simply does not support this claim.

    Source : Moraros, John, Lemstra, Mark, & Nwankwo, Chijioke. (2016). International Journal for Quality in Health Care. Prépublication. 16 p. Repéré à http://intqhc.oxfordjournals.org/content/intqhc/early/2016/01/24/intqhc.mzv123.full.pdf

AGRESSIONS ET VIOLENCE

AMÉNAGEMENT ARCHITECTURE

  • La sécurité dans les unités de soins en santé générale et dans les unités de psychiatrie en particulier est un enjeu très important et qui mérite beaucoup d’attention. La violence dans les unités de psychiatrie est un problème mondial qui semble augmenter. Une revue récente a montré que 32,4 % patients hospitalisés en psychiatrie ont un comportement agressif ou violent. L’Institut universitaire en santé mentale de Montréal prévoit, à court et à moyen terme, procéder à la rénovation de certaines de ses installations. Dans ce contexte, la direction de l’Institut a demandé à son UETMISM d’identifier des aménagements physiques qui visent l’amélioration de la sécurité des unités psychiatriques et de l’urgence et qui favorisent la diminution de l’agressivité, qu’elle s’exprime à l’égard des personnes elles-mêmes, envers les autres patients ou le personnel soignant.

    Source : Gheorghiu, Ionela L. (2014). Montréal : Institut universitaire en santé mentale de Montréal. 4 p. (Recherche et évaluation). Repéré à http://www.iusmm.ca/documents/pdf/Institut/Soins%20et%20Services/UETMISM_amenagement_secur.pdf

  • Cette nouvelle édition, publiée par le CNRC en collaboration avec la Régie du bâtiment du Québec, comprend les modifications au chapitre I, Bâtiment, du Code de construction, et les dispositions de l’édition 2010 du Code national du bâtiment (CNB) remaniées de manière à signaler clairement aux lecteurs les modifications adoptées par le Québec et visant les travaux de construction et de rénovation des bâtiments dans cette province. La notion d’établissement de soins du groupe B, division 3, qui comprend les établissements de soins de type unifamilial, les résidences privées pour aînés ainsi que les résidences privées pour aînés de type unifamilial, y est également introduite. Le document renferme également des dispositions relatives à un nouvel usage, soit la clinique ambulatoire.

    Source : Conseil national de recherches Canada. Institut de recherche en consctruction, & Régie du Bâtiment du Québec. (2015). Code de construction du Québec, Chapitre I ­ Bâtiment, et Code national du bâtiment ­Canada 2010 (modifié). (3e éd.). Ottawa : Conseil national de recherche du Canada, 2015. Pour se le procurer :  http://www.nrc-cnrc.gc.ca/fra/publications/centre_codes/ccq_chapitre1_2010.html

  • APPROCHE LEAN

  • Lean is a widely used quality improvement methodology initially developed and used in the automotive and manufacturing industries but recently expanded to the healthcare sector. This systematic literature review seeks to independently assess the effect of Lean or Lean interventions on worker and patient satisfaction, health and process outcomes, and financial costs. The authors concluded that while some may strongly believe that Lean interventions lead to quality improvements in healthcare, the evidence to date simply does not support this claim.

    Source : Moraros, John, Lemstra, Mark, & Nwankwo, Chijioke. (2016). International Journal for Quality in Health Care. Prépublication. 16 p. Repéré à http://intqhc.oxfordjournals.org/content/intqhc/early/2016/01/24/intqhc.mzv123.full.pdf

  • APPROCHE RELATIONNELLE DE SOINS (ARS)

  • Dans quelle mesure les personnes formées à l’ARS mettent-elles leur formation en oeuvre lors des soins et quelles en sont les retombées ? Quels facteurs influent sur son implantation dans un établissement ? Une équipe de recherche s’est intéressée à ces questions.

    Source : Bellemare, Marie. (2016, Février). OP, 39(1), 18-19. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391018%20-%20Dossier%20ARS.pdf

  • Les clients qui ont de la difficulté à rester en place, qui ne savent plus quoi faire de leurs ustensiles ou qui ne reconnaissent pas les aliments deviennent parfois agressifs envers les soignants. Dans certains cas, ces situations engendrent un climat d’agitation dans tout le groupe. L’ARS met l’accent sur la prise de contact avec chaque résident et l’adaptation des soins. L’approche vise à rassurer le résident, à augmenter sa collaboration et sa participation. Comment faire manger un client qui refuse d’ouvrir la bouche ou recrache sa nourriture ?

    Source: Proteau, Rose-Ange. (2016, Février). OP, 39(1), 24-25. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391024%20-%20Dossier%20ARS.pdf

  • Certains clients présentent des rétractions (contractures ou raideurs) et les soignants n’arrivent plus à leur dégager ou ouvrir facilement les doigts, les bras ou les jambes. Dans les activités de base (toilette, habilllage, installation au fauteuil), cette dysfonction rend les gestes de soins difficiles aux plans physique et psychologique pour les soignants, alors qu’il faut forcer sur les membres du client pour exécuter la tâche. Cette première fiche technique sur l’ARS enseigne et illustre une méthode douce pour le client et facilitante pour le soignant.

    Source : ASSTSAS. (2016). Relâcher les rétractions. Montréal : ASSTSAS, 4 p. (Fiche technique; FT14). Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/Fiches/FT14-ARS.pdf

  • Le CSSS de la Vieille-Capitale, fusionné au CIUSSS de la Capitale-Nationale depuis le 1er avril 2015, a mis en place un projet organisationnel pour la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS) chez le personnel soignant. Dans ce cadre, l’établissement s’est doté d’une ressource à temps complet pour un projet pilote de coaching PDSB et ARS. Voici un résumé de la démarche réalisée à l’installation Hôpital général, un centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD). Sont aussi énoncés, les mandats de coach et formatrice PDSB ansi que des exemples de recommandations en regard d’un comportement agressif chez un client.

    Source : Drolet, Denise. (2016, Février). OP, 39(1), 28-30. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391028%20-%20Dossier%20ARS.pdf

  • Le Centre d’accueil Marcelle-Ferron, CHSLD privé conventionné, applique l’ARS depuis 2008. Depuis ce temps, les équipes soignantes ont été formées. Cette formation est aussi offerte annuellement à dix nouveaux employés. À cet effet, des heures cliniques sont spécifiquement consacrées à l’ARS dans le budget de l’établissement. En 2014, une nouvelle cohorte de formateurs, a pris la relève. L’établissement a profité de l’occasion pour mettre en place des stratégies et outils qui assurent l’intégration de l’ARS dans les pratiques quotidiennes des soins.

    Source : Bernard, Marie-France. (2016, Février). OP, 39(1), 26-27. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391026%20-%20Dossier%20ARS.pdf

  • L’ARS fournit des outils simples de communication pour entrer en relation avec le résident et atteindre les objectifs de soins. Lorsqu’il s’agit de prendre un médicament, les résidents ne manifestemt pas tous un refus. Pour ceux qui s’agitent ou résistent, une évaluation des circonstances entourant la distribution des médicaments devient fort judicieuse. Malgré les règles pharmacologiques concernant l’horaire, il est parfois possible de faire les choses autrement.

    Source : Duval, Lisette. (2016, Février). OP, 39(1), 23, 25. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391023%20-%20Dossier%20ARS.pdf

  • Des soignants ont été interrogés un mois après le démarrage de leur formation à l’ARS. Selon eux, maintenir l’autonomie du résident et sa verticalisation durant les soins en fonction de ses capacités est l’élément de la formation considéré comme le plus difficile à intégrer dans leur travail. Son intégration semble se heurter principalement à des obstacles organisationnels dont le manque de temps et le manque d’appropriation de l’approche par d’autres membres de l’équipe avec qui les soignants travaillent. Une équipe de chercheurs a donc voulu en savoir plus à l’occasion de séances d’observation et d’entrevues menées dans trois CHSLD de grande taille.

    Source : Feillou, Isabelle. (2016, Février). OP, 39(1), 20-22. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391020%20-%20Dossier%20ARS.pdf

  • « Quand je lui ai annoncé que j’allais l’aider à s’asseoir sur le bord du lit, elle m’a répondu : si tu veux, ma belle. Incroyable, non ? C’est la première fois qu’elle parle depuis qu’elle est ici ! » Voilà l’expérience vécue par une soignante avec une résidente dont elle prend soin depuis six mois. Comment expliquer qu’une personne âgée recouvre ainsi la parole ? Et en quoi cela peut-il être relié à l’ARS ?

    Source : Poulin, Pierre, & Bleau, Julie. (2016, Février). OP, 36(1), 16-17. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391016%20-%20Dossier%20ARS.pdf

  • Les soins d’hygiène à des personnes désorientées en raison d’une démence sont parfois des occasions de comportements dits agressifs. La formation à l’Approche relationnelle de soins (ARS) permet de réduire ce risque pour les travailleurs, tout en améliorant le bien-être des clients. Voici quelques-uns des outils fournis par cette formation.

    Source : Poulin, Pierre. (2016, Février). OP, 39(1), 15. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391015%20-%20Dossier%20ARS.pdf

  • BLOC OPÉRATOIRE – CHIRURGIE

  • A human parvovirus B19 outbreak was detected in personnel assigned to a surgical area (anesthesiology fellows and an otorhinolaryngology fellow) in a university hospital. The attack rate between susceptible members was higher than previous reports. Medical personnel were put on leave of absence until resolution of symptoms and laboratory confirmation of health. No cases of infection were detected in hospitalized patients or other health care workers on follow-up.

    Source : Lara-Medrano, Reynaldo, Martinez-Reséndez, Michel Fernando, Garza-González, Elvira, Medina-Torres, Ana Gabriela, & Camacho-Ortiz, Adrián. AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.12.004

  • Les gaz tels que l’isoflurane, le sévoflurane et le desflurane peuvent présenter des risques pour la santé des travailleurs Cet article résume les résultats d’études ayant mesuré le sévoflurane dans l’air et chez l’humain, un gaz anesthésique pour inhalation fréquemment utilisé.

    Source : Tanguay, Cynthia, & Bussières, Jean-François. (2016, Février). OP, 39(1), 4-5. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391004%20-%20M%C3%A9dicaments%20dangereux.pdf

    • Surgical smoke generated during electrocautery contains toxins which may cause adverse health effects to operating room (OR) personnel. The objective of this study was to investigate the performance of surgical masks (SMs), which are routinely used in ORs, more efficient N95 surgical mask respirator (SMRs) and N100 filtering facepiece respirator (FFRs), against surgical smoke.

      Source : Gao, Shuang, Koehler, Richard H., Yermakov, Michael, &  Grinshpun, Sergey A. (2016). The Annals of Occupational Hygiene. Prépublication. doi: 10.1093/annhyg/mew006

    • CENTRES DE PRÉLÈVEMENT

    • À l’hôpital ou dans un CLSC, les centres de prélèvement sanguin voient défiler des dizaines de clients chaque jour, et les intervenants doivent respecter certaines règles pour que tout se fasse de façon sécuritaire pour les clients et pour les intervenants. Sur cet image, Feruza et Tatiana simulent quelques imprudences et ont modifié leur environnement de travail. Pouvez-vous dire quelles erreurs ont été commises ?

      Source : Diouf, Fatou. (2016, Février). OP, 39(1), 7-8. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391007%20-%20Risques%20Biologiques.pdf

    • CHAMPS ÉLECTROMAGNÉTIQUES

    • Vertigo has been reported by people working around magnetic resonance imaging (MRI) scanners and was found to increase with increasing strength of scanner magnets. This suggests an association with exposure to static magnetic fields (SMF) and/or motion-induced time-varying magnetic fields (TVMF). This study assessed the association between various metrics of shift-long exposure to SMF and TVMF and self-reported vertigo among MRI workers.

      Source : Schaap, Kristel, Portengen,  Lützen, & Kromhout, Hans. (2016). Occupational & Environmental Medicine, 73(3), 161-166. doi:10.1136/oemed-2015-103019

    • CIVILITÉ EN MILIEU DE TRAVAIL

    • Health care aides provide most direct care in long-term care and home and community care settings but are understudied. The authors validate three key work attitude measures to better understand health care aides’ work experiences: work engagement, psychological empowerment, and organizational citizenship behavior.

      Source : Ginsburg, Liane, Berta, Whitney, Baumbusch, Jennifer, Rohit Dass, Adrian, Laporte, Audrey, Reid, R. Colin, Squores, Janet, & Taylor, Deanne. (2016). The Gerontologist. Prépublication. doi: 10.1093/geront/gnv129

    • DÉPLACEMENTS DES BÉNÉFICIAIRES

    • Persons with disabilities, particularly those with mobility disabilities, continue to experience unequal access to healthcare services in outpatient healthcare facilities, unlike persons without disabilities. Although the Americans with Disabilities Act (ADA) guarantees equal opportunities, they continue to experience structural or environmental barriers, such as inaccessible exam tables and the lack of proper equipment available for transfer between wheelchair and exam table, which prevent such persons from having access to complete healthcare services. In recent years, however, the ADA has published a guideline that illustrates the use of safe patient handling and mobility (SPHM) equipment as a solution to improve accessibility for persons with mobility disabilities. The implementation of SPHM equipment is supported further by guidelines from other governmental and nongovernmental sectors and SPHM interprofessional national standards, not only to improve access to healthcare services but to enhance safety and prevent injuries.

      Source : Yeung, Yeu-Li. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(4), 140-147. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&product_id=170

    • Pressure ulcers and musculoskeletal injuries are 2 of the most common, costly, and yet largely preventable harms encountered in health care. Frequent repositioning protects the patient from pressure injury but is potentially hazardous to staff. In a series of experiments, the pressure-redistribution qualities of a novel bedsheet, designed for dual use as a lifting sling, were compared to cotton or polyester/cotton sheets, either fitted or draped.

      Source : Clark, Michael, Phillips, Lyn, & Knibbe, Henneke JJ. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(4), 154-160. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&product_id=172

    • The vision of the ErgoCoach Project is to offer safe physical working conditions for all healthcare workers and maximum mobilization of all patients in health care. The criteria for safe and unsafe working conditions are listed in the Guidelines for Practice, signed by all parties: unions, employers, nursing organizations, government, and inspectorate. They comprise not only dynamic loads such as patient handling, lifting. pushing, and pulling (beds, carts, lifters, anti-embolism stockings), but also the static loads that occur during prolonged bending and stooping over a patient (washing, dressing, wound care, surgery, neonatal care). The project’s rather wide scope came about after research showed that static loads pose a major risk factor in health care and should be part of any injury prevention policy.

      Source : Spotlight on: ErgoCoach Project, Gezond & Zeker. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(4), 161-162. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&path=82_86&product_id=173

    • Le formateur PDSB est un acteur important en SST dans son établissement. Pour profiter au maximum de ses multiples compétences, il est essentiel de définir son champ d’action et de soutenir ses activités. Que vous soyez un formateur PDSB ou que vous disposiez d’une telle ressource dans votre établissement, voici des informations pertinentes pour bien utiliser ses habiletés. Plus précisément, sont ici expliqués son rôle et ses tâches en lien avec la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS).

      Source : Dubé, Jocelyne, (2016, Février). OP, 39(1), 12-13. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391012%20-%20PDSB.pdf

    • Le CSSS de la Vieille-Capitale, fusionné au CIUSSS de la Capitale-Nationale depuis le 1er avril 2015, a mis en place un projet organisationnel pour la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS) chez le personnel soignant. Dans ce cadre, l’établissement s’est doté d’une ressource à temps complet pour un projet pilote de coaching PDSB et ARS. Voici un résumé de la démarche réalisée à l’installation Hôpital général, un centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD). Sont aussi énoncés, les mandats de coach et formatrice PDSB ansi que des exemples de recommandations en regard d’un comportement agressif chez un client.

      Source : Drolet, Denise. (2016, Février). OP, 39(1), 28-30. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391028%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • Radiologic technologists (RT) performing high-risk patient handling tasks frequently, with little or no assistance, are at an increased risk of suffering musculoskeletal injuries. According to the US Department of Labor, RTs are being injured at an overall higher rate compared to other occupations. This article discusses barriers faced when using safe patient handling equipment in radiologic exam rooms and some solutions to those obstacles.

      Source : Kling, Melissa Y., & West, Nicole. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(4), 148-153. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&product_id=171

    • ÉBOLA

    • Ensuring the safety of health care workers (HCWs) is the aim of all work health and safety (WHS) principles regardless of which country the health setting is located. For an infection with a high case fatality rate, it is paramount that WHS principles for HCWs are fail-safe because failure to protect HCWs from contamination during the doffing (removal) of contaminated personal protective equipment (PPE) may be fatal. During the 2014-2015 Ebola virus disease (EVD) epidemic, unexplained occupational acquisition of EVD by HCWs and the contribution made by breaches in doffing protocol was debated.

      Source : McLaws, Mary-Louise, Chughtai, Abrar A., Salmon, Sharon, & MacIntyre, C. Raina. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication.  DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.12.034

    • ÉQUIPEMENT DE PROTECTION

    • Persons with disabilities, particularly those with mobility disabilities, continue to experience unequal access to healthcare services in outpatient healthcare facilities, unlike persons without disabilities. Although the Americans with Disabilities Act (ADA) guarantees equal opportunities, they continue to experience structural or environmental barriers, such as inaccessible exam tables and the lack of proper equipment available for transfer between wheelchair and exam table, which prevent such persons from having access to complete healthcare services. In recent years, however, the ADA has published a guideline that illustrates the use of safe patient handling and mobility (SPHM) equipment as a solution to improve accessibility for persons with mobility disabilities. The implementation of SPHM equipment is supported further by guidelines from other governmental and nongovernmental sectors and SPHM interprofessional national standards, not only to improve access to healthcare services but to enhance safety and prevent injuries.

      Source : Yeung, Yeu-Li. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(4), 140-147. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&product_id=170

    • Pressure ulcers and musculoskeletal injuries are 2 of the most common, costly, and yet largely preventable harms encountered in health care. Frequent repositioning protects the patient from pressure injury but is potentially hazardous to staff. In a series of experiments, the pressure-redistribution qualities of a novel bedsheet, designed for dual use as a lifting sling, were compared to cotton or polyester/cotton sheets, either fitted or draped.

      Source : Clark, Michael, Phillips, Lyn, & Knibbe, Henneke JJ. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(4), 154-160. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&product_id=172

    • The resurgence of measles continues to employee health professionals, as recently published research emphasizes that even immunized healthcare workers can still acquire the virus and expose co-workers and patients. The take-home message: Workers with a history of measles vaccination or immunity should wear an N95 or equivalent respiratory protection when examining or caring for patients with suspected or confirmed measles, says lead author of the study.

      Source : Evans, Gary. (2016, March). Vaccinated HCWs acquire measles, expose patients, co-workers : Use respirators for suspect cases. Hospital Employee Health, 35(3), 25-27. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/137217-vaccinated-hcws-acquire-measles-expose-patients-co-workers

    • Ensuring the safety of health care workers (HCWs) is the aim of all work health and safety (WHS) principles regardless of which country the health setting is located. For an infection with a high case fatality rate, it is paramount that WHS principles for HCWs are fail-safe because failure to protect HCWs from contamination during the doffing (removal) of contaminated personal protective equipment (PPE) may be fatal. During the 2014-2015 Ebola virus disease (EVD) epidemic, unexplained occupational acquisition of EVD by HCWs and the contribution made by breaches in doffing protocol was debated.

      Source : McLaws, Mary-Louise, Chughtai, Abrar A., Salmon, Sharon, & MacIntyre, C. Raina. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication.  DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.12.034

    • Surgical smoke generated during electrocautery contains toxins which may cause adverse health effects to operating room (OR) personnel. The objective of this study was to investigate the performance of surgical masks (SMs), which are routinely used in ORs, more efficient N95 surgical mask respirator (SMRs) and N100 filtering facepiece respirator (FFRs), against surgical smoke.

      Source : Gao, Shuang, Koehler, Richard H., Yermakov, Michael, &  Grinshpun, Sergey A. (2016). The Annals of Occupational Hygiene. Prépublication. doi: 10.1093/annhyg/mew006

    • Face shields are personal protective equipment devices that are used by many workers (e.g., medical, dental, veterinary) for protection of the facial area and associated mucous membranes (eyes, nose, mouth) from splashes, sprays, and spatter of body fluids. Face shields are generally not used alone, but in conjunction with other protective equipment and are therefore classified as adjunctive personal protective equipment. Although there are millions of potential users of face shields, guidelines for their use vary between governmental agencies and professional societies and little research is available regarding their efficacy.

      Source : Roberge, Raymond J. (2016). Journal of Occupational and Environmental Hygiene, 13(4), 239-246. DOI:10.1080/15459624.2015.1095302

    • Bill Lindsley, chercheur au NIOSH, résume une étude ayant permis de déterminer l’efficacité des écrans faciaux portés par le personnel qui prodigue des soins aux patients malades. L’étude s’est plus particulièrement penchée sur la protection contre les bioaérosols produits par les patients lorsqu’ils toussent.

      Source : National Institute for Occupational Safety and Health. (Réalisateur). (2014). Efficacy of Face Shields Against Cough Aerosol Droplets from a Cough Simulator. [Vidéo en ligne]. Repéré à https://www.youtube.com/watch?v=eGONzm3vduI 

      Pour lire l’article complet portant sur cette recherche : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4734356/pdf/nihms744519.pdf

    • Radiologic technologists (RT) performing high-risk patient handling tasks frequently, with little or no assistance, are at an increased risk of suffering musculoskeletal injuries. According to the US Department of Labor, RTs are being injured at an overall higher rate compared to other occupations. This article discusses barriers faced when using safe patient handling equipment in radiologic exam rooms and some solutions to those obstacles.

      Source : Kling, Melissa Y., & West, Nicole. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(4), 148-153. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&product_id=171

    • ÉQUIPEMENTS INNOVATEURS EN SST

    • Dans ce numéro d’OP, nous soulignons certaines réalisations de nos clients, telles l’utilisation d’un sac à dos amélioré pour les soins à domicile, la balance pour bébé et son sac à dos, un service d’aide de La Vigile offerts aux paramédics souffrant de détresse psychologique, et une chaise de docteur limitant les contraintes posturales en alimentant les clients.

      Source: Proteau, Rose-Ange, & Legault, Lucie. (2016, Février). OP, 29(1), 3. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391003%20-%20Fleurs%20de%20pr%C3%A9vention.pdf

    • ERGONOMIE

    • Les laboratoires du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, site Fleurimont et Bowen, ont acquis de nombreux postes de travail ajustables et une panoplie d’accessoires informatiques. Afin de prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) chez les technologistes, les équipes ont appris comment ajuster adéquatement tous ces équipements. De fait, pour répondre aux besoins des différents secteurs de l’établissement, il a été proposé d’offrir une formation en ergonomie à des personnes-ressources qui travaillent dans les laboratoires, les "ergo-coachs". Ces recrues ont pu offrir un soutien rapide aux technologistes dans leur milieu respectif.

      Source : Gambin, Christiane. (2016, Février). OP, 39(1), 9-11. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391009%20-%20%C3%89quipements%20de%20laboratoire.pdf

    • ÉTABLISSEMENTS D’HÉBERGEMENT

    • The nursing home (NH) culture change movement advocates for residents to be able to make choices about important aspects of their care. This study seeks to understand NH residents’ perceptions of choice that they have in the care they receive while in the NH setting. The authors examine the association between residents’ perceived choice and satisfaction with care preferences being met using a mixed methods approach.

      Source : Bangerter, Lauren R., Heid, Allison R., Abbott, Katherine, & Van Haitsma, Kimberly. (2016). The Gerontologist. Prépublication. doi: 10.1093/geront/gnv697

    • Ce guide a été développé par la Pratique de pointe pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées, en collaboration avec la Ligne AAA. Cet outil présente l’expertise clinique et diverses données probantes issues de la programmation de recherche de la pratique de pointe sur les CHSLD et de la Ligne Aide Abus Ainés. Le contexte organisationnel spécifique des milieux d’hébergement étant à la fois des milieux de vie, de soins et des milieux de travail, suscite des enjeux complexes en lien avec le phénomène de la maltraitance, l’offre des services de qualité ainsi que le bien-être et la sécurité des résidents. Cette complexité nécessite la démarche réflexive proposée par le guide.

      Source : Isrel, Sarita, Soulières, Maryse, Starnino, Cindy, Fournier, Anne, & Cortez, Nathalie. (2016). [Montréal] : CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, 69 p. Repéré à http://www.creges.ca/wp-content/uploads/2016/02/GuideRAR_MaltraitanceCHSLD_2016.pdf

    • Dans ce numéro d’OP, nous soulignons certaines réalisations de nos clients, telles l’utilisation d’un sac à dos amélioré pour les soins à domicile, la balance pour bébé et son sac à dos, un service d’aide de La Vigile offerts aux paramédics souffrant de détresse psychologique, et une chaise de docteur limitant les contraintes posturales en alimentant les clients.

      Source: Proteau, Rose-Ange, & Legault, Lucie. (2016, Février). OP, 29(1), 3. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391003%20-%20Fleurs%20de%20pr%C3%A9vention.pdf

    • Le formateur PDSB est un acteur important en SST dans son établissement. Pour profiter au maximum de ses multiples compétences, il est essentiel de définir son champ d’action et de soutenir ses activités. Que vous soyez un formateur PDSB ou que vous disposiez d’une telle ressource dans votre établissement, voici des informations pertinentes pour bien utiliser ses habiletés. Plus précisément, sont ici expliqués son rôle et ses tâches en lien avec la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS).

      Source : Dubé, Jocelyne, (2016, Février). OP, 39(1), 12-13. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391012%20-%20PDSB.pdf

    • Dans quelle mesure les personnes formées à l’ARS mettent-elles leur formation en oeuvre lors des soins et quelles en sont les retombées ? Quels facteurs influent sur son implantation dans un établissement ? Une équipe de recherche s’est intéressée à ces questions.

      Source : Bellemare, Marie. (2016, Février). OP, 39(1), 18-19. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391018%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • Les clients qui ont de la difficulté à rester en place, qui ne savent plus quoi faire de leurs ustensiles ou qui ne reconnaissent pas les aliments deviennent parfois agressifs envers les soignants. Dans certains cas, ces situations engendrent un climat d’agitation dans tout le groupe. L’ARS met l’accent sur la prise de contact avec chaque résident et l’adaptation des soins. L’approche vise à rassurer le résident, à augmenter sa collaboration et sa participation. Comment faire manger un client qui refuse d’ouvrir la bouche ou recrache sa nourriture ?

      Source: Proteau, Rose-Ange. (2016, Février). OP, 39(1), 24-25. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391024%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • Certains clients présentent des rétractions (contractures ou raideurs) et les soignants n’arrivent plus à leur dégager ou ouvrir facilement les doigts, les bras ou les jambes. Dans les activités de base (toilette, habilllage, installation au fauteuil), cette dysfonction rend les gestes de soins difficiles aux plans physique et psychologique pour les soignants, alors qu’il faut forcer sur les membres du client pour exécuter la tâche. Cette première fiche technique sur l’ARS enseigne et illustre une méthode douce pour le client et facilitante pour le soignant.

      Source : ASSTSAS. (2016). Relâcher les rétractions. Montréal : ASSTSAS, 4 p. (Fiche technique; FT14). Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/Fiches/FT14-ARS.pdf

    • Le CSSS de la Vieille-Capitale, fusionné au CIUSSS de la Capitale-Nationale depuis le 1er avril 2015, a mis en place un projet organisationnel pour la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS) chez le personnel soignant. Dans ce cadre, l’établissement s’est doté d’une ressource à temps complet pour un projet pilote de coaching PDSB et ARS. Voici un résumé de la démarche réalisée à l’installation Hôpital général, un centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD). Sont aussi énoncés, les mandats de coach et formatrice PDSB ansi que des exemples de recommandations en regard d’un comportement agressif chez un client.

      Source : Drolet, Denise. (2016, Février). OP, 39(1), 28-30. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391028%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • Le Centre d’accueil Marcelle-Ferron, CHSLD privé conventionné, applique l’ARS depuis 2008. Depuis ce temps, les équipes soignantes ont été formées. Cette formation est aussi offerte annuellement à dix nouveaux employés. À cet effet, des heures cliniques sont spécifiquement consacrées à l’ARS dans le budget de l’établissement. En 2014, une nouvelle cohorte de formateurs, a pris la relève. L’établissement a profité de l’occasion pour mettre en place des stratégies et outils qui assurent l’intégration de l’ARS dans les pratiques quotidiennes des soins.

      Source : Bernard, Marie-France. (2016, Février). OP, 39(1), 26-27. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391026%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • L’ARS fournit des outils simples de communication pour entrer en relation avec le résident et atteindre les objectifs de soins. Lorsqu’il s’agit de prendre un médicament, les résidents ne manifestemt pas tous un refus. Pour ceux qui s’agitent ou résistent, une évaluation des circonstances entourant la distribution des médicaments devient fort judicieuse. Malgré les règles pharmacologiques concernant l’horaire, il est parfois possible de faire les choses autrement.

      Source : Duval, Lisette. (2016, Février). OP, 39(1), 23, 25. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391023%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • Des soignants ont été interrogés un mois après le démarrage de leur formation à l’ARS. Selon eux, maintenir l’autonomie du résident et sa verticalisation durant les soins en fonction de ses capacités est l’élément de la formation considéré comme le plus difficile à intégrer dans leur travail. Son intégration semble se heurter principalement à des obstacles organisationnels dont le manque de temps et le manque d’appropriation de l’approche par d’autres membres de l’équipe avec qui les soignants travaillent. Une équipe de chercheurs a donc voulu en savoir plus à l’occasion de séances d’observation et d’entrevues menées dans trois CHSLD de grande taille.

      Source : Feillou, Isabelle. (2016, Février). OP, 39(1), 20-22. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391020%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • « Quand je lui ai annoncé que j’allais l’aider à s’asseoir sur le bord du lit, elle m’a répondu : si tu veux, ma belle. Incroyable, non ? C’est la première fois qu’elle parle depuis qu’elle est ici ! » Voilà l’expérience vécue par une soignante avec une résidente dont elle prend soin depuis six mois. Comment expliquer qu’une personne âgée recouvre ainsi la parole ? Et en quoi cela peut-il être relié à l’ARS ?

      Source : Poulin, Pierre, & Bleau, Julie. (2016, Février). OP, 36(1), 16-17. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391016%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • Les soins d’hygiène à des personnes désorientées en raison d’une démence sont parfois des occasions de comportements dits agressifs. La formation à l’Approche relationnelle de soins (ARS) permet de réduire ce risque pour les travailleurs, tout en améliorant le bien-être des clients. Voici quelques-uns des outils fournis par cette formation.

      Source : Poulin, Pierre. (2016, Février). OP, 39(1), 15. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391015%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • La population québécoise vieillit et ce n’est pas sans conséquence sur l’alourdissement de la clientèle des établissements de soins de longue durée. Les statistiques démontrent que les préposés aux bénéficiaires (PAB) sont, parmi les soignants, les plus affectés par les lésions professionnelles. Une équipe de chercheurs s’est intéressée à cette question. Par ailleurs, l’auteure propose aussi de nouvelles instructions pour nettoyer un déversement de mercure.

      Source : Désilets, Suzie. (2016, Février). OP, 39(1), 32. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391032%20-%20Coin%20de%20la%20documentaliste.pdf

    • FORMATION EN SST

    • Le travail en échographie générale occasionne des postures et des mouvements susceptibles d’entraîner des troubles musculosquelettiques (TMS). L’ASSTSAS a développé une formation pratique qui contribue à les prévenir. La nouvelle formation "Sondez votre corps" est axée sur la mise en application des grands principes pour réduire les efforts et offre des repères pour favoriser les postures sécuritaires. Les ajustements des équipements, du matériel et de l’espace de travail sont mis en évidence afin de favoriser l’adoption de ces principes.

      Source : Duval, Lisette. (2016, Février). OP, 39(1), 6. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391006%20-%20Radiologie.pdf

    • Les laboratoires du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, site Fleurimont et Bowen, ont acquis de nombreux postes de travail ajustables et une panoplie d’accessoires informatiques. Afin de prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) chez les technologistes, les équipes ont appris comment ajuster adéquatement tous ces équipements. De fait, pour répondre aux besoins des différents secteurs de l’établissement, il a été proposé d’offrir une formation en ergonomie à des personnes-ressources qui travaillent dans les laboratoires, les "ergo-coachs". Ces recrues ont pu offrir un soutien rapide aux technologistes dans leur milieu respectif.

      Source : Gambin, Christiane. (2016, Février). OP, 39(1), 9-11. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391009%20-%20%C3%89quipements%20de%20laboratoire.pdf

    • Le formateur PDSB est un acteur important en SST dans son établissement. Pour profiter au maximum de ses multiples compétences, il est essentiel de définir son champ d’action et de soutenir ses activités. Que vous soyez un formateur PDSB ou que vous disposiez d’une telle ressource dans votre établissement, voici des informations pertinentes pour bien utiliser ses habiletés. Plus précisément, sont ici expliqués son rôle et ses tâches en lien avec la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS).

      Source : Dubé, Jocelyne, (2016, Février). OP, 39(1), 12-13. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391012%20-%20PDSB.pdf

    • Dans quelle mesure les personnes formées à l’ARS mettent-elles leur formation en oeuvre lors des soins et quelles en sont les retombées ? Quels facteurs influent sur son implantation dans un établissement ? Une équipe de recherche s’est intéressée à ces questions.

      Source : Bellemare, Marie. (2016, Février). OP, 39(1), 18-19. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391018%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • Les clients qui ont de la difficulté à rester en place, qui ne savent plus quoi faire de leurs ustensiles ou qui ne reconnaissent pas les aliments deviennent parfois agressifs envers les soignants. Dans certains cas, ces situations engendrent un climat d’agitation dans tout le groupe. L’ARS met l’accent sur la prise de contact avec chaque résident et l’adaptation des soins. L’approche vise à rassurer le résident, à augmenter sa collaboration et sa participation. Comment faire manger un client qui refuse d’ouvrir la bouche ou recrache sa nourriture ?

      Source: Proteau, Rose-Ange. (2016, Février). OP, 39(1), 24-25. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391024%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • Le CSSS de la Vieille-Capitale, fusionné au CIUSSS de la Capitale-Nationale depuis le 1er avril 2015, a mis en place un projet organisationnel pour la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS) chez le personnel soignant. Dans ce cadre, l’établissement s’est doté d’une ressource à temps complet pour un projet pilote de coaching PDSB et ARS. Voici un résumé de la démarche réalisée à l’installation Hôpital général, un centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD). Sont aussi énoncés, les mandats de coach et formatrice PDSB ansi que des exemples de recommandations en regard d’un comportement agressif chez un client.

      Source : Drolet, Denise. (2016, Février). OP, 39(1), 28-30. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391028%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • Le Centre d’accueil Marcelle-Ferron, CHSLD privé conventionné, applique l’ARS depuis 2008. Depuis ce temps, les équipes soignantes ont été formées. Cette formation est aussi offerte annuellement à dix nouveaux employés. À cet effet, des heures cliniques sont spécifiquement consacrées à l’ARS dans le budget de l’établissement. En 2014, une nouvelle cohorte de formateurs, a pris la relève. L’établissement a profité de l’occasion pour mettre en place des stratégies et outils qui assurent l’intégration de l’ARS dans les pratiques quotidiennes des soins.

      Source : Bernard, Marie-France. (2016, Février). OP, 39(1), 26-27. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391026%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • L’ARS fournit des outils simples de communication pour entrer en relation avec le résident et atteindre les objectifs de soins. Lorsqu’il s’agit de prendre un médicament, les résidents ne manifestemt pas tous un refus. Pour ceux qui s’agitent ou résistent, une évaluation des circonstances entourant la distribution des médicaments devient fort judicieuse. Malgré les règles pharmacologiques concernant l’horaire, il est parfois possible de faire les choses autrement.

      Source : Duval, Lisette. (2016, Février). OP, 39(1), 23, 25. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391023%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • Des soignants ont été interrogés un mois après le démarrage de leur formation à l’ARS. Selon eux, maintenir l’autonomie du résident et sa verticalisation durant les soins en fonction de ses capacités est l’élément de la formation considéré comme le plus difficile à intégrer dans leur travail. Son intégration semble se heurter principalement à des obstacles organisationnels dont le manque de temps et le manque d’appropriation de l’approche par d’autres membres de l’équipe avec qui les soignants travaillent. Une équipe de chercheurs a donc voulu en savoir plus à l’occasion de séances d’observation et d’entrevues menées dans trois CHSLD de grande taille.

      Source : Feillou, Isabelle. (2016, Février). OP, 39(1), 20-22. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391020%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • « Quand je lui ai annoncé que j’allais l’aider à s’asseoir sur le bord du lit, elle m’a répondu : si tu veux, ma belle. Incroyable, non ? C’est la première fois qu’elle parle depuis qu’elle est ici ! » Voilà l’expérience vécue par une soignante avec une résidente dont elle prend soin depuis six mois. Comment expliquer qu’une personne âgée recouvre ainsi la parole ? Et en quoi cela peut-il être relié à l’ARS ?

      Source : Poulin, Pierre, & Bleau, Julie. (2016, Février). OP, 36(1), 16-17. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391016%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • Les soins d’hygiène à des personnes désorientées en raison d’une démence sont parfois des occasions de comportements dits agressifs. La formation à l’Approche relationnelle de soins (ARS) permet de réduire ce risque pour les travailleurs, tout en améliorant le bien-être des clients. Voici quelques-uns des outils fournis par cette formation.

      Source : Poulin, Pierre. (2016, Février). OP, 39(1), 15. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391015%20-%20Dossier%20ARS.pdf

    • FUMÉES CHIRURGICALES

    • Surgical smoke generated during electrocautery contains toxins which may cause adverse health effects to operating room (OR) personnel. The objective of this study was to investigate the performance of surgical masks (SMs), which are routinely used in ORs, more efficient N95 surgical mask respirator (SMRs) and N100 filtering facepiece respirator (FFRs), against surgical smoke.

      Source : Gao, Shuang, Koehler, Richard H., Yermakov, Michael, &  Grinshpun, Sergey A. (2016). The Annals of Occupational Hygiene. Prépublication. doi: 10.1093/annhyg/mew006

    • GESTION – LEADERSHIP

    • Dans des contextes qui peuvent être fort différents, nous pouvons faire face à des conversations délicates. Deux critères permettent de distinguer une telle conversation d’une autre. Premièrement, c’est une conversation avec des personnes significatives ; un bris de relation aurait comme conséquence d’affecter le climat et l’efficacité du travail. Deuxièmement, elle comporte une charge émotive pour au moins une des personnes, qui doit être reconnue si on espère qu’elle soit constructive. Voici des pratiques permettant de mieux gérer cette charge émotive afin d’augmenter les chances que les enjeux importants soient nommés et résolus, tout en préservant la relation.

      Source : Bouchard, Jean-Philippe. (2016, 19 février). Portail RH. Ressources. Repéré à http://www.portailrh.org/ressources/AZ/specialites/article_une/fiche.aspx?p=634608

    • GESTION DE LA SST

    • Le domaine de la SST semble parfois bien complexe pour quelqu’un qui commence en prévention. Les risques, les techniques, les outils, les lois et les règlements sont multiples. Autant de bonnes raisons de consulter les nouvelles fiches Action-Prévention de l’ASSTSAS. Ces fiches constituent des outils pratiques qui donnent un aperçu des notions de base sur divers sujets.

      Source : ASSTSAS (2016). [Montréal] : ASSTSAS, 119 p. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/publication/fiches-action-prevention-recueil Disponible en version électronique seulement

    • HORAIRE DE TRAVAIL

    • Night shift work has been associated with poor sleep, weight gain, metabolic syndrome, which are recognised risk factor for diabetes. However, only a few studies have examined the effect of shift work on diabetes risk. Here, the authors study the association between shift work and incidence of diabetes in Danish nurses. The results indicate that Danish nurses working night and evening shifts have increased risk for diabetes, with the highest risk associated with current night shift work.

      Source : Hansen, Anne B., Stayner, Leslie, Hansen, Johnni, & Anderson, Zorana J. (2016). Occupational & Environmental Medicine. Prépublication.  doi:10.1136/oemed-2015-103342

    • HYGIÈNE ET SALUBRITÉ

    • An institution experienced an endemic situation with extensively drug-resistant (XDR) Acinetobacter baumannii in the intensive care units (ICUs). Here, the authors describe the long-term results of the implementation of a screening and cohorting policy and new cleaning techniques based on a procedure that we call the 1 room, 1 wipe approach. They concluded that the prompt identification and isolation of patients and adequate environmental cleaning are effective measures for reducing XDR A baumannii in ICUs. The 1 wipe, 1 room approach should be considered a standard measure for cleaning hospital facilities to avoid cross-transmission as a result of reusable cleaning wipes.

      Source : Gavaldà, Laura, Soriano, Ana M., Cámara, Jordi,  Gasull, Arch, Olga, Ferrer, Montserrat,… Pujol, Miquel. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.11.036

    • The patient environment may harbor potential pathogens making it a possible source for cross-transmission to the hands of health care workers, patients, and visitors.

      Source : Kotsanas, Despina, & Gillespie, Elizabeth. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2016.01.009

    • Health care–associated infections are a major problem worldwide, and the airborne route is believed to be a contributory source of secondary health care–associated infections. This study examined the efficacy of a portable air disinfecting system to remove seeded coliphage virus from the air in hospitals rooms. Aerosolized coliphage concentrations were not statistically different between treatment and no treatment measurements. However, future research should focus on additional investigations in the patient rooms that incorporate fomite and air testing alongside portable air filtration devices.

      Source : Verhougstraete, Marc, & Reynolds, Kelly. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.12.025

    • IMAGERIE MÉDICALE

    • Vertigo has been reported by people working around magnetic resonance imaging (MRI) scanners and was found to increase with increasing strength of scanner magnets. This suggests an association with exposure to static magnetic fields (SMF) and/or motion-induced time-varying magnetic fields (TVMF). This study assessed the association between various metrics of shift-long exposure to SMF and TVMF and self-reported vertigo among MRI workers.

      Source : Schaap, Kristel, Portengen,  Lützen, & Kromhout, Hans. (2016). Occupational & Environmental Medicine, 73(3), 161-166. doi:10.1136/oemed-2015-103019

    • Le travail en échographie générale occasionne des postures et des mouvements susceptibles d’entraîner des troubles musculosquelettiques (TMS). L’ASSTSAS a développé une formation pratique qui contribue à les prévenir. La nouvelle formation "Sondez votre corps" est axée sur la mise en application des grands principes pour réduire les efforts et offre des repères pour favoriser les postures sécuritaires. Les ajustements des équipements, du matériel et de l’espace de travail sont mis en évidence afin de favoriser l’adoption de ces principes.

      Source : Duval, Lisette. (2016, Février). OP, 39(1), 6. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391006%20-%20Radiologie.pdf

    • Radiologic technologists (RT) performing high-risk patient handling tasks frequently, with little or no assistance, are at an increased risk of suffering musculoskeletal injuries. According to the US Department of Labor, RTs are being injured at an overall higher rate compared to other occupations. This article discusses barriers faced when using safe patient handling equipment in radiologic exam rooms and some solutions to those obstacles.

      Source : Kling, Melissa Y., & West, Nicole. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(4), 148-153. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&product_id=171

    • MÉDICAMENTS DANGEREUX

    • This book deals with the health and safety of workers who handle hazardous drugs. It is meant to be a starting point and a reference guide of best practices to minimize worker exposure to hazardous drugs in the workplace. This book has three parts : Part 1 gives an overview of current knowledge on hazardous drugs ; Part 2 describes how to perform a risk assessment ; Part 3 gives examples of best practices for each stage of handling hazardous drugs. It also includes eight appendices.

      Source : WorkSafe BC. (2015). [Vancouver] : Workers’ Compensation Board of British Columbia, 73 p. Repéré à http://www.worksafebc.com/publications/health_and_safety/by_topic/assets/pdf/bk153.pdf

    • Les gaz tels que l’isoflurane, le sévoflurane et le desflurane peuvent présenter des risques pour la santé des travailleurs Cet article résume les résultats d’études ayant mesuré le sévoflurane dans l’air et chez l’humain, un gaz anesthésique pour inhalation fréquemment utilisé.

      Source : Tanguay, Cynthia, & Bussières, Jean-François. (2016, Février). OP, 39(1), 4-5. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391004%20-%20M%C3%A9dicaments%20dangereux.pdf

    • Healthcare workers who prepare and administer hazardous drugs have further incentive to follow the recommended precautions with the February 1, 2016, release of the U.S. Pharmacopeial Convention Chapter 800. With the release of USP Chapter 800, pharmacies and practices might require infrastructure updates or other onsite changes to comply. All changes must be in place by July 1, 2018. The changes come as part of an extended effort to enforce safety procedures that protect nurses and other healthcare workers, patients, and families. Safe handling of hazardous drugs, particularly chemotherapy agents, has long been a focus in the oncology community. Within an oncology clinic, it’s important to create an environment of safety that starts with safe handling procedures.

      Source : Pirschel, Chris. (2016, March 1). ONS Connect. Repéré à http://connect.ons.org/issue/march-2016/spotlight-on-safety/new-hazardous-drug-safe-handling-guidelines-may-require-changes-for-your-practice

    • MILIEU DE VIE

    • The nursing home (NH) culture change movement advocates for residents to be able to make choices about important aspects of their care. This study seeks to understand NH residents’ perceptions of choice that they have in the care they receive while in the NH setting. The authors examine the association between residents’ perceived choice and satisfaction with care preferences being met using a mixed methods approach.

      Source : Bangerter, Lauren R., Heid, Allison R., Abbott, Katherine, & Van Haitsma, Kimberly. (2016). The Gerontologist. Prépublication. doi: 10.1093/geront/gnv697

    • Ce guide a été développé par la Pratique de pointe pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées, en collaboration avec la Ligne AAA. Cet outil présente l’expertise clinique et diverses données probantes issues de la programmation de recherche de la pratique de pointe sur les CHSLD et de la Ligne Aide Abus Ainés. Le contexte organisationnel spécifique des milieux d’hébergement étant à la fois des milieux de vie, de soins et des milieux de travail, suscite des enjeux complexes en lien avec le phénomène de la maltraitance, l’offre des services de qualité ainsi que le bien-être et la sécurité des résidents. Cette complexité nécessite la démarche réflexive proposée par le guide.

      Source : Isrel, Sarita, Soulières, Maryse, Starnino, Cindy, Fournier, Anne, & Cortez, Nathalie. (2016). [Montréal] : CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, 69 p. Repéré à http://www.creges.ca/wp-content/uploads/2016/02/GuideRAR_MaltraitanceCHSLD_2016.pdf

    • Dans ce numéro d’OP, nous soulignons certaines réalisations de nos clients, telles l’utilisation d’un sac à dos amélioré pour les soins à domicile, la balance pour bébé et son sac à dos, un service d’aide de La Vigile offerts aux paramédics souffrant de détresse psychologique, et une chaise de docteur limitant les contraintes posturales en alimentant les clients.

      Source: Proteau, Rose-Ange, & Legault, Lucie. (2016, Février). OP, 29(1), 3. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391003%20-%20Fleurs%20de%20pr%C3%A9vention.pdf

    • NORMES ET LÉGISLATION

    • Cette nouvelle édition, publiée par le CNRC en collaboration avec la Régie du bâtiment du Québec, comprend les modifications au chapitre I, Bâtiment, du Code de construction, et les dispositions de l’édition 2010 du Code national du bâtiment (CNB) remaniées de manière à signaler clairement aux lecteurs les modifications adoptées par le Québec et visant les travaux de construction et de rénovation des bâtiments dans cette province. La notion d’établissement de soins du groupe B, division 3, qui comprend les établissements de soins de type unifamilial, les résidences privées pour aînés ainsi que les résidences privées pour aînés de type unifamilial, y est également introduite. Le document renferme également des dispositions relatives à un nouvel usage, soit la clinique ambulatoire. 

      Source : Conseil national de recherches Canada. Institut de recherche en consctruction, & Régie du Bâtiment du Québec. (2015). Code de construction du Québec, Chapitre I ­ Bâtiment, et Code national du bâtiment ­Canada 2010 (modifié). (3e éd.). Ottawa : Conseil national de recherche du Canada, 2015. Pour se le procurer :  http://www.nrc-cnrc.gc.ca/fra/publications/centre_codes/ccq_chapitre1_2010.html

    • Le 14 janvier dernier sont entrées en vigueur des modifications réglementaires au Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST). Dans la même veine, le Code de sécurité pou rles travaux de construction (CSTC) a également été modifié. Les nouvelles dispositions réglementaires concernant le cadenassage et les autres méthodes de contrôle des énergies sont très similaires dans le RSST et le CSTC. Cependant, quelques distinctions s’imposaient, notamment en raison des champs d’application différents des deux règlements.

      Source : Gagnon, Paméla. (2016, Printemps). Prévention au travail, 29(1), 15.

    • PATIENTS OBÈSES

    • Radiologic technologists (RT) performing high-risk patient handling tasks frequently, with little or no assistance, are at an increased risk of suffering musculoskeletal injuries. According to the US Department of Labor, RTs are being injured at an overall higher rate compared to other occupations. This article discusses barriers faced when using safe patient handling equipment in radiologic exam rooms and some solutions to those obstacles.

      Source : Kling, Melissa Y., & West, Nicole. (2015). American Journal of Safe Patient Handling & Mobility, 5(4), 148-153. Repéré à http://www.americanjournalofsphm.com/shop_ajsphm/index.php?route=product/product&product_id=171

    • PRÉVENTION DES INFECTIONS

    • The resurgence of measles continues to employee health professionals, as recently published research emphasizes that even immunized healthcare workers can still acquire the virus and expose co-workers and patients. The take-home message: Workers with a history of measles vaccination or immunity should wear an N95 or equivalent respiratory protection when examining or caring for patients with suspected or confirmed measles, says lead author of the study.

      Source : Evans, Gary. (2016, March). Vaccinated HCWs acquire measles, expose patients, co-workers : Use respirators for suspect cases. Hospital Employee Health, 35(3), 25-27. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/137217-vaccinated-hcws-acquire-measles-expose-patients-co-workers

    • As health care facilities increasingly recognize the importance of comprehensive programs for Legionella detection and water safety management, it is critical to learn from institutions where nosocomial cases of Legionella pneumonia have occurred. The authors thank Dziewulski et al. for sharing their experience with Legionella remediation and prevention in the September issue of AJIC.They describe improved control of Legionella within their water system after introduction of copper-silver ionization.

      Source : Decker, Brooke K.; & Clancy, Cornelius J. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.11.038

    • A human parvovirus B19 outbreak was detected in personnel assigned to a surgical area (anesthesiology fellows and an otorhinolaryngology fellow) in a university hospital. The attack rate between susceptible members was higher than previous reports. Medical personnel were put on leave of absence until resolution of symptoms and laboratory confirmation of health. No cases of infection were detected in hospitalized patients or other health care workers on follow-up.

      Source : Lara-Medrano, Reynaldo, Martinez-Reséndez, Michel Fernando, Garza-González, Elvira, Medina-Torres, Ana Gabriela, & Camacho-Ortiz, Adrián. AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.12.004

    • An institution experienced an endemic situation with extensively drug-resistant (XDR) Acinetobacter baumannii in the intensive care units (ICUs). Here, the authors describe the long-term results of the implementation of a screening and cohorting policy and new cleaning techniques based on a procedure that we call the 1 room, 1 wipe approach. They concluded that the prompt identification and isolation of patients and adequate environmental cleaning are effective measures for reducing XDR A baumannii in ICUs. The 1 wipe, 1 room approach should be considered a standard measure for cleaning hospital facilities to avoid cross-transmission as a result of reusable cleaning wipes.

      Source : Gavaldà, Laura, Soriano, Ana M., Cámara, Jordi,  Gasull, Arch, Olga, Ferrer, Montserrat,… Pujol, Miquel. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.11.036

    • Ensuring the safety of health care workers (HCWs) is the aim of all work health and safety (WHS) principles regardless of which country the health setting is located. For an infection with a high case fatality rate, it is paramount that WHS principles for HCWs are fail-safe because failure to protect HCWs from contamination during the doffing (removal) of contaminated personal protective equipment (PPE) may be fatal. During the 2014-2015 Ebola virus disease (EVD) epidemic, unexplained occupational acquisition of EVD by HCWs and the contribution made by breaches in doffing protocol was debated.

      Source : McLaws, Mary-Louise, Chughtai, Abrar A., Salmon, Sharon, & MacIntyre, C. Raina. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication.  DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.12.034

    • Laboratory-acquired infection is one of the leading occupational health hazards. On a laboratory worker’s hands, carbuncles occurred. Staphylococcus aureus was isolated from pus samples of the carbuncles, with the same pulsed field gel electrophoresis band pattern with one of the recently studied strains in the laboratory. Incorrect or inadequate application of infection control measures may result in pathogen acquisition from the clinical samples, and wearing only gloves is not sufficient for the biosafety of laboratory workers in clinical diagnostic laboratories.

      Source : Duman, Yucel, Yakupogullari, Yusuf, Otlu, Baris, & Tekerekoglu, Mehmet Dait. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2016.01.016

    • The patient environment may harbor potential pathogens making it a possible source for cross-transmission to the hands of health care workers, patients, and visitors.

      Source : Kotsanas, Despina, & Gillespie, Elizabeth. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2016.01.009

    • Face shields are personal protective equipment devices that are used by many workers (e.g., medical, dental, veterinary) for protection of the facial area and associated mucous membranes (eyes, nose, mouth) from splashes, sprays, and spatter of body fluids. Face shields are generally not used alone, but in conjunction with other protective equipment and are therefore classified as adjunctive personal protective equipment. Although there are millions of potential users of face shields, guidelines for their use vary between governmental agencies and professional societies and little research is available regarding their efficacy.

      Source : Roberge, Raymond J. (2016). Journal of Occupational and Environmental Hygiene, 13(4), 239-246. DOI:10.1080/15459624.2015.1095302

    • Health care–associated infections are a major problem worldwide, and the airborne route is believed to be a contributory source of secondary health care–associated infections. This study examined the efficacy of a portable air disinfecting system to remove seeded coliphage virus from the air in hospitals rooms. Aerosolized coliphage concentrations were not statistically different between treatment and no treatment measurements. However, future research should focus on additional investigations in the patient rooms that incorporate fomite and air testing alongside portable air filtration devices.

      Source : Verhougstraete, Marc, & Reynolds, Kelly. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.12.025

    • Bill Lindsley, chercheur au NIOSH, résume une étude ayant permis de déterminer l’efficacité des écrans faciaux portés par le personnel qui prodigue des soins aux patients malades. L’étude s’est plus particulièrement penchée sur la protection contre les bioaérosols produits par les patients lorsqu’ils toussent.

      Source : National Institute for Occupational Safety and Health. (Réalisateur). (2014). Efficacy of Face Shields Against Cough Aerosol Droplets from a Cough Simulator. [Vidéo en ligne]. Repéré à https://www.youtube.com/watch?v=eGONzm3vduI  

      Pour lire l’article complet portant sur cette recherche : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4734356/pdf/nihms744519.pdf

    • Ken Mead, chercheur au NIOSH, résume une recherche visant à déterminer si tirer la chasse d’eau est dangereux pour les travailleurs en milieux de soins. Les conclusions de l’étude démontrent que les bioaérosols peuvent contaminer la salle de bains lorsqu’on tire la chasse d’eau.

      Source : National Institute for Occupational Safety and Health. (Réalisateur). (2015). Healthcare worker protective research: Is flushing the toilet hazardous ? [Vidéo en ligne]. Repéré à https://www.youtube.com/watch?v=9re5OM6QI5k

      Pour lire l’article complet portant sur cette recherche : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4692156/pdf/nihms746087.pdf

    • PRODUITS TOXIQUES

    • Les études portant sur l’exposition des personnels soignants au protoxyde d’azote lors de l’utilisation du MEOPA (mélange équimoléculaire d’oxygène et de protoxyde d’azote) à titre antalgique, sont peu nombreuses. Durant ce travail, des mesurages atmosphériques de protoxyde d’azote ont été réalisés dans différentes unités de pédiatrie d’un hôpital ancien puis, après leur transfert, dans celles d’un hôpital de conception récente, afin de suivre l’évolution des niveaux d’exposition et des conditions sur-exposantes.

      Source : Denis, M.-A., Cadot, R., & Bergeret, A. (2016). Archives des maladies professionnelles et de l’environnement. Prépublication. doi:10.1016/j.admp.2015.12.007

    • PROTECTION RESPIRATOIRE

    • The resurgence of measles continues to employee health professionals, as recently published research emphasizes that even immunized healthcare workers can still acquire the virus and expose co-workers and patients. The take-home message: Workers with a history of measles vaccination or immunity should wear an N95 or equivalent respiratory protection when examining or caring for patients with suspected or confirmed measles, says lead author of the study.

      Source : Evans, Gary. (2016, March). Vaccinated HCWs acquire measles, expose patients, co-workers : Use respirators for suspect cases. Hospital Employee Health, 35(3), 25-27. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/137217-vaccinated-hcws-acquire-measles-expose-patients-co-workers

    • Surgical smoke generated during electrocautery contains toxins which may cause adverse health effects to operating room (OR) personnel. The objective of this study was to investigate the performance of surgical masks (SMs), which are routinely used in ORs, more efficient N95 surgical mask respirator (SMRs) and N100 filtering facepiece respirator (FFRs), against surgical smoke.

      Source : Gao, Shuang, Koehler, Richard H., Yermakov, Michael, &  Grinshpun, Sergey A. (2016). The Annals of Occupational Hygiene. Prépublication. doi: 10.1093/annhyg/mew006

    • Face shields are personal protective equipment devices that are used by many workers (e.g., medical, dental, veterinary) for protection of the facial area and associated mucous membranes (eyes, nose, mouth) from splashes, sprays, and spatter of body fluids. Face shields are generally not used alone, but in conjunction with other protective equipment and are therefore classified as adjunctive personal protective equipment. Although there are millions of potential users of face shields, guidelines for their use vary between governmental agencies and professional societies and little research is available regarding their efficacy.

      Source : Roberge, Raymond J. (2016). Journal of Occupational and Environmental Hygiene, 13(4), 239-246. DOI:10.1080/15459624.2015.1095302

    • Bill Lindsley, chercheur au NIOSH, résume une étude ayant permis de déterminer l’efficacité des écrans faciaux portés par le personnel qui prodigue des soins aux patients malades. L’étude s’est plus particulièrement penchée sur la protection contre les bioaérosols produits par les patients lorsqu’ils toussent.

      Source : National Institute for Occupational Safety and Health. (Réalisateur). (2014). Efficacy of Face Shields Against Cough Aerosol Droplets from a Cough Simulator. [Vidéo en ligne]. Repéré à https://www.youtube.com/watch?v=eGONzm3vduI

      Pour lire l’article complet portant sur cette recherche : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4734356/pdf/nihms744519.pdf

    • QUALITÉ DE L’AIR

    • Les études portant sur l’exposition des personnels soignants au protoxyde d’azote lors de l’utilisation du MEOPA (mélange équimoléculaire d’oxygène et de protoxyde d’azote) à titre antalgique, sont peu nombreuses. Durant ce travail, des mesurages atmosphériques de protoxyde d’azote ont été réalisés dans différentes unités de pédiatrie d’un hôpital ancien puis, après leur transfert, dans celles d’un hôpital de conception récente, afin de suivre l’évolution des niveaux d’exposition et des conditions sur-exposantes.

      Source : Denis, M.-A., Cadot, R., & Bergeret, A. (2016). Archives des maladies professionnelles et de l’environnement. Prépublication. doi:10.1016/j.admp.2015.12.007

    • Health care–associated infections are a major problem worldwide, and the airborne route is believed to be a contributory source of secondary health care–associated infections. This study examined the efficacy of a portable air disinfecting system to remove seeded coliphage virus from the air in hospitals rooms. Aerosolized coliphage concentrations were not statistically different between treatment and no treatment measurements. However, future research should focus on additional investigations in the patient rooms that incorporate fomite and air testing alongside portable air filtration devices.

      Source : Verhougstraete, Marc, & Reynolds, Kelly. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.12.025

    • QUALITÉ DE L’EAU

    • As health care facilities increasingly recognize the importance of comprehensive programs for Legionella detection and water safety management, it is critical to learn from institutions where nosocomial cases of Legionella pneumonia have occurred. The authors thank Dziewulski et al. for sharing their experience with Legionella remediation and prevention in the September issue of AJIC.They describe improved control of Legionella within their water system after introduction of copper-silver ionization.

      Source : Decker, Brooke K.; & Clancy, Cornelius J. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2015.11.038

    • RETOUR AU TRAVAIL

    • La plupart des gens atteints de TMS retournent au travail en moins de deux semaines, mais 20 % de ceux qui souffrent d’un traumatisme vertébral ou de problèmes inflammatoires s’en absentent pendant plus de 90 jours. Et plus de 11 % n’ont toujours pas repris leur poste après plus de 180 jours. L’accent est mis sur la blessure physique et on pense que la personne devrait voir un psychologue seulement lorsqu’elle ne récupère pas copmme elle l’espérait, qu’elle ne retourne pas au travail à la vitesse prévue, et qu’elle manifeste des symptômes de dépression, d’anxiété ou de frustration. Ce constant a amené un doctorant, Brent Beresford, à entreprendre une recherche qui s’appuie sur la thérapie d’acceptation et d’engagement associée à la pleine conscience, un concept émergeant qui se répand de plus en plus dans de nombreuses sphères.

      Source : Thivierge, Claire. (2016, Printemps). Prévention au travail, 29(1), 27.

    • SÉCURITÉ DES MACHINES

    • Au Québec, on déplore en moyenne annuellement 1 000 accidents du travail, dont 4 décès causés par le dégagement intempestif d’une source d’énergie lors de travaux d’installation, d’entretien, de réparation ou de déblocage. La plupart de ces accidents pourraient être évités par l’application de mesures de prévention adéquates telles que le cadenassage. La nouvelle réglementation introduit dans le RSST une sous-section spécifique au cadenassage et aux autres méthodes de contrôle des énergies qui fera en sorte que dans un lieu de travail, l’employeur ayant autorité sur l’établissement sera responsable de l’application des méthodes de contrôle des énergies.

      Source :  Bernard, Henri, Bouchard, Pierre, Deschênes, Éric. (2016). [Montréal] : Conmission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail, 42 p. Repéré à http://www.csst.qc.ca/publications/200/Documents/DC200-1579web.pdf

    • Le 14 janvier dernier sont entrées en vigueur des modifications réglementaires au Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST). Dans la même veine, le Code de sécurité pou rles travaux de construction (CSTC) a également été modifié. Les nouvelles dispositions réglementaires concernant le cadenassage et les autres méthodes de contrôle des énergies sont très similaires dans le RSST et le CSTC. Cependant, quelques distinctions s’imposaient, notamment en raison des champs d’application différents des deux règlements.

      Source : Gagnon, Paméla. (2016, Printemps). Prévention au travail, 29(1), 15.

    • SANTÉ – BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL

    • En mars 2015, le président du Conseil du Trésor et la présidente de l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) ont convenu de mettre sur pied un groupe de travail mixte chargé de se pencher sur la question de la santé mentale en milieu de travail. En vertu du protocole d’entente entre le Conseil du Trésor et l’Alliance de la Fonction publique du Canada, le Comité technique devait formuler des recommandations à l’intention du Comité directeur. Afin de concrétiser cette vision, le Comité a cerné des domaines clés sur lesquels se concentrer, tout en répondant au besoin général de créer une nouvelle culture d’humanité, de compassion et de justice.

      Source : Gouvernement du Canada. (2015, Septembre). Rapport du comité technique au comité directeur sur la santé mentale en milieu de travail : Mise en œuvre du protocole d’entente de 2015 entre le Conseil du Trésor du Canada et l’Alliance de la Fonction publique du Canada relativement à la santé mentale en milieu de travail. Repéré à http://www.tbs-sct.gc.ca/psm-fpfm/healthy-sain/wwb-memt/mhw-mmt-fra.asp?utm_source=referral&utm_medium=news&utm_term=wire&utm_content=2015-12-02&utm_campaign=mhw

    • SANTÉ PSYCHOLOGIQUE

    • En mars 2015, le président du Conseil du Trésor et la présidente de l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) ont convenu de mettre sur pied un groupe de travail mixte chargé de se pencher sur la question de la santé mentale en milieu de travail. En vertu du protocole d’entente entre le Conseil du Trésor et l’Alliance de la Fonction publique du Canada, le Comité technique devait formuler des recommandations à l’intention du Comité directeur. Afin de concrétiser cette vision, le Comité a cerné des domaines clés sur lesquels se concentrer, tout en répondant au besoin général de créer une nouvelle culture d’humanité, de compassion et de justice.

      Source : Gouvernement du Canada. (2015, Septembre). Rapport du comité technique au comité directeur sur la santé mentale en milieu de travail : Mise en œuvre du protocole d’entente de 2015 entre le Conseil du Trésor du Canada et l’Alliance de la Fonction publique du Canada relativement à la santé mentale en milieu de travail. Repéré à http://www.tbs-sct.gc.ca/psm-fpfm/healthy-sain/wwb-memt/mhw-mmt-fra.asp?utm_source=referral&utm_medium=news&utm_term=wire&utm_content=2015-12-02&utm_campaign=mhw

    • A systematic search and critical appraisal of interdisciplinary literature was conducted to evaluate the evidence for practicing mindfulness to treat job burnout and to explore implications for occupational therapy practitioners. Of the studies reviewed, participants included health care professionals and teachers; no studies included occupational therapy practitioners. Six of the 8 studies demonstrated statistically significant decreases in job burnout after mindfulness training. Seven of the studies were of fair to good quality. There is strong evidence for the use of mindfulness practice to reduce job burnout among health care professionals and teachers.

      Source : Luken, Michelle, Sammons, Amanda. (2016). AJOT : The American Journal of Occupational Therapy, 70(1), doi:10.5014/ajot.2016.016956

    • Health care aides provide most direct care in long-term care and home and community care settings but are understudied. The authors validate three key work attitude measures to better understand health care aides’ work experiences: work engagement, psychological empowerment, and organizational citizenship behavior.

      Source : Ginsburg, Liane, Berta, Whitney, Baumbusch, Jennifer, Rohit Dass, Adrian, Laporte, Audrey, Reid, R. Colin, Squores, Janet, & Taylor, Deanne. (2016). The Gerontologist. Prépublication. doi: 10.1093/geront/gnv129

    • Dans ce numéro d’OP, nous soulignons certaines réalisations de nos clients, telles l’utilisation d’un sac à dos amélioré pour les soins à domicile, la balance pour bébé et son sac à dos, un service d’aide de La Vigile offerts aux paramédics souffrant de détresse psychologique, et une chaise de docteur limitant les contraintes posturales en alimentant les clients.

      Source: Proteau, Rose-Ange, & Legault, Lucie. (2016, Février). OP, 29(1), 3. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391003%20-%20Fleurs%20de%20pr%C3%A9vention.pdf

    • Les problèmes de santé mentale chez les travailleurs sont relativement importants au Québec : près de 24 % des salariés disent éprouver une détresse psychologique, tandis que 6 % souffrent de dépression et 4 % d’épuisement professionnel. Et, parmi les sous-dimensions de l’épuisement professionnel, l’épuisement émotionnel touche 12 % des employés, le cynisme 8 % et l’inefficacité professionnelle 11 %. C’est ce qui ressort de l’étude SALVEO menée par les professeurs Alain Marchand et Pierre Durand, ainsi que Marie-Ève Blanc, professionnelle de recherche.

      Source : LaSalle, Martin. (2016, 12 janvier). UdeM Nouvelles. Repéré à http://www.nouvelles.umontreal.ca/recherche/sciences-sociales-psychologie/20160112-pres-dun-salarie-sur-quatre-souffre-de-detresse-psychologique-au-quebec.html?utm_source=infolettre&utm_medium=courriel&utm_campaign=udemnouvelles20160128

      Pour consulter les résultats de l’étude Salvéo : http://journal.cpha.ca/index.php/cjph/article/download/4672/3128

    • La population québécoise vieillit et ce n’est pas sans conséquence sur l’alourdissement de la clientèle des établissements de soins de longue durée. Les statistiques démontrent que les préposés aux bénéficiaires (PAB) sont, parmi les soignants, les plus affectés par les lésions professionnelles. Une équipe de chercheurs s’est intéressée à cette question. Par ailleurs, l’auteure propose aussi de nouvelles instructions pour nettoyer un déversement de mercure.

      Source : Désilets, Suzie. (2016, Février). OP, 39(1), 32. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391032%20-%20Coin%20de%20la%20documentaliste.pdf

    • Dans des contextes qui peuvent être fort différents, nous pouvons faire face à des conversations délicates. Deux critères permettent de distinguer une telle conversation d’une autre. Premièrement, c’est une conversation avec des personnes significatives ; un bris de relation aurait comme conséquence d’affecter le climat et l’efficacité du travail. Deuxièmement, elle comporte une charge émotive pour au moins une des personnes, qui doit être reconnue si on espère qu’elle soit constructive. Voici des pratiques permettant de mieux gérer cette charge émotive afin d’augmenter les chances que les enjeux importants soient nommés et résolus, tout en préservant la relation.

      Source : Bouchard, Jean-Philippe. (2016, 19 février). Portail RH. Ressources. Repéré à http://www.portailrh.org/ressources/AZ/specialites/article_une/fiche.aspx?p=634608

    • La plupart des gens atteints de TMS retournent au travail en moins de deux semaines, mais 20 % de ceux qui souffrent d’un traumatisme vertébral ou de problèmes inflammatoires s’en absentent pendant plus de 90 jours. Et plus de 11 % n’ont toujours pas repris leur poste après plus de 180 jours. L’accent est mis sur la blessure physique et on pense que la personne devrait voir un psychologue seulement lorsqu’elle ne récupère pas copmme elle l’espérait, qu’elle ne retourne pas au travail à la vitesse prévue, et qu’elle manifeste des symptômes de dépression, d’anxiété ou de frustration. Ce constant a amené un doctorant, Brent Beresford, à entreprendre une recherche qui s’appuie sur la thérapie d’acceptation et d’engagement associée à la pleine conscience, un concept émergeant qui se répand de plus en plus dans de nombreuses sphères.

      Source : Thivierge, Claire. (2016, Printemps). Prévention au travail, 29(1), 27.

    • SERVICE DE PSYCHIATRIE

    • La sécurité dans les unités de soins en santé générale et dans les unités de psychiatrie en particulier est un enjeu très important et qui mérite beaucoup d’attention. La violence dans les unités de psychiatrie est un problème mondial qui semble augmenter. Une revue récente a montré que 32,4 % patients hospitalisés en psychiatrie ont un comportement agressif ou violent. L’Institut universitaire en santé mentale de Montréal prévoit, à court et à moyen terme, procéder à la rénovation de certaines de ses installations. Dans ce contexte, la direction de l’Institut a demandé à son UETMISM d’identifier des aménagements physiques qui visent l’amélioration de la sécurité des unités psychiatriques et de l’urgence et qui favorisent la diminution de l’agressivité, qu’elle s’exprime à l’égard des personnes elles-mêmes, envers les autres patients ou le personnel soignant.

      Source : Gheorghiu, Ionela L. (2014). Montréal : Institut universitaire en santé mentale de Montréal. 4 p. (Recherche et évaluation). Repéré à http://www.iusmm.ca/documents/pdf/Institut/Soins%20et%20Services/UETMISM_amenagement_secur.pdf

    • SERVICE DES URGENCES

    • La sécurité dans les unités de soins en santé générale et dans les unités de psychiatrie en particulier est un enjeu très important et qui mérite beaucoup d’attention. La violence dans les unités de psychiatrie est un problème mondial qui semble augmenter. Une revue récente a montré que 32,4 % patients hospitalisés en psychiatrie ont un comportement agressif ou violent. L’Institut universitaire en santé mentale de Montréal prévoit, à court et à moyen terme, procéder à la rénovation de certaines de ses installations. Dans ce contexte, la direction de l’Institut a demandé à son UETMISM d’identifier des aménagements physiques qui visent l’amélioration de la sécurité des unités psychiatriques et de l’urgence et qui favorisent la diminution de l’agressivité, qu’elle s’exprime à l’égard des personnes elles-mêmes, envers les autres patients ou le personnel soignant.

      Source : Gheorghiu, Ionela L. (2014). Montréal : Institut universitaire en santé mentale de Montréal. 4 p. (Recherche et évaluation). Repéré à http://www.iusmm.ca/documents/pdf/Institut/Soins%20et%20Services/UETMISM_amenagement_secur.pdf

    • SERVICES À DOMICILE

    • Health care aides provide most direct care in long-term care and home and community care settings but are understudied. The authors validate three key work attitude measures to better understand health care aides’ work experiences: work engagement, psychological empowerment, and organizational citizenship behavior.

      Source : Ginsburg, Liane, Berta, Whitney, Baumbusch, Jennifer, Rohit Dass, Adrian, Laporte, Audrey, Reid, R. Colin, Squores, Janet, & Taylor, Deanne. (2016). The Gerontologist. Prépublication. doi: 10.1093/geront/gnv129

    • Dans ce numéro d’OP, nous soulignons certaines réalisations de nos clients, telles l’utilisation d’un sac à dos amélioré pour les soins à domicile, la balance pour bébé et son sac à dos, un service d’aide de La Vigile offerts aux paramédics souffrant de détresse psychologique, et une chaise de docteur limitant les contraintes posturales en alimentant les clients.

      Source : Proteau, Rose-Ange, & Legault, Lucie. (2016, Février). OP, 29(1), 3. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391003%20-%20Fleurs%20de%20pr%C3%A9vention.pdf

    • SERVICES ALIMENTAIRES

    • Ce guide a pour objectif de les aider à identifier les risques professionnels dans leurs établissements afin qu’ils puissent mettre en place des moyens de prévention. Il présente : les enjeux de la prévention des risques professionnels sur les plans réglementaire, humain et financier : un rappel de la démarche d’évaluation des risques dans laquelle s’inscrit l’étape du repérage des dangers ; une aide au repérage des situations dangereuses : celles communes aux unités de travail (sols, énergies) d’une part, et celles spécifiques à chaque unité de travail (stockage, cuisson…) d’autre part. Cette aide est présentée sous forme de séries de questions, assorties de propositions d’actions de prévention.

      Source : Institut national de recherche et de sécurité. (2015). Paris : INRS, 91 p. Repéré à http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/ED/TI-ED-6075/ed6075.pdf

    • Avec un indice de fréquence élevé et une augmentation constante du nombre de maladies professionnelles reconnues, la sinistralité de l’activité de restauration collective est préoccupante. Manutentions manuelles, glissades et chutes de plain-pied, blessures avec outils, tels sont les principaux risques d’accidents rencontrés dans le secteur. Mais c’est surtout l’accroissement du nombre de troubles musculosquelettiques (TMS) des membres supérieurs, constituant les cas de maladies professionnelles les plus fréquents, qui s’avère inquiétant. Une prise de conscience émerge néanmoins et différents acteurs ont lancé des actions visant à réduire l’exposition aux risques professionnels.

      Source : Institut National de Recherche et de Sécurité. (2016, Février). La lettre d’information. Repéré à http://kiosque.inrs.fr/alyas/view/news/lettre/101/html#suite

    • SERVICES AMBULANCIERS

    • Dans ce numéro d’OP, nous soulignons certaines réalisations de nos clients, telles l’utilisation d’un sac à dos amélioré pour les soins à domicile, la balance pour bébé et son sac à dos, un service d’aide de La Vigile offerts aux paramédics souffrant de détresse psychologique, et une chaise de docteur limitant les contraintes posturales en alimentant les clients.

      Source: Proteau, Rose-Ange, & Legault, Lucie. (2016, Février). OP, 29(1), 3. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391003%20-%20Fleurs%20de%20pr%C3%A9vention.pdf

    • >STATISTIQUES EN SST

    • Les problèmes de santé mentale chez les travailleurs sont relativement importants au Québec : près de 24 % des salariés disent éprouver une détresse psychologique, tandis que 6 % souffrent de dépression et 4 % d’épuisement professionnel. Et, parmi les sous-dimensions de l’épuisement professionnel, l’épuisement émotionnel touche 12 % des employés, le cynisme 8 % et l’inefficacité professionnelle 11 %. C’est ce qui ressort de l’étude SALVEO menée par les professeurs Alain Marchand et Pierre Durand, ainsi que Marie-Ève Blanc, professionnelle de recherche.

      Source : LaSalle, Martin. (2016, 12 janvier). UdeM Nouvelles. Repéré à http://www.nouvelles.umontreal.ca/recherche/sciences-sociales-psychologie/20160112-pres-dun-salarie-sur-quatre-souffre-de-detresse-psychologique-au-quebec.html?utm_source=infolettre&utm_medium=courriel&utm_campaign=udemnouvelles20160128

      Pour consulter les résultats de l’étude Salvéo : http://journal.cpha.ca/index.php/cjph/article/download/4672/3128

    • TRAVAIL EN ÉQUIPE

    • Dans des contextes qui peuvent être fort différents, nous pouvons faire face à des conversations délicates. Deux critères permettent de distinguer une telle conversation d’une autre. Premièrement, c’est une conversation avec des personnes significatives ; un bris de relation aurait comme conséquence d’affecter le climat et l’efficacité du travail. Deuxièmement, elle comporte une charge émotive pour au moins une des personnes, qui doit être reconnue si on espère qu’elle soit constructive. Voici des pratiques permettant de mieux gérer cette charge émotive afin d’augmenter les chances que les enjeux importants soient nommés et résolus, tout en préservant la relation.

      Source : Bouchard, Jean-Philippe. (2016, 19 février). Portail RH. Ressources. Repéré à http://www.portailrh.org/ressources/AZ/specialites/article_une/fiche.aspx?p=634608

    • TRAVAIL EN LABORATOIRE

    • Les laboratoires du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, site Fleurimont et Bowen, ont acquis de nombreux postes de travail ajustables et une panoplie d’accessoires informatiques. Afin de prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) chez les technologistes, les équipes ont appris comment ajuster adéquatement tous ces équipements. De fait, pour répondre aux besoins des différents secteurs de l’établissement, il a été proposé d’offrir une formation en ergonomie à des personnes-ressources qui travaillent dans les laboratoires, les "ergo-coachs". Ces recrues ont pu offrir un soutien rapide aux technologistes dans leur milieu respectif.

      Source : Gambin, Christiane. (2016, Février). OP, 39(1), 9-11. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391009%20-%20%C3%89quipements%20de%20laboratoire.pdf

    • Laboratory-acquired infection is one of the leading occupational health hazards. On a laboratory worker’s hands, carbuncles occurred. Staphylococcus aureus was isolated from pus samples of the carbuncles, with the same pulsed field gel electrophoresis band pattern with one of the recently studied strains in the laboratory. Incorrect or inadequate application of infection control measures may result in pathogen acquisition from the clinical samples, and wearing only gloves is not sufficient for the biosafety of laboratory workers in clinical diagnostic laboratories.

      Source : Duman, Yucel, Yakupogullari, Yusuf, Otlu, Baris, & Tekerekoglu, Mehmet Dait. (2016). AJIC : American Journal of Infection Control. Prépublication. DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ajic.2016.01.016

    • TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES(TMS

    • Le travail en échographie générale occasionne des postures et des mouvements susceptibles d’entraîner des troubles musculosquelettiques (TMS). L’ASSTSAS a développé une formation pratique qui contribue à les prévenir. La nouvelle formation "Sondez votre corps" est axée sur la mise en application des grands principes pour réduire les efforts et offre des repères pour favoriser les postures sécuritaires. Les ajustements des équipements, du matériel et de l’espace de travail sont mis en évidence afin de favoriser l’adoption de ces principes.

      Source : Duval, Lisette. (2016, Février). OP, 39(1), 6. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391006%20-%20Radiologie.pdf

    • Les laboratoires du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, site Fleurimont et Bowen, ont acquis de nombreux postes de travail ajustables et une panoplie d’accessoires informatiques. Afin de prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) chez les technologistes, les équipes ont appris comment ajuster adéquatement tous ces équipements. De fait, pour répondre aux besoins des différents secteurs de l’établissement, il a été proposé d’offrir une formation en ergonomie à des personnes-ressources qui travaillent dans les laboratoires, les "ergo-coachs". Ces recrues ont pu offrir un soutien rapide aux technologistes dans leur milieu respectif.

      Source : Gambin, Christiane. (2016, Février). OP, 39(1), 9-11. Repéré à http://www.asstsas.qc.ca/sites/default/files/publications/documents/OP/2016/op391009%20-%20%C3%89quipements%20de%20laboratoire.pdf

    • La plupart des gens atteints de TMS retournent au travail en moins de deux semaines, mais 20 % de ceux qui souffrent d’un traumatisme vertébral ou de problèmes inflammatoires s’en absentent pendant plus de 90 jours. Et plus de 11 % n’ont toujours pas repris leur poste après plus de 180 jours. L’accent est mis sur la blessure physique et on pense que la personne devrait voir un psychologue seulement lorsqu’elle ne récupère pas copmme elle l’espérait, qu’elle ne retourne pas au travail à la vitesse prévue, et qu’elle manifeste des symptômes de dépression, d’anxiété ou de frustration. Ce constant a amené un doctorant, Brent Beresford, à entreprendre une recherche qui s’appuie sur la thérapie d’acceptation et d’engagement associée à la pleine conscience, un concept émergeant qui se répand de plus en plus dans de nombreuses sphères.

      Source : Thivierge, Claire. (2016, Printemps). Prévention au travail, 29(1), 27.

    • VACCINATION

    • The resurgence of measles continues to employee health professionals, as recently published research emphasizes that even immunized healthcare workers can still acquire the virus and expose co-workers and patients. The take-home message: Workers with a history of measles vaccination or immunity should wear an N95 or equivalent respiratory protection when examining or caring for patients with suspected or confirmed measles, says lead author of the study.

      Source : Evans, Gary. (2016, March). Vaccinated HCWs acquire measles, expose patients, co-workers : Use respirators for suspect cases. Hospital Employee Health, 35(3), 25-27. Repéré à http://www.ahcmedia.com/articles/137217-vaccinated-hcws-acquire-measles-expose-patients-co-workers

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s